« Italienne, scène et orchestre » au programme de la grande soirée culture de France 5

La pièce culte de Jean-François Sivadier qui se joue des frontières entre acteurs et spectateurs, suivie d’un portrait de la cheffe d’orchestre Emmanuelle Haïm dont l’inventivité et la modernité renouvellent l’art lyrique depuis vingt ans : il souffle comme un vent de liberté sur la « grande soirée culture » de France 5. Vendredi 14 mai à partir de 20.50.

 

Le public sur scène (ou dans la fosse de l’orchestre) et les comédiens parcourant la salle vide : depuis vingt ans, Italienne, scène et orchestre fait exploser les codes traditionnels de la représentation théâtrale. En mettant en scène les répétitions pour le moins chaotiques de La Traviata par une troupe en pleine crise, où s’agitent (voire s’affrontent) divas, chanteurs, metteur en scène et chef d’orchestre, Jean-François Sivadier ne se contente pas de se jouer habilement du fameux « quatrième mur » mais brouille les frontières entre spectateurs et acteurs pour réinventer l’expérience même du théâtre. Immersive, réflexive, participative, stimulante, sa pièce culte transforme chacun d’entre nous en complice investi : un « spect-acteur » en somme. 

Quiconque a participé – terme plus juste qu’« assisté » – à l’une de ces représentations en reste marqué à vie. L’expérience intime que vit chaque spectateur est indélébile. Et pourtant, bien que plusieurs projets d’adaptation audiovisuelle aient été développés, la pièce n’avait jamais été filmée.

Philippe Béziat, réalisateur de la captation d’« Italienne, scène et orchestre »

De même qu’Italienne, scène et orchestre réinvente le théâtre, la version filmée diffusée ce soir dans « Au spectacle chez soi » réinvente le principe de la captation. Les caméras du réalisateur Philippe Béziat s’approchent au plus près du jeu et de l’action, en transmettent l’intimité autant que l’intensité, et restituent le rapport singulier que cette pièce entretient avec le public. Là aussi, il s’agit d’une expérience vraiment unique !

Emmanuelle Haïm, la femme-orchestre

Après Italienne, scène et orchestre, « Passage des arts » propose une portrait d’Emmanuelle Haïm. Femme lumineuse, flamboyante et accessible, la cheffe d’orchestre souffle depuis vingt ans un vent de modernité sur l’art lyrique. Elle a été formée auprès des plus grands chefs du monde, William Christie, la star du baroque, et Simon Rattle, qui l’encourage pour la première fois à diriger un orchestre.
Avec Le Concert d’Astrée, son ensemble musical installé à Lille, elle court les scènes du monde. Depuis, son influence s’étend aussi sur les grandes interprètes du moment, Natalie Dessay et Stéphanie-Marie Degand. Emmanuelle Haïm, qui s’est imposée dans ce monde si masculin de la direction d’opéra, nous fait découvrir les coulisses de la création de Rodelinda, le grand opéra baroque de Haendel qu’elle adapte à l’air du temps.

La grande soirée culture

« Au spectacle chez soi » – Italienne, scène et orchestre
Captation (193 min) – Texte et mise en scène Jean-François Sivadier – Réalisation Philippe Béziat – Production La Compagnie des Indes, Cie Italienne avec Orchestre, MC93-Maison de la Culture de Seine-Saint-Denis.

« Passage des arts » – Emmanuelle Haïm, la femme-orchestre
Documentaire (52 min – 2019) – Présentation Claire Chazal – Réalisation Marie-Christine Gambart – Production Chrysalide Production et Elephant Doc

Diffusion vendredi 14 mai 2021 à partir de 20.50 sur France 5
Au spectacle chez soi et Passage des arts à (re)voir sur france.tv

Commentaires