Ils font bouger les lignes : Transidentité, le combat pour être soi

Dans ce nouveau numéro d'« Ils font bouger les lignes », Olivier Delacroix donne la parole à ceux qui ont mené la plus grande des batailles : celle pour être soi. En se libérant d'un corps dont ils se sentaient prisonniers, ils ont choisi de laisser transparaître leur véritable identité. À l’approche de la Journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie le 17 mai prochain, « Transidentité, le combat pour être soi » est à découvrir ce mardi soir, à 20.50, sur France 5.

Ils font bouger les lignes
Ils font bouger les lignes © TV Conseil Productions

Comme à son habitude, Olivier Delacroix aime partir à la rencontre de tous ceux qui, au travers de leurs combats personnels et éclairants, font bouger les lignes de la société. Cette fois, son oreille attentive et son empathie se tournent du côté de femmes et d'hommes témoignant de leur dur combat pour être soi.

La « transidentité » est un terme complexe, souvent méconnu, qui définit le sentiment de ne pas se sentir en accord avec le genre, féminin ou masculin, qui nous a été attribué à la naissance. En bref, la transidentité reviendrait à ce sentiment d'être né dans le mauvais corps. Pour la Cour européenne des droits de l'homme, les personnes transgenres sont définies comme « les personnes qui, tout en appartenant physiquement à un sexe, ont le sentiment d'appartenir à un autre ».

Comment vit-on alors dans un corps qui ne nous correspond pas ? Quel regard la société porte-t-elle sur les personnes transgenres ?
Si certains décident de changer d’identité, ils doivent faire face au jugement de la société, de leur entourage, parfois même aux insultes, mais aussi à un long et douloureux chemin médical.
Pour mieux mettre en lumière ce « combat pour être soi », Olivier Delacroix part à la rencontre de ceux qui ont choisi de se libérer de ce corps qui emprisonnait leur véritable identité. Une bataille qu’ils ont menée, avec ou sans le consentement de leurs proches, et parfois dans la plus grande solitude.
Des parcours de vie singuliers et des histoires intimes fortes qui illuminent des territoires encore trop méconnus de notre société.
 

À l’approche de la Journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie le 17 mai prochain, France 2 propose une programmation spéciale le mercredi 12 mai à partir de 21.05. La diffusion du téléfilm à succès Baisers cachés est suivie du long-métrage poignant d’Anne Fontaine, Marvin ou la belle éducation, et du documentaire inédit  Footballeur et homo, au cœur du tabou. 

Ils font bouger les lignes : Transidentité, le combat pour être soi

À l’aube de ses 40 ans, Nathéo réalise que son corps de femme n’est pas le sien. Bouleversées par cette révélation, sa femme et sa famille vont le suivre, avec la plus grande tolérance, dans ses nombreuses opérations pour devenir un homme. Aujourd’hui Nathéo est épanoui, il a créé une marque de vêtements et d’accessoires pour aider les personnes transgenres à se sentir mieux dans leur corps.

Sylvie et Christian ont eu beaucoup de mal à accepter que leur enfant de 18 ans leur demande de devenir un garçon.
Originaires d’un petit village d’Alsace, ils ont découvert pas à pas, avec Étienne, leur fils, ce qu’est la transidentité. À 22 ans, soutenu par ses parents, il a commencé la prise d’hormones et a subi une masectomie il y a deux ans, soit une opération consistant à supprimer la poitrine. Depuis, cette famille soutient d’autres parents d’enfants transgenres en les aidant à accompagner leurs enfants lors de ce lourd processus médical.

Emma a vécu dans une génération où personne ne parlait du genre. Ceux qu’on appelait « les transsexuels », à l’époque, étaient mal vus. Terrée dans la honte, sans comprendre qui elle était vraiment, elle a enfoui pendant des années cette féminité qu’elle ressentait profondément. Grâce à sa vie de chef d’entreprise, son mariage et ses enfants, Emma a survécu dans le corps d’un homme jusqu’à ses 50 ans, se travestissant occasionnellement. Aujourd’hui devenue une femme libre et assumée, elle s’apprête à ouvrir à Paris le premier restaurant tenu uniquement par des personnes transgenres dans un quartier touristique.

Avec plus de 50 000 abonnés sur son compte Instagram, Lexie est devenue une porte-voix de la communauté transgenre. Victime de nombreuses agressions et insultes transphobes, elle milite à travers des conférences et des vidéos pédagogiques pour expliquer au plus grand nombre ce qu’est « le troisième genre ».

Magazine – 90 min –  Un film d’Olivier Delacroix – Réalisé par Olivier Delacroix et Julie Ledru – Une production france.tv studio et Tesséo Prod  – Avec la participation de France Télévisions 

Diffusion : mardi 11 mai à 20.50 sur France 5 
À voir et à revoir sur france tv 

Commentaires