Les projets documentaires - France 3 Régions

Paris Ile de France


Balkany-Levallois, les années fric de la République 
Tout commence ce soir-là. Les époux Balkany viennent de remporter une victoire éclatante au premier tour des élections municipales de Levallois en battant le Parti communiste en place depuis 15 ans dans cette commune de la banlieue rouge de Paris. Ces deux « gosses de riches » ne tardent pas à assoir leur pouvoir et pendant plus de trente ans ils vont servir leur commune avec succès mais aussi se servir en mettant en coupe réglée la ville et le département des Hauts de seine. Ils vont entasser sur des comptes off-shore dans une pléiade de paradis fiscaux, pots de vin, dessous de table, blanchiment à haute dose, prélevés sur des marchés publics et privés. Le tout à travers un montage sophistiqué de prête-noms, de sociétés écrans… des poupées russes, l’une cachant les autres, histoire de brouiller encore plus les pistes.
Il faudra attendre 2012, la défaite de Nicolas Sarkozy et la Lin des protections dont ils bénéficiaient pour que les Bonny and Clyde de la politique soient enfin rattrapés par la patrouille…
52 min / Production : Flair / Réalisation : Jean Charles Deniau


 Canicule 2003, l'été meurtrier
En août 2003, les Franciliens suffoquent à cause d’une vague de chaleur exceptionnelle. Le plus long épisode caniculaire jamais enregistré depuis la création des relevés météorologiques en 1873. Pourtant à ce moment, personne ne réalise ce qui est en train de se jouer.
D’exceptionnelle, la canicule devient tragique. En 2 semaines, 14 802 personnes meurent de chaud dans l’hexagone, dont un tiers en île-de-France. Principalement des personnes âgées décédées seules chez elles ou à l’hôpital, révélant l’isolement social que nombre de nos ainés connaissent alors. Une fulgurance et une gravité qui font de la canicule de 2003, un des drames majeurs de notre Histoire contemporaine.

52 min / Production : INJAM / Réalisation : Lionel Boisseau


Jeunesse rom (Une)
Immersion dans deux camps de roms. L’un tout proche de Paris et de son périphérique, l’autre à Toulouse. La vie quotidienne de cette communauté méprisée par le grand public et les autorités…
52 min / Production : ILHA / Réalisation : Déborah Da Silva

Mort du loup (La)
En 2010, ma mère annonce dans une letre qu’elle a l’intention de mettre fin à ses jours en avril 2012. A 66 ans, elle est en parfaite santé mais ne veut pas vieillir d’avantage. Ce film raconte notre relation, ses choix et ma peur de la perdre.
52 min / Production : les films du Balibari / Réalisation : Tuki Jencquel


Parisienne démystifiée (La)
Inès De La Fressange a créé de toutes pièces un mythe  qui a la vie dure : celui de la Parisienne. Une femme belle et élégante, mais aussi mince, blanche et hétéro… Pourtant, cette image s’éloigne de plus en plus de la réalité des rues de la capitale. Rokhaya Diallo est allée à la rencontre de ces femmes qui se sentent parfaitement parisienne, mais absolument pas en phase avec le mythe.
52 min / Production : DACP / Réalisation : Rokhaya Diallo


Reines du palace (Les)
4 Septembre 2018, 49 femmes de chambres, pour la plupart issues de l’immigration et sans culture militante, se mettent en grève au sein du palace Hyatt-Vendôme à Paris. Leur revendication : en finir avec la précarité de la sous-traitance. Pendant trois mois, elles vont mener une lutte aussi spontanée que déterminée, aussi âpre que festive. Dans l’espace réel de la lutte sociale et dans l’espace fictif d’une chambre de palace, ce film raconte comment ces femmes de chambre « sous-traitées » se réapproprient le sens du mot «reconnaissance». Décident de faire l’inverse de ce que l’on exige d’elles habituellement : désobéir, se mettre en grève, laisser trace de leur passage, se rendre visibles... Et finalement, sous la poussière des humiliations accumulées qu’un vent de révolte a brusquement soulevé, se découvrent elles-mêmes : Reines du palace.
52 min / Production : Keren / Réalisation : Karine Moralès


Se baigner dans la Seine, la pari impossible ?
Le 15 mai 1990, Jacques Chirac, alors maire de Paris, promettait à la télévision de pouvoir se baigner dans la Seine d’ici la fin de son mandat. 30 ans plus tard, on sait que l’ancien président n’a jamais enfilé son maillot de bain et que seuls quelques irréductibles Franciliens ont le courage de piquer une tête. Pourtant, la pression monte sur les bords du fleuve. Anne Hidalgo réitère la promesse et veut que l’eau soit propre en vue des JO de 2024. Plus de 1,4 milliards d’euros sont prêts à être dépensés par les pouvoirs publics pour y arriver. Le pari peut-il être enfin tenu ? Quel est le véritable état du fleuve ? Qui pollue vraiment ? Quelles sont les solutions ?52 min / Production : Magneto / Réalisation : Clément Champiat

Sirima, juste un prénom 
Sirima est cette jeune chanteuse découverte morte un 6 décembre 1989 chez elle. Elle venait d’avoir un enfant, et d’enregistrer son premier album. Son compagnon qui est aussi le père de leur fils âgé de quelques mois, se rend de lui-même à la police dès le lendemain du meurtre. Il plaide le crime passionnel. Un homicide ? Un féminicide ? Un conjointicide ? Quelque soit la façon dont on le nomme, c’est un meurtre passé sous silence. Le film dresse le portrait d’une absente, retrace les conditions du meurtre tout en allant à la rencontre de ceux qui ont connu cette jeune femme repérée par Jean-Jacques Goldman dans les couloirs du métro parisien alors qu’elle venait d’enregistrer son premier album. En rendant à Sirima, un prénom, un visage, une voix, je vais tenter de faire re-vivre un moment celle que son compagnon a condamnée à l’oubli. 
52 min / Production :
Zadig / Réalisation : Pascale Thirode