Vos soirées cinéma du 28 au 30 avril

Groupes d’enfants (« La Guerre des boutons »), d’ados (« À toute épreuve ») ou d’animaux (« Madagascar 3 »), gangsters en bande (dés)organisée (« Symphonie pour un massacre »), fratrie (« Les Trois Frères, le retour ») ou institution (« L’Habit vert ») : la programmation cinéma de la semaine revisite l’art d’être en communauté – idéal, en ces temps de confinement !

Et sur France 2, tous les jours de la semaine, après le journal de 13.00, (re)découvrez un film patrimonial français.

Dimanche 26 avril sur France 2

dr
« La Guerre des boutons ».
© DR

La Guerre des boutons – à 21.00
De Yann Samuell (2011), avec Éric Elmosnino, Alain Chabat, Fred Testot...
En 1960, deux bandes de garçons de différents villages, les Longevernes, menés par le chef Lebrac, et les Velrans, menés par le chef Aztec, se livrent une guerre dont le butin est constitué par les boutons des adversaires. 

À toute épreuve – à 22.50
Les héros lycéens d’À toute épreuve pourraient être les grands frères, à l’époque contemporaine, de ceux de La Guerre des boutons. Cancres mais débrouillards, ils montent tout un stratagème pour passer le bac sans avoir à le réviser : tout « simplement » en volant les sujets ! Mené par une bande de jeunes acteurs inspirés (Thomas Solivères, Samy Seghir, Melha Bedia, La Fouine), À toute épreuve fonctionne à l’énergie, à la tchatche et aux gags qui font mouche. Un « teen-movie » au rythme implacable, quelque part entre Les Sous-doués et Les Profs.

À toute épreuve
D’Antoine Blossier (2014), avec Thomas Solivéres, La Fouine, Samy Seghir, Melha Bedia, Marc Lavoine…
Dans le lycée Le Corbusier, il y a Greg. Celui-ci passe son bac cette année mais ce n’est pas gagné. S’il veut pouvoir continuer à vivre son histoire d’amour avec la belle Maeva, il va devoir préparer un cambriolage irréel et qui doit rester invisible : voler les sujets du bac ! 

Lundi 27 avril sur France 5

DR
« Symphonie pour un massacre ».
© DR

« Place au cinéma » – à 20.55 : Symphonie pour un massacre 
Dominique Besnehard et l’équipe de « Place au cinéma » proposent une autre version du film de bande : non plus les enfants bagarreurs de La Guerre des boutons ni les ados magouilleurs d’À toute épreuve, mais les gangsters déloyaux de Symphonie pour un massacre, troisième film méconnu de Jacques Deray (La Piscine, Borsalino), sorti en 1963. Imperméables cintrés et borsalinos portés avec une classe qui n’a rien à envier à celle d’Alain Delon ou de Jean-Paul Belmondo, les acteurs du film (dont le jeune Jean Rochefort, avant sa célèbre moustache) campent des gangsters alliés pour un dernier coup qui, comme tous les derniers coups, tourne mal. Appât du gain, trahison, suspicion et paranoïa généralisées : la symphonie que se jouent ces cinq-là tourne effectivement au jeu de massacre. Adapté par Claude Sautet et José Giovanni du roman Les Mystifiés d’Alain Reynaud-Fourton paru dans la célèbre collection Série noire, Symphonie pour un massacre porte la marque des grands polars des années 1960, revisitant, comme plus tard les films de Jean-Pierre Melville (Le Deuxième Souffle, Le Cercle rouge), le genre sur un mode désenchanté, métaphysique et acerbe. À (re)découvrir de toute urgence.

Symphonie pour un massacre
De Jacques Deray (1963), avec Jean Rochefort, Charles Vanel, Claude Dauphin, Michel Auclair, José Giovanni...
Cinq gangsters organisent l’achat d’un gros lot de drogues. Moreau, l’un d’entre eux, alors qu’il se rendait en train à Marseille pour compléter le marché, est volé et tué par l’un des quatre autres, Christian Jabeke. 

« Le Cinéma de minuit » – à 23.50  : L’Habit vert
En guise de communauté, L’Habit vert, proposé par Patrick Brion dans « Le Cinéma de minuit », épingle celle des immortels – en habit vert, donc – de l’Académie française. Dans l’entourage de la duchesse de Maulévrier, femme d’un académicien cocu, gravite une demi-douzaine de personnages : amants, prétendants, connaissances mondaines. Quiproquos en pagaille, dialogues piquants, situations improbables, personnages hauts en couleur : un grand classique du cinéma d’avant-guerre, signé Roger Richebé (producteur de Marcel Pagnol, incarné par Olivier Gourmet dans le Laissez-passer de Bertrand Tarvernier, qui revisite le cinéma de ces années-là) et adapté de la pièce de Robert de Flers et Gaston Arman de Caillavet (célèbres auteurs de vaudevilles). Dans un second rôle savoureux, on reconnaîtra le tout jeune Bernard Blier, dont la voix traînante s’accorde à merveille avec l’accent roumain de l’étourdissante Elvire Popesco, star de théâtre de l’époque. 

L’Habit vert
De Roger Richebé (1937), avec Elvire Popesco, Bernard Blier, Jules Berry...
La duchesse de Maulévrier a pour amant un dénommé Hubert. Un jour, alors que le duc surprend le jeune homme avec sa femme, Hubert invente un subterfuge pour expliquer sa présence : il serait venu voir la duchesse afin qu’elle appuie sa candidature pour qu’il entre à l’Académie française, dont le duc est président.

Mercredi 29 avril sur France 4

Madagascar 3, bons baisers d'Europe
« Madagascar 3, bons baisers d'Europe ».
© DR

« Mercredi c’est ciné » – à 21.00 : Madagascar 3, bons baisers d’Europe
Nouveau film de bande, mais dans un tout autre genre : France 4 sait, comme d’habitude, gâter son jeune public avec ce troisième volet des aventures délirantes d’Alex le lion, Marty le zèbre, Gloria l’hippopotame et Melman la girafe. Tentant désespérément de rentrer chez eux, les compères gaffeurs de Madagascar embarquent pour un nouveau périple qui les mènent en Europe où ils trouvent refuge dans un cirque ambulant – cadre idéal pour accueillir leurs innombrables pitreries. Fous rires garantis pour toute la famille, d’autant que le doublage français est assuré par José Garcia, Anthony Kavanagh, Jean-Paul Rouve, Marina Foïs ou encore Michaël Youn.

Madagascar 3, bons baisers d’Europe
D’Éric Darnell, Conrad Vernon et Tom McGrath (2012), avec les voix françaises de José Garcia, Anthony Kavanagh, Jean-Paul Rouve, Marina Foïs, Michaël Youn…
Alex et ses fidèles amis aspirent à rentrer chez eux, dans le cadre familier du zoo de Central Park. Leur nouvelle expédition rocambolesque les conduit en Europe où ils trouvent la couverture idéale : un cirque ambulant dont ils deviennent les héros.

Jeudi 30 avril sur France 3

Les Trois frères, le retour
« Les Trois Frères, le retour ».
© DR

Les Trois frères, le retour – à 21.00
Dix-huit ans après leurs premières et hilarantes rencontres, à l’occasion d’un héritage difficile à assumer et, au sens propre, à partager, les trois frères imaginés par Les Inconnus se retrouvent dans des circonstances toujours improbables. Souci du détail, sens du grotesque, jeux de mots potaches, gags « énoôormes » et répliques cultes : on ne change pas une équipe qui gagne – et Bernard Campan, Didier Bourdon et Pascal Légitimus signent là, définitivement, un retour gagnant ! Une telle réussite pour une suite, ç’aurait pu être la ca-ca, la ca-ta, la ca-ta-strophe et c’est le mi-mi, le mi-mi, le mi-racle !

Les Trois Frères, le retour
De Didier Bourdon, Bernard Campan et Pascal Légitimus (2014), avec Didier Bourdon, Bernard Campan, Pascal Légitimus…
Des années après leurs mésaventures et le décès de leur mère, les frères Latour sont à nouveau réunis par la défunte. Accompagnés de Sarah, la fille de Bernard, ils vont vivre des rencontres surprenantes tandis que de nouveaux problèmes vont les affecter. 

En cours de chargement...
Commentaires
Connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.