Hommage à Michel Piccoli

À la suite du décès de l’acteur le 12 mai, à l’âge de 94 ans, France tv bouleverse sa programmation : de nombreux reportages dans les éditions et magazines d’information, ainsi que trois films qui sont l’occasion de revenir sur les moments clés de la carrière de Michel Piccoli.

Gérard Depardieu, Yves Montand, Michel Piccoli et Serge Reggiani
« Vincent, François, Paul et les autres ». © 1974 - StudioCanal / Lira Films / President Produzioni

Le quadra en crise chez Claude Sautet

Si, à partir des années 1960, Michel Piccoli a été l’acteur fétiche des provocateurs Marco Ferreri (La Grande Bouffe) et Luis Buñuel (Belle de jour), avec lesquels il tourna respectivement sept et six films, sa carrière est également indissociable de celle du tendre Claude Sautet. Leur amitié se scelle autour de quatre films parmi les plus importants des années 1970 (Les Choses de la vie, Max et les ferrailleurs, Vincent, François, Paul et les autres et Mado), dans lesquels l’acteur, en quadra ombrageux, charmeur et mélancolique, s’impose comme un alter ego du cinéaste. Vincent, François, Paul et les autres dresse ainsi une radiographie délicate et bouleversante de l’amitié masculine avec, en point d’orgue, la scène du gigot où Michel Piccoli pique une crise devenue légendaire.

Mardi 19 mai – à 22.30 : Vincent, François, Paul et les autres sur France 2
Un film de Claude Sautet (1974), avec Yves Montand, Michel Piccoli, Serge Reggiani…
Amis depuis la plus tendre enfance, Vincent, François, Paul et Armand, tous la cinquantaine, se retrouvent chaque dimanche à la campagne. Au quotidien, chacun connaît quelques déboires sentimentaux…  

Michel Piccoli et Nathalie Baye - © Sara Films
Michel Piccoli et Nathalie Baye dans « Une étrange affaire ».
© Sara Films

Le monstre manipulateur chez Pierre Granier-Deferre

S’il est un acteur qui incarne l’expression « monstre sacré », c’est bien Michel Piccoli. À l’écran, sa stature imposante, son regard perçant, sa voix tonitruante et ses emportements spectaculaires lui donnaient en effet un air de monstre – mais un monstre qui a le charme et l’intelligence du sacré. La preuve avec cette Étrange affaire réalisée en 1981 par Pierre Granier-Deferre, fin analyste des passions et lâchetés humaines (on lui doit notamment Le Chat, La Veuve Couderc ou Le Train). En homme d’affaires respecté qui finit, sous couvert de bienveillance paternaliste, par vampiriser son employé (Gérard Lanvin, dans un de ses premiers rôles), Michel Piccoli livre une prestation que l’on peut qualifier, oui, de « monstrueuse » !

Lundi 25 mai – à 20.50 : Une étrange affaire sur France 5 
Un film de Pierre Granier-Deferre (1981), avec Michel Piccoli, Gérard Lanvin, Nathalie Baye…
Louis, jeune publicitaire, se voit confier de plus en plus de responsabilités par son nouveau directeur. À tel point que, délaissant sa femme, Nina, elle finit par le quitter.

© Rezo Productions / Auvergne-Rhône-Alpes Cinéma / France 2 Cinéma
Michel Piccoli et Natacha Régnier dans « Tout va bien, on s'en va ». 
© Rezo Prod

La figure du père chez Claude Mouriéras

Après avoir débuté au théâtre dans les années 1950 (notamment avec les compagnies Renaud-Barrault et Grenier-Hussenot), Michel Piccoli embrasse une foisonnante carrière au cinéma, officiellement lancée en 1963 avec Le Journal d’une femme de chambre de Luis Buñuel et surtout Le Mépris de Jean-Luc Godard. En quarante ans, jusqu’au début des années 2000, il tourne près de 130 films avec les plus grands auteurs (Alain Resnais, Alfred Hitchcock, Marco Bellocchio, Ettore Scola, Michel Deville, Agnès Varda, Louis Malle, Yves Robert, Youssef Chahine…). À 70 ans passés, d’aucuns se seraient reposés sur leurs lauriers. Mais l’exigence et la passion de Michel Piccoli étaient telles qu’il enchaîne les rôles (passant même à cinq reprises de l’autre côté de la caméra), prêtant sa stature et sa renommée à de jeunes auteurs, dont le documentariste Claude Mouriéras qui le fait tourner dans son troisième film de fiction, Tout va bien, on s’en va, aux côtés d’un trio d’actrices de choix (Miou-Miou, Sandrine Kiberlain, Natacha Régnier). Il joue un père de retour après quinze ans d’absence. Présenté à Cannes en 2000 en ouverture de la Quinzaine des réalisateurs, le film est disponible trois mois sur france.tv à l’occasion d’une opération exceptionnelle de mise en ligne des films majeurs de la sélection cannoise sur la plateforme de France tv.

Disponible trois mois : Tout va bien, on s’en va sur france.tv
Un film de de Claude Mouriéras (2000), avec Miou-Miou, Sandrine Kiberlain, Natacha Régnier, Michel Piccoli…
Au début, on pourrait presque croire que tout va bien. Trois sœurs vivent à Lyon dans la légèreté du bonheur partagé. Mais leur père débarque après quinze ans d’absence. Et là, c’est chacun pour soi…

Hommage dans les éditions et magazines d’information

Publié le 18 mai 2020
Commentaires
Connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.