Angelin Preljocaj, danser l’invisible

Découvrez le travail du célèbre chorégraphe. Un documentaire étonnant dans les coulisses de sa dernière création

Voir naître une œuvre d’art, c’est ce que propose de la collection documentaire Influences, présentée par Claire Chazal. En compagnie du chorégraphe Angelin Preljocaj et depuis les coulisses du Pavillon noir, nous découvrons la création en mouvement de son nouveau ballet, Gravité. Samedi à 22.25, sur France 5.

Angelin Preljocaj
Angelin Preljocaj © Magnéto Presse

Après avoir suivi Denis Podalydès dans sa création du Triomphe de l’amour, de Marivaux, pour le théâtre parisien des Bouffes du Nord, la collection de documentaires Influences, une histoire de l'art au présent s'attache aux pas du chorégraphe Angelin Preljocaj. Créé pour la 18e Biennale de la danse de Lyon, son ballet Gravité est né à Aix-en-Provence, dans les studios du Pavillon noir, ce lieu dédié à sa danse. 
Tout y est musique et corps, sueur et joie. On y retrouve le maître aux prises avec le défi qu'il s'est lancé : se confronter aux forces de la gravité. En pleine moisson de ce qu'il nomme « un jaillissement qui s'échappe du corps », il façonne, sculpte, cisèle, reprend, ajuste le déploiement des muscles, leur élévation ou tout au contraire leur lourdeur. 
Ses danseurs ne constituent plus qu'un seul corps, le ballet prend vie sous les indications du chorégraphe. 

Cette vitesse de disparition de l’espace entre les corps crée l’écriture chorégraphique et donne du sens à la danse.

Angelin Preljocaj
 

 

Gravité, le nouveau ballet de Preljocaj

Cette force intrinsèquement liée à la danse, Preljocaj l'a défiée. Gravité révèle la pesanteur des corps, leur soumission à cette loi et les en libère, en même temps. Dans les coulisses de la création de son ballet, le chorégraphe répond à la question : que peut le corps face à la gravité ? Monter sur les pointes, se porter les uns les autres, sauter, s’élancer comme en danse classique ou, au contraire, descendre son centre de gravité au plus bas, se traîner au sol comme en danse contemporaine. Preljocaj associe les deux et emmène sa compagnie au-delà de la technique, au-delà de l’épuisement vers une épure géniale.

C’est à fond tout le temps, j’adorais ! Un peu comme à un sprinteur à qui on dit : “C'est un sprint de 3 000 mètres.”

Sylvain Groud, ex-danseur de la compagnie de Preljocaj

Un ballet pas à pas
Depuis les premiers pas inventés au Pavillon noir, 157 jours avant la représentation sur la scène de la 18e Biennale de la danse de Lyon, le chemin de ce documentaire est ponctué de rencontres avec des collaborateurs, danseurs, stylistes, dessinateurs comme Aurélie Dupont, Jean-Paul Gaultier ou Enki Bilal. Des flash-back sur les influences du chorégraphe et des images d’archives retracent sa biographie jusqu’au jour du filage. 

 

Quand il y a le public, ça change tout ! On est élevé à la puissance des regards. S’il y a cinq personnes qui vous regardent, c’est vous à la puissance cinq.

Angelin Preljocaj

Angelin Preljocaj en quelques dates 

  • 1980 Il étudie à New York avec Merce Cunningham
  • 1981-1984 En France, il travaille auprès de la chorégraphe américaine Viola Farber et du Français Quentin Rouillier
  • 1982 Il rejoint le chorégraphe Dominique Bagouet
  • 1985 Il fonde sa propre compagnie
  • 1985-2019 Il crée une cinquantaine de chorégraphies reprises dans le monde entier 
  • 2006 Le ballet Preljocaj s'installe au Pavillon noir à Aix-en-Provence 

Angelin Preljocaj, danser l’invisible en résumé...

En trente-cinq ans de carrière et plus de cinquante créations, Angelin Preljocaj s'est imposé comme l'un des plus grands chorégraphes français. Exceptionnellement, il nous fait entrer dans les coulisses de sa nouvelle création : le ballet Gravité. Au fil des répétitions, le témoignage de ses danseurs et des artistes qui ont collaboré avec lui donne la mesure de son exigence de précision et vient éclairer son parcours. Derrière la carapace de béton et de verre du Pavillon noir, dans l'intimité des studios, ce film raconte l'histoire d'une création, regarde un artiste au travail et dessine le portrait d'un homme qui réussit à faire danser l'invisible. 

Documentaire (52 min) - Création artistique ballet GravitéAuteure-réalisatrice Florence Platarets - Production Magnéto Presse, avec la participation de France Télévisions et du Centre national du cinéma et de l’image animée

Angelin Preljocaj, danser l'invisible est diffusé samedi 13 avril à 22.25, sur France 5
À voir et revoir sur france.tv 

Publié par Diane Ermel le 12/04/2019
Commentaires
Connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.