Continental Films, main basse sur le cinéma français

L'Allemand Alfred Greven, en pleine France occupée, est nommé représentant des intérêts de l'industrie du cinéma du Reich' en France par le ministre de la propagande Joseph Goebbels qui veut, dans un souci de propagande, redonner à Paris son rôle de cité des plaisirs. Alfred Greven, pour offrir aux Français occupés de grands films commerciaux et s'enrichir personnellement, est prêt à tout. Il va se servir d'un homme de paille, José Bosch, pour acquérir en son nom propre, un empire industriel : la société Continental Films.