« Sur tous les fronts » pour la Journée mondiale de l’environnement

« Une seule Terre » : France Télévisions se mobilise pour la Journée mondiale de l’environnement du 5 juin et propose une programmation particulière. Parmi les temps forts : un inédit de « Sur le front »consacré aux oiseaux, « Le Monde de Jamy » qui s’intéresse à la montée des eaux sur le littoral français, de nombreux programmes pour le jeune public et une offre documentaire spéciale sur france.tv, ainsi que sur le pôle Outre-mer et France 3 Régions.

Hugo Clément enquête : « Où sont passés nos oiseaux ? » © Winter Productions

L’environnement, c’est nous et tout ce qu’il y a autour de nous. Il faudrait en parler dans les médias, tous les jours, le plus possible.

 

Hugo Clément 

Sur le front : « Où sont passés nos oiseaux ? »

Dimanche 5 juin à 20.55

Pourquoi les moineaux ont-ils disparu de nos villes ? Pourquoi voyons-nous de moins en moins d’oiseaux à la campagne ? Pour les sauver, il faut d’abord comprendre les raisons de leur disparition. Hugo Clément enquête sur les menaces qui planent sur nos cigognes, nos chardonnerets et les plus belles espèces qui vivent en France.

« Sur le front »
 Hugo Clément dans « Où sont passé nos oiseaux ? »
© Winter Productions

L’interview du journaliste Hugo Clément

Hugo Clément, journaliste et producteur de la série documentaire porteuse d’espoir Sur le front, présente dimanche 5 juin une nouvelle enquête de son émission, consacrée aux oiseaux. Comme pour chaque numéro, il nous emmène au plus près de ceux qui se battent pour protéger nos écosystèmes. Figure emblématique de France Télévisions pour l’environnement, il nous explique. 

Le 5 juin est une journée symbolique, c’est la Journée mondiale de l’environnement. Mais une Journée mondiale de l’environnement, est-ce suffisant ? 
Hugo Clément : 
Non, ça ne suffit plus. C’est tous les jours qu’il faut se soucier de l’environnement, car il est dans chaque pan de notre vie quotidienne et dans chaque décision prise au niveau politique. L’environnement, c’est nous et tout ce qu’il y a autour de nous, c’est ce qui nous permet de vivre. Il faut en parler dans les médias, tous les jours, le plus possible. 

Sur le front aborde des thématiques très précises ou des problématiques particulières, dont parfois nous ne connaissons pas même l’existence. Celles autour des oiseaux par exemple. Alors comment choisissez-vous vos sujets ? 
H. C. : 
Même si nous faisions une émission par jour, nous ne pourrions pas faire le tour de toutes les problématiques environnementales. Nous sélectionnons donc rigoureusement les sujets, en essayant de nous focaliser sur des situations au sein de l’Hexagone et sur des sujets qui touchent et concernent les Français dans leur quotidien. Notamment pour leur faire comprendre qu’ils peuvent agir à leur niveau dans certains cas. Nous avons une équipe de journalistes qui enquêtent en permanence, mais il y a aussi des scientifiques et des militants d’association de défense de la nature qui nous contactent pour nous alerter sur des sujets précis.

Sur le front : le titre de l’émission est évocateur. Pouvez-vous nous expliquer le choix de ces termes : « combattant », « front » ? 
H. C. : 
Ces termes correspondent à la réalité. En ce moment même, une guerre pour l’environnement et la préservation de notre planète est en train d’être menée. Lorsque des groupes armés veulent profiter des ressources que d’autres essayent de protéger, on assiste à de réelles situations de guerre. Dans la jungle guyanaise où des militaires français affrontent des orpailleurs illégaux ou au Congo dans le parc des Virunga où des rangers sont victimes d’embuscade, des gens sont tués. Même si elle ne ressemble pas à une guerre classique, cela en est bel et bien une. 
Les termes sont volontairement « choc », pour attirer l’attention et inciter à la mobilisation. Car c’est aussi une guerre contre nous-mêmes, contre nos modes de vie qui ne sont plus soutenables. Si on ne se mobilise pas aujourd’hui et si on ne remporte pas cette bataille, c’est toute l’humanité qui sera perdante, à court, moyen et long termes. 

Parmi ces combattants, qui n’ont que leur volonté de préserver notre terre, vous avez notamment rencontré Victor Noël, un jeune adolescent de 17 ans, passionné par les oiseaux et engagé pour leur protection. Comment s’est passée votre rencontre ?
H. C. : 
Assez simplement ! Son nom a rapidement été évoqué lorsque nous cherchions des activistes qui se mobilisent pour les oiseaux, tout en ayant des connaissances scientifiques. Mettre en lumière Victor Noël était légitime car il possède une expertise sur le sujet. Bien qu’étant un profil atypique, par son jeune âge, c’est un passionné. Il a déjà écrit deux livres ! Sa connaissance des oiseaux est impressionnante, il est capable de tous les reconnaître à leur chant. C’est un garçon touchant et, surtout, sincère dans son engagement. À mon sens, il représente l’avenir de la protection des oiseaux en France. Il n’a que 17 ans ! 

Aujourd’hui, comme l’explique Vincent Bretagnolle (biologiste au CNRS), « on tient à bout de bras une population (les oiseaux) grâce à des efforts de conservation très importants. On ne fait qu’acheter du temps ». On est donc sur une corde raide… 
H. C. : 
Concernant les oiseaux, nous sommes malheureusement en train de tomber dans le gouffre. Les chiffres sont alarmants : le nombre d’oiseaux des champs a chuté de 40 % en trente ans. Si l’on continue à ce rythme, même les oiseaux les plus communs, qui ont toujours évolué autour de nous et nous ont habitués avec leurs chants à l’environnement sonore que l’on connaît, disparaîtront. La situation est plus qu’alarmante car ils jouent un rôle fondamental dans la chaîne du vivant. C’est une espèce qui donne une indication sur l’état de santé des écosystèmes. Si les oiseaux vont mal, alors les écosystèmes aussi. La question est : comment activer le freinage d’urgence ? Pour cela, il faudrait mettre un terme aux pratiques que l’on sait néfastes, à savoir l’agriculture intensive et l’artificialisation des sols, la destruction des habitats, la chasse des espèces en déclin…

Dans cet épisode, on assiste à de belles situations de solidarité, de jeunes qui s’engagent pour la protection des oiseaux, etc. Tout cela vous donne-t-il de l’espoir pour la suite ? 
H. C. : 
Bien sûr ! Il y a beaucoup de motifs d’espoir. Comme Victor Noël, certains ont pris le problème à bras-le-corps et se mobilisent. Des dizaines de milliers de citoyens participent à leur niveau, par exemple en installant très simplement des nichoirs chez eux, ou en changeant leur régime alimentaire pour se tourner vers les produits issus de l’agriculture biologique et consommer moins de viande (les pesticides et la monopolisation des sols par les monocultures destinées à l’élevage intensif sont les facteurs principaux de déclin des oiseaux). De nombreux agriculteurs changent aussi leurs pratiques. Parallèlement, de nombreux scientifiques commencent à hausser la voix pour alerter sur l’urgence de la situation et faire réagir les dirigeants français et étrangers. Nous pouvons éviter la catastrophe, mais c’est dès maintenant qu’il faut agir car le temps nous est compté. Plus on attend, plus il sera difficile d’inverser la tendance. C’est un combat qui n’est pas perdu, mais il est urgent et il faut le mener à fond dès aujourd’hui. 

À travers cette collection Sur le front, qui sont des documentaires porteurs d’espoir, vous devenez le « porte-parole de France Télévisions pour l’environnement ». Pourriez-vous nous parler des valeurs de ce programme ?
H. C. : 
Sur le front est un mélange d’enquête, de pédagogie, de découverte, d’émerveillement et d’espoir. Nous mettons en lumière les problèmes, mais aussi les gens qui se battent et proposent des solutions. L’objectif est d’informer, de donner les clefs pour comprendre et d’expliquer aux téléspectateurs que l’on peut agir, que l’on n’est pas impuissant. On souhaite aussi provoquer des réactions et des changements dans le monde politique et économique. C’est souvent le cas et ça nous donne la motivation de continuer ! 

Propos recueillis par Margaux Karp

Des séquences fortes 

On chasse le rouge-gorge en France pour… le manger 
Nous avons appris l’existence de cette pratique par hasard en suivant une perquisition avec la police de l’environnement où nous avons découvert chez un particulier tout un stock de rouges-gorges. Ils sont consommés en brochette dans le sud de la France ! 

La grande bataille pour sauver les moineaux en ville
À Paris, le nombre de moineaux a diminué de 73 % en treize ans ! La seule façon de les sauver, c’est d’installer des nichoirs. De plus en plus de Français se lancent dans cette aventure pour que les générations futures puissent en profiter. 

Enquête sur le trafic de chardonnerets 
Cet oiseau au plumage époustouflant est victime de braconniers et chassé à la glu alors que c’est une espèce protégée et en voie de disparition : en moins de vingt ans, 30 % des chardonnerets ont disparu en France. Enquête avec l’Office français pour la biodiversité.

Les busards cendrés victimes des moissonneuses-batteuses 
C’est un oiseau magnifique dont il ne reste plus que 5 000 couples en France. Car, chaque été, les jeunes familles sont fauchées par les moissonneuses-batteuses. Un groupe de militants déploie une énergie folle pour sauver les nids au milieu des champs de blé. 

Des cigognes ne migrent plus 
C’est une conséquence du réchauffement climatique : on trouve plusieurs centaines de cigognes en Charente-Maritime et en Alsace qui ne quittent plus notre territoire, les étangs ne gelant plus l’hiver...

Des combattants exceptionnels 

Victor Noël 
À 15 ans, Victor Noël a publié Je rêve d’un monde… Plaidoyer d’un adolescent pour la biodiversité. Militant engagé pour la protection de la biodiversité, ce surdoué du vivant combat pour préserver les oiseaux.

Émilie 
Avec sa brigade de la police de l’environnement, Émilie, policière à l’OFB, l’Office français de la biodiversité, nous emmène dans les rues de Marseille à la recherche des trafiquants d’oiseaux. 

Vincent Bretagnolle 
Biologiste au CNRS, Vincent Bretagnolle dédie sa vie à documenter le recul de la biodiversité en France, et trouver des solutions pour sauver nos oiseaux. Il est à l’origine de l’interdiction historique des néonicotinoïdes, les insecticides tueurs d’abeilles. 

Magazine – Présentation Hugo Clément – Réalisation Guillaume Dumant –Production Winter Productions, avec la participation de France Télévisions 

Ce magazine est diffusé dimanche 5 juin à 20.55 sur France 5
Sur le front : « Où sont passés nos oiseaux ? » est à voir et revoir sur france.tv

« Le monde de Jamy : Montée des eaux – Comment sauver nos plages ? »
« Le Monde de Jamy : Montée des eaux – Comment sauver nos plages ? »
© Elephant Doc

Le Monde de Jamy : « Montée des eaux – Comment sauver nos plages ? »

Mercredi 22 juin à 21.10 sur France 3

Centimètre par centimètre, la mer grignote chaque année un peu plus les rivages. Le réchauffement climatique accélère le phénomène. Comment faire face ? Jamy décrypte les différents phénomènes qui provoquent la montée des eaux et nous dévoile les solutions pour préserver nos plages et protéger nos villes côtières.

Magazine(112 min - inédit) – Auteurs Emmanuel Pernoud, François Ducroux et Jamy Gourmaud – Avec Jamy Gourmaud –  Réalisation Emmanuel Pernoud et Mathieu Duboscq – Production Elephant Doc et France TV Studio

Ce magazine est diffusé mercredi 22 juin à 21.10 sur France 3
Le Monde de Jamy : « Montée des eaux – Comment sauver nos plages ? » est à voir et revoir sur france.tv

« Le monde de Jamy : Montée des eaux – Comment sauver nos plages ? »
« Le Monde de Jamy : Montée des eaux – Comment sauver nos plages ? »
© Elephant Doc

Collection ±2 degrés : « Le climat change, l’humanité a rendez-vous avec son futur… »

france.tv

« Carbonisés »
« Carbonisés »
© Production Point du Jour - Les films du Balibari

Les conséquences du changement climatique sont visibles partout dans le monde : canicule extrême, pénuries d’eau, incendies dévastateurs… L’humanité va-t-elle changer de cap ? Avec la collection ±2 degrés, la plateforme france.tv propose une sélection de programmes qui interrogent et permettent une meilleure compréhension des problématiques liées à l’environnement avec, entre autres :

·       Au bord de la crise de vert
Le quotidien de trois familles plongées à la fois dans les paradoxes de l’effort écologique et le cours d’une année bouleversée par la covid. Mini-série de 5 épisodes.
·       Sur le front
Retrouvez une sélection des numéros du magazine d’Hugo Clément.
·       Nouvelles graines
Nicolas décide de changer de vie et passe son diplôme d’agriculteur. Documentaire.
·       Carbonisés
Dans la petite ville de Joigny, le combat pour le futur est déjà engagé. Série en 10 épisodes.
·       Méditerranée, l’odyssée pour la vie
Il existe tout près de nous un monde où la nature cache encore certains de ses plus beaux secrets. Série documentaire.
·       Planète parfaite
Bienvenue dans un voyage extraordinaire, à la découverte des forces qui façonnent notre planète. Série documentaire.
·       Le Goût de la terre
La ferme du Bec-Hellouin, florissante et performante, est devenue un laboratoire à ciel ouvert qui réconcilie agriculture et nature. Documentaire.
·      Pur, que dit la nature ?
Pur est une surprise à écouter. Un lieu, une espèce, une action. Mais… que dit la nature ?

« Méditerranée, l'odyssée pour la vie »
« Méditerranée, l'odyssée pour la vie »
© Boréales

Jeunes publics

Comment sensibiliser les enfants aux enjeux environnementaux ? Le 5 juin, Journée mondiale de l’environnement, Okoo se mobilise toute la journée sur la plateforme, sur France 4 et France 5, en proposant une programmation spéciale adaptée à chaque tranche d’âge.  

« Minuscules : Les Mandibules du bout du monde »
« Minuscules : Les Mandibules du bout du monde »
© Futurikon Films / IFilmFilm Entertainment / France 3 Cinéma

Au programme d’Okoo : la mini-série inédite LEGO Marvel Avengers : Énigme climatique, le long-métrage Minuscules 2, le magazine C’est toujours pas sorcier pour les plus grands. Les héros des plus jeunes sont également mobilisés pour sensibiliser et émerveiller afin d’encourager les enfants à faire attention à la nature qui les entoure.  
En complément, Lumni, le site éducatif de l’audiovisuel public, propose d’aller plus loin grâce à la mise à disposition de plus de 800 contenus éducatifs pour tous les niveaux scolaires à partir du primaire.

France 4

  • Lego Marvel Avengers : Énigme climatique (inédit)
    à 10.30 

    Tony Stark est déterminé à remporter le premier concours annuel d’invention pour sauver le climat avec sa nouvelle machine météo de Stark Industries. Mais c’est sans compter l’alliance improbable entre Justin Hammer et AIM – qui travaille secrètement pour l’ultra-vilain Crâne Rouge – pour la voler ! Les Avengers doivent maintenant survivre aux conditions météorologiques les plus extrêmes jamais déclenchées pour vaincre Crâne Rouge et AIM et ainsi détruire l’invention de Tony avant qu’il ne soit trop tard. Tout cela en une journée de travail ! 
  • Minuscules 2 : Les mandibules du bout du monde
    à 12.00  

    Entrez dans cet univers hybride issu de la fusion entre un documentaire en images réelles bucoliques et un Tex Avery. Les personnages en 3D, comme la coccinelle volubile et farceuse, l’araignée stupide et maniaque, nous entraînent à fond de train entre les herbes folles des campagnes pour observer la vie quotidienne des insectes sous le prisme déformant du burlesque et de la poésie.
     
  • C’est toujours pas sorcier – Champignons : super champions ! (inédit)
    à 18.20 
    Suivi de 2 autres épisodes : La Pollution atmosphérique : ennemi invisible et Sauvons les coraux 

    Les champignons nos alliés. Moisissures et diversité des fromages : il existe des banques de moisissures avec des milliers de souches, antibiotiques et champignons nettoyeurs de sols pollués. Les champignons sont des organismes connus de tous, mais si tout le monde a déjà vu un champignon, beaucoup ne savent pas réellement de quel type d’organisme il s’agit. Le champignon est-il une plante ? Comment se reproduit-il ? Pourquoi certains champignons peuvent-ils être cultivés, comme les champignons de Paris, et pas d’autres, comme les cèpes ? Nous allons découvrir avec nos trois amis que le champignon est un organisme vivant étonnant. 

France 5

« César et Capucine »
« César et Capucine »
© Futurikon

César et CapucinePeppa Pig ou encore Bluey, les héros des tout-petits se mobilisent pour sensibiliser les plus jeunes à la préservation, aux gestes utiles pour ne pas gaspiller, aux bonnes habitudes qui préservent la nature. 
César et Capucine s’attaquent à l’eau qu’on laisse couler, à la lumière qu’on laisse allumer, à la poubelle que l’on ne trie pas… tandis que Peppa Pig teste la voiture électrique et le compost.
Une dizaine d’épisodes de séries proposée toute la matinée sur la thématique de l’environnement à hauteur d’enfants. 

Lumni

Lumni.fr, le site éducatif de l’audiovisuel public, met à disposition de très nombreux contenus pour parler de l’environnement. Au cœur des enjeux de notre société, de nombreuses thématiques sont déjà traitées comme le climat, les océans, la surpopulation… Plus de 800 contenus peuvent répondre à cette recherche, du droit de l’environnement en passant par la découverte des métiers de ce secteur, mais aussi de nombreux débats ou extraits de documentaires.
Lumni propose également 6 grands dossiers dont les contenus ont été identifiés en fonction des niveaux scolaires :

Sans oublier une mobilisation à l’année des équipes de Lumni, grâce à des masters class organisées autour de cette thématique sur tout le territoire, mobilisant ainsi de nombreux experts qui répondent à toutes les questions des élèves.

Soif de connaissances, envie d’apprendre avec lumni.fr

« Bora-Bora, le laboratoire du futur »
« Bora-Bora, le laboratoire du futur »
© Artisan du court

La1ere.fr et Réseau des 1ère

Aux avant-postes des questions climatiques, les Outre-mer sorganisent pour préserver leurs écosystèmes, faire face aux défis climatiques et trouver des solutions durables dans le respect de la biodiversité.
Dans le cadre de la Journée mondiale pour lenvironnement, le pôle Outre-mer de France Télévisions mobilise ses antennes télé, radio et numérique à travers une programmation spéciale pour permettre à tout un chacun de comprendre et décrypter les enjeux de demain dans les territoires ultramarins.

Documentaires

Polynésie, les sages de l’océan sur France 3 (outremer.ledoc) le 6 juin
Dans ce film inédit, découvrez la lutte quotidienne de femmes et d’hommes polynésiens pour protéger leur océan, à travers notamment le « rahui », une méthode ancestrale qui permet de protéger et de préserver les ressources naturelles.

Prochainement sur France 3 Des moustiques et des hommes, sur La1ere.fr et le Réseau des 1ère La Fabrique des pandémies, et toujours en replay Bora-Bora, le laboratoire du futur.

La case La France en vrai met régulièrement des films sur la préservation de l’environnement à l’honneur. Cette thématique sera au cœur de la nouvelle collection inédite : Catastrophe : qu’avons-nous appris ? programmée au premier trimestre 2023.

Magazines

Outre-mers secrets sur France 3 le dimanche à 09.40
Partez à la découverte des plus beaux sites des Outre-mer, aux côtés d’Ultramarins qui y vivent, les connaissent, les partagent et les protègent.

Loca’Terre sur La1ere.fr et Réunion La 1ère
Protection de la nature, sauvegarde du patrimoine, économie responsable, initiatives sociales et solidaires… Ce magazine dédié au développement durable présenté par Shannti Dinnoo s’intéresse à toutes les actions ultramarines inscrites dans des problématiques globales. Rencontre avec des acteurs locaux passionnés qui œuvrent pour la préservation de leur territoire.

Réseau d’enquêtes : « Faut-il réensauvager la France » : le magazine d’infosur la chaîne YouTube de France 3 Occitanie
Des magazines, programmes courts et, côté numérique, une série de 40 modules web. Mais aussi des partenariats qui permettent de mettre la sauvegarde de la planète à l’honneur.

Radio

Planète Outre-mer sur La1ere.fr
Présentée par Caroline Marie, cette chronique quotidienne aborde les diverses problématiques environnementales auxquelles sont confrontés les départements et collectivités d’Outre-mer. En partenariat avec l’Office français de la biodiversité.
Les 13 antennes régionales de France 3 s’engagent au quotidien en faveur de la protection de l’environnement à travers une politique éditoriale et des initiatives ambitieuses. Tour d’horizon de quelques programmes et événements parmi l’offre abondante proposée tout au long de l’année.

NOWU

À l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement, le média NOWU lance une semaine de challenges pour « se bouger pour l’environnement ». 
L’opération s’intitule #taplanetetondefi. NOWU va inviter des personnalités et sa communauté à relever des défis écoresponsables sur une semaine.
Pour + d’infos, rendez-vous sur le compte Instagram NOWU pour le lancement de l’opération le dimanche 5 juin !

NOWU. Ta planète. Ton média.

Sur NOWU, on parle du changement climatique et de la biodiversité ; on donne des arguments pour se questionner, prendre part au débat et les solutions pour se bouger. 
On est un média positif. On aborde des sujets sérieux, mais on finit toujours par trouver des solutions. NOWU aussi se bouge à son niveau et le site est éco-conçu. Alors « Now You » ! À vous de jouer maintenant !
Rendez-vous sur nowuproject.eu et pour ne rien rater sur Insta et TikTok.

Publié le 03 juin 2022
Commentaires