Les Effrontées – Le cinéma au féminin

Le Festival international du film à Cannes, qui se déroule du 17 au 28 mai prochain, est l’occasion de se pencher sur la place des femmes dans le cinéma. Partenaire de cet événement incontournable, France TV leur donne la parole sur l’ensemble de ses antennes. Au menu : « Les Effrontées », une collection de quatre documentaires passionnants à ne pas rater les dimanches 8 et 15 mai dès 22.50 sur France 2. À découvrir également, une sélection de films de réalisatrices sur france.tv.

© DR

Réfléchir à cette collection de quatre films documentaires autour de la place des femmes au cinéma a été passionnant. Passionnant parce que cela n’a jamais été fait et parce qu’à travers le cinéma, c’est évidemment toute la société française que l’on regarde. C’est bien connu, le cinéma en est le miroir. Nous avons eu la chance de pouvoir explorer tous ses champs, du plus confidentiel au plus grand public. La place des femmes, leur représentation, leur combat se jouent partout et par toutes : les femmes de l’ombre comme les stars. 

 

Muriel Meynard, productrice

Portée par la voix de la journaliste Daphné Roulier, voici en quatre épisodes l’histoire du cinéma racontée au féminin.

Dimanche 8 mai à partir de 22.50
Où sont les femmes ?

Dans l’industrie du cinéma, les métiers considérés comme subalternes ou accessoires sont encore et toujours majoritairement occupés par les femmes. Inversement, les fonctions de pouvoir et de création restent massivement réservées aux hommes : seuls 20 % des producteurs sont des femmes et 25 % des films seulement sont réalisés par des femmes. Des chiffres d’autant plus étonnants que ces dernières ont joué un rôle déterminant dans la naissance du cinéma, il y a plus de 120 ans. Le cinéma de fiction tel qu’il existe aujourd’hui a été inventé en France par la pionnière Alice Guy, oubliée par l’histoire. Suivront Jacqueline Audry, Agnès Varda, Marguerite Duras... Et le premier grand succès populaire réalisé par une femme en 1985, Trois hommes et un couffin, de Coline Serreau. Elle ouvre alors la voie à une génération de réalisatrices qui, lassées des rôles qu’on leur propose, passent derrière la caméra pour raconter d’autres personnages féminins et d’autres histoires.
Si le nombre de réalisatrices augmente timidement, si celles-ci doivent encore mettre à mal clichés et obstacles, les femmes s’organisent aujourd’hui pour faire exister leurs films et leurs idées, conscientes du pouvoir du cinéma pour faire évoluer la société.
Réalisation Selma Schnabel

Une femme peut en cacher une autre

Dans l’histoire du cinéma, les femmes ont toujours été majoritairement racontées et montrées par des hommes. Femme fatale ou bombe sexuelle, épouse modèle ou éternelle amoureuse, mère dévouée ou princesse à sauver, à l’écran, les clichés ont la vie dure. Comment sont représentées les femmes au cinéma ? Quels stéréotypes leur collent à la peau ? Que disent-ils de nos sociétés ? Quelle est leur influence sur le spectateur ? Et comment les déconstruire ?
Aujourd’hui, dans le fond comme dans la forme, des réalisatrices tordent le cou aux stéréotypes et proposent une alternative aux femmes comme simples objets de désir et de fantasme. Elles s’emparent de sujets restés dans l’angle mort du cinéma et permettent ainsi d’enrichir notre façon de voir le monde.
Réalisation Sophie Peyrard
(Déconseillé aux moins de 10 ans)

Dimanche 15 mai à partir de 23.05
Sois belle et tais-toi !

Il faut se rendre à l’évidence : depuis ses origines, le cinéma n’a jamais considéré ses actrices comme ses acteurs. Tributaires de leur plastique et de leur photogénie, soumises au désir des spectateurs comme des réalisateurs… tout au long de leur carrière, les comédiennes sont sommées de se plier à une série d’injonctions. Machisme ordinaire, diktat de la beauté et de l’âge, disparités de traitement, harcèlement… Elles sont nombreuses à dépeindre, depuis les coulisses, un univers souvent rude, presque toujours inégalitaire.
Mais aujourd’hui, pour beaucoup d’entre elles, l’objectif est clair : faire jeu égal avec leurs homologues masculins !
Réalisation Élodie Boutit

Girl power

En 2017, les révélations de l’affaire Weinstein et le mouvement MeToo qui s’en est suivi ont fait l’effet d’un choc. Depuis, assurément, quelque chose est en train de changer au royaume du 7e art. Enfin, les femmes prennent leur place dans le monde du cinéma. Et elles le font haut et fort. Mais surtout elles le font ensemble, tous corps de métiers confondus. Car c’est collectivement qu’elles veulent changer les règles d’un monde dominé par les hommes.
Qu’elles soient réalisatrices, actrices, scénaristes, productrices, elles sont bien décidées à se faire entendre sur le terrain de la représentation des femmes, sur leur liberté de création, mais aussi sur les violences sexistes de l’industrie cinématographique. Elles mettent en place des outils, explorent de nouveaux espaces de liberté, et elles le font en bande, avec un vrai sens de la sororité.
En prenant les rênes de la fiction, les femmes peuvent enfin raconter le monde comme elles le voient, ou plutôt elles racontent enfin des femmes qui leur ressemblent.
Réalisation Léni Mérat

Par ailleurs, à l’occasion du Festival de Cannes (du 17 au 28 mai 2022), france.tv vous propose de découvrir ou de revoir une collection de films, remarqués et remarquables, signés par des femmes : Réalisatrices.

Les Effrontées – Le cinéma au féminin

Collection documentaire (4 x 52 min) – Proposé par Florence Platarets – Réalisation Selma Schnabel (Où sont les femmes ?), Sophie Peyrard (Une femme peut en cacher une autre), Élodie Boutit (Sois belle et tais-toi !), Leni Mérat (Girl power) – Production Agat Films & Cie, avec la participation de France Télévisions

Les Effrontées – Le cinéma au féminin est diffusé les dimanches 8 et 15 mai à 23.00 sur France 2
À voir et revoir sur france.tv

Commentaires