france.tv

La colorisation, l’Histoire au présent

Focus sur la restauration d'images d'archives

La colorisation d’images en noir et blanc est un challenge technique depuis que la couleur est devenue la norme en matière de prise de vues. Des premiers essais laborieux à l’avènement du numérique, les méthodes se sont perfectionnées jusqu’à rendre les images criantes de réalisme.

Des images colorisées qui font resurgir le passé...
Des images colorisées qui font resurgir le passé... © Kuiv / Michel Rotman

La colorisation à ses débuts

À l’origine, la colorisation d’images en noir et blanc répondait à une demande commerciale. L’arrivée de la télévision en couleur en 1965 a rapidement habitué le téléspectateur au réalisme des images tournées en Technicolor. La crainte des producteurs et des distributeurs de l’époque était, alors, que les films en noir et blanc tombent dans l’oubli, à la manière des films muets supplantés rapidement (à quelques exceptions près) dès l’arrivée du parlant.

La notion de colorisation renvoie aux premiers essais de teinture sur des films tournés en noir et blanc, avec ces à-plats de couleurs unies qui ont généralement mal vieilli.

François Montpellier, coloriste sur « Apocalypse »

De nombreuses techniques plus ou moins artisanales sont alors mises au point. Elles consistent à appliquer des teintures image par image. Le résultat est peu probant et se résume généralement à des à-plats de couleurs pastel. De plus, les solvants et autres procédés chimiques appliqués directement sur le Celluloïd de la pellicule s’oxydent rapidement.

"Les Animaux dans la Guerre", un documentaire inédit à voir sur France 3.
« Les Animaux dans la guerre », un documentaire inédit à voir sur France 3.
© Kuiv / Michel Rotman

Colorisation : vandalisme ou résurrection ?

Très tôt, des voix s’élèvent contre la colorisation des œuvres de fiction. Le manque de précision de certains détourages et l’approximation des nuances ne font pas l’unanimité chez les professionnels. Woody Allen, avec le soutien de plusieurs grands réalisateurs, va même jusqu’à protester devant le Sénat américain contre la colorisation des films en noir et blanc.

Mon travail s’apparente davantage à une entreprise de restauration, au sens historique du terme.

François Montpellier, coloriste

Si, pour les œuvres de fiction, la colorisation ne s’impose pas de fait, il est plus difficile de parler de « vandalisme » pour les documentaires. Coloriser des images d’un passé lointain, c’est quelque part le faire revivre. Il faut dire que la technique a fait bien des progrès depuis les premières heures de la colorisation. Chaque coloriste a sa méthode, ses algorithmes et son sens artistique. Pour François Montpellier, coloriste sur la série documentaire Apocalypse, il s’agit avant tout d’un travail rigoureux d’enquête à partir de documents existants. 

La méthode de François Montpellier sur Apocalypse

  • Analyse des images. Les documentalistes effectuent un relevé précis des divers éléments qui composent chaque plan.
  • Recherche de photos couleurs d’époque. Elles servent de référence (bibliothèques des armées, collections de maquettistes, musées de la mode…).
  • Croisement des informations historiques connues et vérifiées (couleur des uniformes, cocarde des avions, matières textiles…).
  • Restitution de la teinte et de l’intensité par analogie.
  • Détourage des corps, des vêtements, des objets… on délimite les zones à passer en couleur, sachant que ces zones sont généralement en mouvement et qu’il faut les suivre dans l’image (ex. : plus de 200 000 objets ont été détourés sur Apocalypse).
  • Attribution d’une couleur à chaque zone.
  • Rendu des images grâce à des algorithmes qui permettent de les vieillir. On retrouve ainsi le grain du Kodachrome de l’époque par exemple.

La texture d’un tweed ou le reflet d’un cuir sont de précieux indices ! 

François Montpellier, coloriste 
La colorisation d'images demande des milliers d'heures de travail.
La colorisation d’images demande des milliers d’heures de travail.
© Kuiv / Michel Rotman

Entrée en matière : Marie Drucker vous donne rendez-vous avec l’Histoire

Le brevet et le baccalauréat arrivent à grands pas ! Et, pour aider les élèves à préparer leurs examens, France 4 et France tv éducation, la plateforme éducative gratuite, proposent un nouveau rendez-vous de documentaires, Entrée en matière, présenté par Marie Drucker, chaque lundi sur France 4. Avec Apocalypse, la Première Guerre mondiale, les révisions commencent bien !

Entrée en matière est diffusé tous les lundis à 21.00 sur France 4

Apocalypse, la Première Guerre mondiale - Série documentaire (2014 - 5 x 52 min) - Réalisation Daniel Costelle et Isabelle Clarke - Avec la voix de Mathieu Kassovitz - Production CC&C, Ideacom International, Ecpad

Apocalypse, la Première Guerre mondiale est diffusé le lundi 29 avril (épisodes 1 à 3) et le 6 mai (épisodes 4 et 5) à 21.00 sur France 4
À voir et revoir sur France.tv ainsi que sur France tv éducation


39-45, les animaux dans la guerre

Et si, pour une fois, nous racontions à travers les animaux la Seconde Guerre mondiale ? Cinquante millions d’hommes sont morts durant le conflit, mais les animaux aussi ont payé un lourd tribut. Sur tous les fronts et sur chaque continent, 30 millions de bêtes ont combattu avec les hommes et un nombre bien plus grand encore a partagé le sort des populations. 

Documentaire inédit(2019 - 100 min) - Réalisation Jean-Christophe Rosé - Avec la voix de Marc Lavoine - Production Kuiv / Michel Rotman, avec la participation de France Télévisions

39-45, les animaux dans la guerre est diffusé le mercredi 8 mai à 21.00 sur France 3
À voir et revoir sur France.tv 

Publié par L. H., propos recueillis par Cyrille Latour le 26/04/2019
Commentaires
Connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.