Un temple et une pyramide sur les eaux égyptiennes dans « Science grand format »

La fascination qu’exerce le temple de Philae est à la hauteur de la volonté de puissance des pharaons égyptiens. Les exploits de la construction et du sauvetage de ce site extraordinaire, au milieu du Nil, nous sont racontés grâce aux archéologues et à des reconstitutions impressionnantes en images de synthèse. Autre prouesse architecturale : la pyramide sur l’eau de Sésostris II. À découvrir dans deux documentaires inédits jeudi 26 mai à partir de 21.00 sur France 5.

 

Construire un temple, surtout au beau milieu du Nil, est un bon moyen de satisfaire les dieux.

Meredith Brand, archéologue

C’est un temple dédié à la déesse Isis, un des plus beaux et des mieux conservés de l’ancienne Égypte. Sur une île au milieu du Nil, il est aussi connu pour avoir été déplacé bloc par bloc afin de le sauver de l’immersion totale. Le temple de Philae porte aujourd’hui la trace de plusieurs civilisations, et les noms des plus grands personnages de l’Antiquité. Pourquoi a-t-il été construit à cet endroit précis du fleuve ? Ce film décrypte les traces du passé et recrée le sanctuaire tel qu’il était à l’apogée de sa splendeur.

Situé à quelques kilomètres d’Assouan, un complexe de temples, de pylônes et de bâtiments sacrés a été érigé sur une île de granit. Le pharaon Nectanébo Ier entreprend la première construction en 380 avant notre ère. L’édification de Philae s’étalera sur plusieurs siècles. Ptolémée et Cléopâtre, puis les empereurs Auguste, Hadrien et Trajan y ont laissé leur signature. « Tout l’espace disponible est occupé par des hiéroglyphes et des inscriptions, explique l’archéologue Meredith Brand. Chaque couche nous apprend qui est venu ici, dans quel but, y compris à des époques tardives. » Une mine d’informations pour les égyptologues qui, grâce aux technologies les plus récentes, sont capables d’analyser les étapes de ces occupations et de comprendre l’origine de l’importance de ce lieu de culte, consacré à Isis. Dans le panthéon de l’Égypte antique, elle est la magicienne, déesse de la résurrection. Pourquoi avoir choisi cet emplacement, à l’extrême sud de l’Égypte, pour y établir son temple ?

« Science grand format »
« Philae, un temple sur le Nil ».
© Windfall Films LTD

Autour de l’île, de gros blocs de granit interrompent le cours paisible du fleuve pour former des rapides tumultueux : les cataractes. Philae est située sur la première. « Pour les anciens Égyptiens, ce devait être une expression de la permanence… Ils imaginaient les dieux résider là sous les rochers. » À cet endroit où le Nil prend sa source, « ce fleuve qui donne la vie montre sa puissance et sa pérennité ».
Défi architectural pour une si petite île, l’édification du temple soulève des questions : comment les gros blocs de grès ont-ils pu être transportés jusqu’ici à une période où les outils sont encore très primaires ? Des spécialistes des techniques de construction de l’Égypte ancienne tentent de reconstituer les méthodes de ces bâtisseurs, en se fondant sur l’observation des fresques et des bas-reliefs laissés par les artistes de l’époque. 

Philae, point stratégique

Autre interrogation : à quoi servait ce mur fortifié qui courait autour des habitations entourant le temple ? Car Philae était aussi un centre de vie animé, attirant des visiteurs venus parfois de très loin. À un kilomètre de là, un autre mur fortifié, haut de neuf mètres, reliait Philae à Assouan, pour empêcher « les pilleurs de voler les marchandises ». Car Philae constitue une porte d’entrée sur la route commerciale de l’or venant des pays plus au sud. Ptolémée II fait alors construire un temple immense pour marquer son autorité sur cette source de richesses : « Une façon de montrer que cette région et ce commerce appartiennent au roi et à l’Égypte. »
Les empereurs romains marqueront à leur tour le sceau de leur puissance sur les murs du temple de Philae, puis les premiers chrétiens qui « ont fait de ce temple leur nouveau lieu de culte » y ajouteront leurs inscriptions en copte. Le sanctuaire revêtira aussi les signes de l
Islam avant de passer sous domination britannique au XIXe siècle.

Sauvé des eaux

Mais le défi peut-être le plus important qu’a dû relever le temple de Philae fut d'éviter sa propre disparition sous les eaux du barrage d’Assouan, achevé en 1971. Pendant des siècles, les crues du Nil l’avaient épargné. La construction d’un premier barrage au début du XXe siècle l’inonde neuf mois de l’année. Mais le deuxième barrage – construit pour lutter contre les crues du fleuve – menace purement et simplement de le submerger.
Il est décidé de sauver le temple de Philae et de le transporter, bloc par bloc, à cinq cents mètres en aval du Nil, sur l’île d’Aguilkia, plus élevée. Des dizaines de milliers de blocs sont ainsi déplacés et réinstallés à l’identique – ou presque – sur une assise de béton : une opération spectaculaire qui dure trois ans, sous la direction de l’archéologue française Christiane Desroches-Noblecourt. Aujourd’hui, les traces de cet incroyable sauvetage sont encore visibles, mais Philae demeure…

Science grand format 

Présentation Mathieu Vidard 

« Science grand format »
« Philae, un temple sur le Nil ».
© Windfall Films LTD

21.00 : Philae, un temple sur le Nil

Dans l’extrême sud de l’Égypte, une merveille de l’Antiquité surgit des eaux du Nil, à près de 800 km des pyramides de Gizeh. Les pharaons ont entamé sa construction en 380 avant notre ère. Ils ont consacré beaucoup de ressources et d’efforts à ce sanctuaire. Il fallait qu’il soit monumental et magnifique. Il s’agit de Philae, un complexe de temples et d’autres bâtiments, perché sur une île de granit au milieu du fleuve. Initiée par les Égyptiens, Philae garde la trace de plusieurs civilisations. Elle constitue un trait d’union entre les pharaons et les empereurs romains, et porte les noms de célèbres personnages du monde antique : Ptolémée, Cléopâtre, les empereurs Auguste, Hadrien, Trajan. Pourquoi est-ce que ce sanctuaire se trouve à cet endroit précis ? Et comment a-t-il été construit au beau milieu du fleuve ? Nous allons décrypter les traces du passé, et recréer les temples et les statues de Philae tels qu’ils étaient à l’apogée de leur gloire.

Documentaire (52 min - 2021) Auteur-réalisateur Sam Mortimore Production Windfall Films, avec la participation de France Télévisions

« Science grand format »
« Égypte, une pyramide sur les eaux ».
© Windfall Films LTD

21.55 : Égypte, une pyramide sur les eaux

Des archéologues enquêtent en Égypte sur les secrets de construction d’une bien étrange pyramide située dans la région du Fayoum, à quelques kilomètres de la vallée du Nil. Dotée d’une structure en étoile particulière, elle date du Moyen Empire. Elle a été construite sous le règne du pharaon Sésostris II selon des plans révolutionnaires pour donner l’impression de flotter sur l’eau. La découverte d’une profonde tranchée nous apprend en effet que cette pyramide était entourée de douves. Grâce à un système de canaux d’irrigation sophistiqué, le pharaon avait également permis le développement autour de la pyramide de riches zones agricoles, avec notamment des palmeraies, créant ainsi une véritable oasis aux portes du désert.

Documentaire (52 min - 2021) Réalisation Bianca Zamfira et Sam Mortimore Production Windfall Films, avec la participation de France Télévisions

Philae, un temple sur le Nil et Égypte, une pyramide sur les eaux sont diffusés dans Science grand format jeudi 26 mai à partir de 21.00 sur France 5
À voir et à revoir sur france.tv 

Commentaires