Mémoire collective : « Les Enfants de Windermere »

 « Les Enfants de Windermere » est inspiré de la véritable histoire de trois cents enfants accueillis en Angleterre à leur sortie des camps de concentration. Diffusé lors d’une soirée spéciale dédiée à la mémoire collective, ce téléfilm sera suivi par « Eichmann Show » retraçant le retentissant procès filmé – presque intégralement – d'un responsable nazi en 1961. « Les Enfants de Windermere » : dimanche 11 avril à 21.05 sur France 3.

Les Enfants de Windermere
Les Enfants de Windermere © 2020 Wall to Wall Media Limited MMXX

En quelques souvenirs, les ex-enfants de Windermere, survivants du pire, retracent leur périple avant d’arriver à Calgarth, le village anglais qui va les accueillir. Sortie des camps de concentration, bus, arrivée dans un camp de baraquements : « Ça me rappelle Buchenwald », remarque l’un des jeunes. Lavage, visite chez le médecin, tout ressemblait un peu trop à ce qu'ils avaient déjà connu. Même s'ils essayaient de se rassurer : « On est en Angleterre — Oui, mais on est toujours Juifs », certains fuient ce havre par peur de revivre l'impensable. De très belles scènes émaillent le film, à l'instar de ce plan où l'on suit des adolescents polonais couverts de poudre anti-parasites traversant le village comme une procession de fantômes ou le match de foot avec les gosses du village : « La guerre est finie, il faut qu'ils aillent de l'avant », assène l'entraîneur, mais la réponse lapidaire d'un éducateur est définitive : « C'est pas si simple quand tous ceux que vous aimez sont restés dans le passé. » 

Combattre l'oubli
Se souvenir du passé pour construire l'avenir relève d'une évidente nécessité. Reuven Rivlin, l'actuel président de l'État d'Israel, veut que le monde « réfléchisse à la manière de transmettre le souvenir de l'Holocauste aux générations qui vivront sur une planète sans survivants ». Expliquer la mécanique de l'horreur sans effrayer, intéresser les jeunes générations, c'est donner un sens à l'Histoire. Réalisateurs, écrivains, documentaristes, professeurs, enfants et petits-enfants de victimes, musées, mémoriaux, journalistes..., beaucoup s'y emploient. Une obligation lorsque 69 % des Français âgés de moins de 38 ans ignorent le nombre de Juifs tués durant la Shoah et que 25 % disent ne jamais avoir entendu parler de la Shoah. Les œuvres les plus éducatives sur le drame sont Le Journal d'Anne Frank, La Liste de Schindler et la série Holocauste. Et, un chiffre qui fait froid dans le dos : 10 % des sondés pensent que « soit l'Holocauste est un mythe, soit le nombre de Juifs assassinés pendant l'Holocauste a été largement exagéré », un pourcentage qui monte à 23 % chez les moins de 38 ans (sondage Schoen Consulting, janvier 2020). Alors que le nombre de survivants en vie est aujourd’hui estimé à 250, leur disparition nous amènera à repenser notre manière de raconter l’Histoire. 

Les Enfants de Windermere

En août 1945, le gouvernement britannique à peine sorti de la guerre accorde le statut de réfugiés à mille enfants et adolescents survivants des camps de concentration nazis. Trois cents d'entre eux sont recueillis dans le domaine de Calgarth, près du lac Windermere, dans le nord-ouest de l'Angleterre. Ils sont entourés d'une équipe de conseillers et de volontaires, prêts à tout pour donner à ces malheureux un nouveau départ en Grande-Bretagne, mais pas préparés aux rencontres bouleversantes qui les attendent. Au fil des mois, les pensionnaires nouent des liens entre eux et avec le personnel qui les changeront à jamais...

Réalisé par Michaël Samuels – Création et scénario Simon Block – Production Wall to Wall Production pour BBC TWO / ZDF / Warner Bros. ITVP Germany
Avec Thomas Kretschmann (Oscar Friedmann), Romola Garai(Marie Paneth), Tim McInnerny (Leonard Montefiore), Ian Glen(Jock Lawrence), Marcel Sabat(Berish Lerner), Anna Maciejewska (Sala Feiermann), Philipp Christopher(Georg Lauer), Anna Schumacher(Edith Lauer),Konstantin Frank(Rabbi Weiss) 


Les Enfants de Windermere est diffusé le 11 avril à 21.05, suivi par Eichmann Show : le procès d'un responsable nazi à 22.35, sur France 3
À voir et à revoir sur france.tv

Publié par Diane Ermel
Commentaires