« L’Art du crime » : Éléonore Bernheim nous en dit plus sur la saison 4

Récompensé par le prix du Public de la meilleure série 2021 à Luchon, « L’Art du crime » revient pour une quatrième saison ! Deux épisodes très attendus, portés par le duo détonnant formé par le capitaine Verlay (Nicolas Gob) et Florence Chassagne, interprétée par Éléonore Bernheim, qui nous présente ces inédits. À partir de vendredi à 21.05 sur France 2.

Éléonore Bernheim et Nicolas Gob
Éléonore Bernheim et Nicolas Gob dans « L’Art du crime ». © Caroline Dubois

Cette saison 4 s’est tournée dans un contexte bien particulier ?
Éléonore Bernheim :
Nous avons eu le feu vert à l’issue du premier confinement, il y a un an. Ce fut un tournage très savoureux car nous avions tous conscience de notre chance de pouvoir travailler. Nous étions très heureux et joyeux de nous retrouver pour accompagner une nouvelle fois ces personnages autour de deux peintres : Vincent Van Gogh et Toulouse-Lautrec.

Les curseurs de la série ont-ils évolué ?
E. B. :
L’Art du crime repose sur trois ingrédients majeurs : la découverte d’un peintre, une enquête policière et la comédie romanesque. Leur imbrication atteint cette saison un parfait équilibre. Côté guests, nous accueillons Sara Mortensen et Bruno Solo qui est un passionné de Lautrec, donc on ne pouvait pas mieux tomber pour l’interpréter. Dans l’épisode sur Van Gogh, Cécile Rebboah et Stéphane Bern en tant qu’animateur d’un magazine culturel, ce qui avait tout son sens !

Entre Toulouse-Lautrec et Van Gogh, votre cœur balance ?
E. B. :
J’étais vraiment très touchée par le tournage sur Lautrec. Il se trouve qu’un de mes arrière-arrière-grands-oncles a posé pour Toulouse, car la famille Bernheim était amie avec le peintre. Et puis l’univers de Lautrec est très festif. Pour nous plonger dans son tableau Le Bal, nous avons tourné au sein du Moulin-Rouge, avec une partie des danseuses. Elles n’étaient pas autorisées à danser sur scène pour des raisons sanitaires, mais, comme nous, ravies de se retrouver !

Parlons maintenant du duo que vous formez avec Nicolas Gob, qui joue le capitaine Verlay. Quel est son point fort ?
E. B. :
Nous avons une complicité et une solide entente dans le jeu, qui a été immédiate. Nicolas fait preuve d’une grande disponibilité et d’une formidable capacité d’adaptation à suivre son partenaire. Nous nous connaissons par cœur, je commence une phrase, il la finit, et inversement ! Nicolas incarne le flic intuitif et obstiné, moi, l’historienne de l’art, extrêmement carrée, professionnelle dans son expertise, tout en conservant un côté très enfantin, sans filtre, très déconnecté et décalé.

Justement, comment le personnage de Chassagne évolue-t-il cette saison ?
E. B. :
Depuis que j’interprète Florence, je fais attention à ce que sa singularité, sa fantaisie ne jouent pas contre elle. Je trouve aussi important qu’elle ne soit pas trop « hors sol » et que sa façon d’encaisser les remarques acerbes, peu sympathiques et souvent irrespectueuses de Verlay (et de son père) ne fasse pas d’elle une victime. Et dans cette nouvelle saison, Chassagne décide enfin de ne pas se laisser faire et d’aller contre ce que la vie lui propose. Il était temps ! Dans mon interprétation, je me suis attachée à montrer qu’elle a aujourd’hui plus de recul, plus légèreté. En parallèle, le regard de Verlay sur elle s’est adouci, son attitude s’est assouplie. Mais leur jeu du chat et de la souris nous réserve encore bien des surprises !

Alors que pouvons-nous souhaiter à Madame Chassagne, et à vous-même ?
E. B. :
Ce sont deux désirs contradictoires : si nous souhaitons à Florence de vivre sa belle histoire d’amour avec Antoine, alors je n’aurais plus de raison de l’interpréter ! Donc, égoïstement, espérons que Florence, tout en ayant des romances, poursuive son clair de lune avec le capitaine Verlay ! 

Propos recueillis par Béatrice Cantet

L’Art du crime – Saison 4

Épisode 1 : Le Testament de Van Gogh
Antoine et Florence doivent élucider le meurtre d’un historien, consultant sur une émission de télé consacrée à Van Gogh et présentée par Julien Quignard (Stéphane Bern). L’affaire semble liée à une théorie plus que troublante : Van Gogh ne se serait pas suicidé, mais aurait été assassiné.
Guests : Stéphane Bern et Cécile Rebboah

Épisode 2 : Danse de sang 
Dans les coulisses du Moulin-Rouge, un meurtre a été commis. Tout accuse Estelle Domani (Sara Mortensen), l’une des danseuses du cabaret, qui, frappée d’amnésie, ne peut se défendre. Sa fascination dévorante pour le peintre Toulouse-Lautrec (Bruno Solo) joue contre elle.
Guests : Bruno Solo et Sara Mortensen 

Série (2 x 90 min) – Réalisation Elsa Bennett et Hippolyte Dard – Production Gaumont, avec la participation de France Télévisions
Avec Nicolas Gob (Antoine Verlay), Éléonore Bernheim (Florence Chassagne), Philippe Duclos (Pierre Chassagne), Benjamin Egner (Alexandre Pardo), Emmanuel Noblet (Hugo Prieur), Dounia Coesens (Juliette Mariton), Julie-Anne Roth (Olivia Meyer)…

L’Art du crime : Danse du sang est diffusé vendredi 14 mai à 21.05 sur France 2
À voir et revoir sur france.tv

Publié le 04 mai 2021
Commentaires