Violences conjugales : du témoignage à l’action

À l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes (le 26 novembre prochain), France tv diffuse le deuxième numéro de la collection « Ils font bouger les lignes » consacré aux violences conjugales. Olivier Delacroix y rencontre des femmes et des hommes décidés à témoigner et agir pour éveiller les consciences. Mardi à 20.50 sur France 5.

« Ils font bouger les lignes : Violences, la fin du silence »
« Ils font bouger les lignes : Violences, la fin du silence » © TV Conseil Productions

Les chiffres sont têtus et méritent d’être sans cesse rappelés. En France, on estime qu’une femme sur dix est victime de violences conjugales. Humiliations, insultes, coups… et pour certaines la violence ultime : la mort. En moyenne, une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son conjoint ou ex-conjoint.
Entre le premier coup reçu par son ex-mari (à l’annonce de sa grossesse) et le jour où, en 2015, après des menaces de mort, elle a trouvé la force et le courage de porter plainte contre lui, Marie-Christine aura enduré quatorze années de violences verbales et physiques dans le silence et le secret, tandis que certains proches évoquaient souvent la chance qu'elle avait d’avoir un mari si charmant... Aujourd’hui, elle n’hésite pas à parler sans détour des violences conjugales à ses clientes, dans la boulangerie qu’elle a ouverte depuis son divorce.
Pendant près de cinq ans, et après les débuts enchantés d’une nouvelle relation, Alison a vécu l’enfer de l’humiliation, de la culpabilité, de la perte de confiance, de la désocialisation, jusqu’à ce jour où elle a subi, pendant plusieurs heures, des coups répétés devant ses deux filles. Aujourd’hui, à la tête de son association de défense et d’écoute des victimes, elle organise des ateliers pour sensibiliser les enfants aux conséquences des préjugés de genre.
Camille, 22 ans, a été durant des années sous l’emprise de son premier amour, rencontré à l’âge de 16 ans. Elle raconte s’être excusée après la première gifle reçue… En rupture avec sa famille, régulièrement rouée de coups et torturée, elle a finalement fui et s’est retrouvée à la rue, alternant les centres d’hébergement d’urgence et les hôtels sociaux. Aujourd’hui, elle milite au sein du collectif féministe Nous Toutes. Mais, toujours dans la crainte que son ex-compagnon la retrouve, elle vit cachée dans un foyer d’accueil pour jeunes femmes. Plus de la moitié d'entre elles sont d’anciennes victimes de violences. Et la moyenne d’âge y est de 20 ans…
Hélène ne mesurait pas la menace qui planait sur sa sœur Marie-Alice, brillante scientifique, assassinée par son ex-compagnon et dont le corps a été retrouvé dans une valise flottant sur l’Oise. Comme 30 % des victimes de féminicides, elle n’avait jamais été frappée par son compagnon avant d’être tuée. Parce qu’elle s’est retrouvée seule et démunie après le meurtre, Hélène a créé avec d’autres familles l’UNFF : l’Union nationale des familles de féminicides, qui vient en aide aux proches des victimes.
Marie-Christine, Alison, Camille, Hélène ne sont pas seulement des rescapées ou des victimes des violences conjugales. Au-delà de leurs témoignages – recueillis avec pudeur et empathie par Olivier Delacroix –, elles font de leurs expériences un combat et de leur parole une arme contre un fléau à la fois massif et trop souvent caché. Personnellement, collectivement, elles s’impliquent pour aider celles qui sont prisonnières de la violence afin qu’elles s’en échappent et brisent le silence.

« Ils font bouger les lignes »

Si notre société évolue, dans ses codes et ses repères, c’est souvent grâce aux combats de ceux qui ont eu le courage de les remettre en question. À travers les récits de leurs vies et de leurs expériences, des hommes et des femmes nous racontent le cheminement qui leur a fait explorer les nouveaux territoires de notre société. Auprès de ces éclaireurs, Olivier Delacroix est le témoin de batailles qui peuvent tous nous concerner. Parce qu’ils ont su échapper aux normes ou renverser des situations dans lesquelles ils étaient enfermés, ces femmes et ces hommes nous invitent à réfléchir, à s’interroger sur la société dans laquelle nous évoluons. En refusant de capituler, en refusant l’inertie, ils ouvrent les portes du monde de demain et nous emmènent dans leur sillage. Conscients que rien n’est gagné d’avance, ils font bouger les lignes pour eux, pour nous tous. 

Collection documentaire (6 x 90 min – inédite) – Réalisation Olivier Delacroix et Julie Ledru – Production France tv studio et Tesséo Prod, avec la participation de France Télévisions

« Ils font bouger les lignes : violences conjugales, la fin du silence » est diffusé mardi 24 novembre à 20.50 sur France 5
À voir et à revoir sur france.tv

Publié le 24 novembre 2020
Commentaires
Connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.