Stop aux violences éducatives ordinaires

Sur le thème des violences éducatives ordinaires, la Fondation pour l’Enfance et l’association StopVEO initient une campagne que soutient France Télévisions. Son objectif : informer et aider les parents à trouver les ressources pour renouer le dialogue avec leurs enfants.


En promulguant une loi en 2019, la France est devenue le 56e État à bannir les violences éducatives ordinaires. Pourtant, aujourd’hui encore, celles-ci sont encore parfois considérées comme légitimes par les Français. Mais c’est méconnaître l’impact de ces actes sur la santé des enfants, impact dont les études font le constat unanime. Si les conséquences physiques des punitions corporelles sont visibles à court terme, certaines, résultant de la violence ordinaire dite éducative sous toutes ses formes, passent souvent inaperçues.

D’autres conséquences se déclarent le plus souvent à moyen et long terme : ralentissement du développement cognitif, hausse de l’agressivité, effets nocifs sur l’état de santé : perte de mémoire, affaiblissement du système immunitaire, hypertension, ulcères, problèmes de peau, prise de poids, troubles digestifs. Dès l’adolescence, voire plus tôt encore, des tendances suicidaires peuvent aussi apparaître. À l’âge adulte, les études démontrent un accroissement des risques de cancer, troubles cardiaques, asthme, comportements agressifs, troubles mentaux, dépression et problèmes sexuels.

À l’approche de la Journée internationale des droits de l’enfant, qui aura lieu le 20 novembre, la Fondation pour l’Enfance a conçu avec l’association StopVEO un petit film (voir ci-dessus) qui sensibilise à ce thème.

L’objectif est d’aider les parents à abandonner les pratiques délétères pour la santé et le développement des enfants, sans les culpabiliser. Privilégier le dialogue : si c’est ce que l’on fait avec les adultes, il est important d’en faire de même avec les enfants. De fait, la force d’un parent est justement de ne pas l’utiliser ! 

Commentaires