Tournoi des Six Nations : Italie-France

France tv, diffuseur historique du Tournoi des Six Nations, retransmet en direct les matchs de ce rendez-vous incontournable de la saison rugby. Onze ans après avoir remporté son dernier Tournoi, le XV de France peut croire à un nouveau sacre. À la veille de leur premier match face à l’Italie ce samedi à 15.05 sur France 2, Dimitri Yachvili et Vincent Clerc, les consultants France tv, évoquent le défi qui attend les hommes de Fabien Galthié.

XV de France © France tv

Après avoir remporté le Tournoi en 2010 pour la dernière fois, un succès du XV de France est-il possible dans ce Tournoi 2021 ?
Dimitri Yachvili : Disons qu’il y a de l’espoir. Les années précédentes, nous savions que le défi serait très compliqué. Or, lors du Tournoi 2020 et de la dernière Coupe d’automne des nations, nous avons rivalisé avec les plus grandes équipes européennes. Il y a donc cette année un réel espoir de victoire. Cela est certain. La principale difficulté sera d’évoluer en année impaire, ce qui signifie que nous devrons nous déplacer trois fois, dont deux fois lors des deux premiers matchs. Le pari s’annonce difficile, mais nous avons les moyens d’y faire face.

Sur quelles forces pourra s’appuyer l’effectif tricolore ?
D. Y. : Lors du dernier match en Angleterre, en Coupe d’automne des nations, nous avons failli gagner au terme d’une confrontation mémorable (défaite du XV de France en prolongations). Pour autant, ce match perdu vaut largement une victoire, car nous avons rivalisé avec les vice-champions du monde chez eux avec une équipe remaniée. Cela prouve qu’il y a du potentiel, de l’émulation et une concurrence saine parmi les joueurs. La force de l’équipe de France tient en plusieurs valeurs : le mental, l’abnégation, la rigueur et la discipline. Et ces qualités sont enfin de retour au sein du groupe. L’équipe dispose également d’une excellente défense et se montre très entreprenante dans les phases de conquête. De plus, elle joue de manière très intuitive, et son staff de très haut niveau tire incontestablement chaque joueur vers le haut.

L’équipe n’a donc pas droit à l’erreur ? 
D. Y. : Même s’ils sont dans une bonne phase et qu’on les voit aller loin, il va falloir accepter que les joueurs de ce XV de France puissent perdre des matchs et ne pas tout remettre en question s’il y a une contre-performance. Mais le potentiel est là, et on peut espérer les voir gagner. 

Quels adversaires peuvent mettre à mal la dynamique positive de l’équipe ?
D. Y. : Les Anglais ! Nous nous déplaçons sur leur terrain et ils seront plus méfiants vis-à-vis de nous que lors du match joué chez eux en Coupe d’automne des nations. L’Irlande est un peu moins bien physiquement mais reste une formation très solide et expérimentée. On peut imaginer que l’Italie sera à notre portée, même si nous les jouerons dans un contexte très difficile, vu qu’il s’agira du premier match. Mais l’idéal serait de s’imposer lors de cette première confrontation, pour engranger un capital important au niveau de la confiance. Nous sommes favoris contre l’Écosse, le pays de Galles et l’Italie. Et disons que ce sera du 50/50 pour les matchs à l’extérieur, en Angleterre et en Irlande.    

Dimitri Yachvili
Dimitri Yachvili.
© Pauce / France.tv


Après leur deuxième place en 2020 dans le Tournoi des Six Nations et lors de la Coupe d’automne, les Bleus ont-ils un statut à défendre ? 

Vincent Clerc : 
Ils sont entièrement favoris, c’est une évidence. Ils ont réalisé une saison 2020 très convaincante avec des victoires probantes contre des nations de premier plan telles que l’Angleterre (Tournoi des Six Nations 2020) ou le pays de Galles (test-match en octobre 2020). Des performances obtenues qui plus est avec un effectif soumis à un turn-over important. On l’a constaté notamment lors de la Coupe des nations. Au-delà du XV de départ, un groupe très soudé est né, et nous sommes certains que, si un joueur se blesse, l’équipe ne va pas en pâtir, car à chaque poste il y a un talent en mesure de prendre le relais. En outre, les autres grandes nations ont plutôt été en deçà de leur niveau habituel lors de l’année écoulée. Même s’il s’agit d’une année à trois déplacements, le XV de France est l’un des grands favoris.

Comment expliquer le niveau actuel de l’équipe ?
V. C. : En premier lieu, ce sont des joueurs très jeunes, qui jouent beaucoup dans leur club, aussi bien en Championnat qu’en Coupe d’Europe. On sait que la Coupe d’Europe est ce qui se rapproche le plus du niveau international. Du coup, même s’ils ont peu d’expérience en équipe nationale, ils savent déjà parfaitement gérer les confrontations de très haut niveau. L’équipe dispose d’une charnière très forte avec Antoine Dupont, joueur capable de faire d’énormes différences et de distribuer le jeu, tout en s’appuyant sur des capacités physiques hors normes. Il y a aussi Romain Ntamack, au poste de numéro 10, qui impressionne par sa sérénité et gère très bien la pression. Le capitaine Charles Ollivon apporte énormément grâce à son état d’esprit extrêmement combatif. Il y a seulement trois ans, il aurait pu arrêter le rugby, et il se retrouve finalement aujourd’hui capitaine du XV. On a le sentiment que tous jouent les uns pour les autres, et c’est ce qui constitue la grande force de ce groupe.

Vincent Clerc
Vincent Clerc.
© Pauce /  France tv

Voyez-vous des faiblesses au sein de cet effectif ? 
V. C. : Il y a beaucoup de matchs qu’on a gagnés de justesse. Face aux Anglais, c’était très dur. Contre les Gallois, tout bascule sur une interception de Romain Ntamach et un ballon gratté à la fin. Il ne faut pas oublier que c’est une équipe jeune, en train de se construire. Donc il y a beaucoup de choses à améliorer… Mais l’essentiel est là : l’état d’esprit, le potentiel et le réservoir de talents. Après, seuls l’expérience et l’enchaînement des matchs de haut niveau permettront à cette équipe d’être de plus en plus constante.  

Quelles qualités a su insuffler Fabien Galthié ?
V. C. : Il est arrivé dès le départ avec un staff très élargi, en plaçant plusieurs entraîneurs à des postes spécifiques. Et il est vrai que, avant de parler de résultats, ils ont surtout insisté sur l’état d’esprit et la fierté d’être en équipe de France. Fabien est parvenu ainsi à décharger la pression sur les épaules des joueurs, et les résultats sont venus rapidement. Pendant plusieurs années, il y a eu une spirale négative dont le XV de France s’est sorti en s’appuyant sur un nouveau groupe, prêt désormais à construire sa propre histoire.

Dispositif de France 2 pour la couverture du Tournoi des Six Nations
Dispositif de France 2 pour la couverture du Tournoi des Six Nations.
© France tv

Italie-France  

Match en direct du Stade olympique de Rome – Tournoi des Six Nations 2021, à suivre du 6 février au 20 mars – Commentaires des matchs du XV de France Matthieu Lartot et Dimitri Yachvili – Interviews en bord de terrain Cécile Grès – Le match sera suivi de la rencontre Angleterre-Écosse à 17.45, avec les commentaires de Laurent Bellet et Jérôme Cazalbou – Lancement de chaque rencontre des Bleus sur France 2 avec le magazine « XV/15 », présenté par Cédric Beaudou et Vincent Clerc

Le match Italie-France est diffusé samedi 6 février en direct à 15.05 sur France 2 et France.tv sport. Une rencontre à voir et à revoir sur france.tv

Le calendrier des matchs et toutes les infos de la compétition sont à retrouver sur ce lien

Publié le 04 février 2021
Commentaires