Trans, c'est mon genre

Depuis la nuit des temps, les personnes trangenres posent un problème énorme à la plupart des sociétés, qui s’en défendent en niant leur existence, en les faisant disparaître dans la catégorie des tabous ou en les rangeant dans la case des maladies mentales. Pourquoi un tel rejet ?

Torturé par sa femme

Elle était sa première femme, il l’a connue à l’âge de 32 ans en surfant sur internet. Un an et trois mois plus tard, Maxime GAGET avait perdu 20 kilos et subi les pires sévices de la part de sa compagne. Une jolie jeune femme à l’allure fluette, mais animée d’une rage propre à commettre les pires tortures. Pour retrouver visage humain, Maxime a dû supporter neuf opérations de reconstruction faciale. Ses os ont été brisés au presse-agrume et au bâton, il a été brûlé, son oreille s’est recroquevillée sous les coups de pieds, il dormait par terre ou debout dans un placard... Des faits à la limite du supportable. Selon l’ONDRP (Observatoire National de la Délinquance et des Réponses Pénales), 130 000 hommes chaque année subiraient les violences quotidiennes de leur conjointe.