Semaine de l’éducation sur les métiers de l’audiovisuel : France tv se mobilise pour les collégiens et les lycéens privés de stage

Dès le 4 février, pour la Semaine de l’éducation, puis pendant toute l’année 2021, France tv/Lumni, le Clémi et l’Onisep se mobilisent pour accompagner collégiens et lycéens dans la découverte des métiers et des coulisses de l’audiovisuel. Une façon de pallier l’absence de stages en entreprise entraînée par la crise sanitaire. Au programme, des rencontres pour échanger avec des journalistes et des professionnels, et des visites virtuelles des plateaux.

La semaine de l'éducation du 4 au 12 février 2021 avec France Télévisions
La Semaine de l'éducation du 4 au 12 février 2021 avec France tv. © DR

La Semaine de l’éducation, du 4 au 12 février 2021 

En partenariat avec le Clémi, France Télévisions mobilise son réseau de journalistes et de professionnels pour une Semaine de l’éducation exceptionnelle, du 4 au 12 février, à la découverte des métiers de l’audiovisuel.  
Destinées aux classes de troisième, des rencontres-métiers avec des professionnels sont proposées aux élèves afin de découvrir les coulisses des médias et les métiers de l’audiovisuel et d’échanger avec des professionnels sur leur parcours et leur métier. C’est une occasion unique de leur donner des clés pour leur choix d’orientation tout en découvrant les coulisses d’une entreprise d’envergure nationale.
Ces rencontres s’adressent aux élèves de la France entière avec une attention particulière pour les classes de collèges labellisés « Cités éducatives » (quartiers prioritaires de la politique de la ville). Orly, Aulnay-sous-Bois, La Seyne-sur-Mer, Lens, Argenteuil, Louvres… sont quelques-unes des villes dont un ou plusieurs établissements participent à la Semaine de l’éducation.
Chaque rencontre d’une heure sur le thème d’un métier est animée par un journaliste de Lumni ou du réseau citoyen des journalistes de France Télévisions. Elle s’accompagne d’une présentation virtuelle de France Télévisions et de visites virtuelles des coulisses et de plateaux afin d’offrir une réalité concrète et de montrer l’envers du décor. 

Une quinzaine de professionnels de France Télévisions ont accepté de se mobiliser pour la Semaine de l’éducation

Leïla Kaddour (journaliste et présentatrice JT France 2), Aurélie Taguet (conseillère de programmes au sein des magazines), Myriam Seurat (journaliste météo France Télévisions), Guillaume Calvarese (truquiste), Julien Pain (présentateur France info et rédacteur en chef Vrai ou fake), Samuel Étienne (présentateur matinale France info et Questions pour un champion), Mickaël Petit (monteur), Fabien Cardoen (monteur), Nacer Boubekeur (journaliste France info web et CM), Catherine Matausch (rédaction nationale – France 3), Marc Doumid (directeur de la communication digitale), Olivier Roellens (producteur exécutif Un si grand soleil), Olivier Bellemain (informaticien – administrateur réseaux), Paul Satis (journaliste présentateur – France 3 Rhône-Alpes / rédacteur en chef adjoint-intérim – France info), Carole Pujol (journaliste Lumni), Laure Linot (journaliste Lumni), Alain Fontan (rédacteur en chef – direction RSE).

De nombreux autres professionnels rejoindront la mobilisation de l’entreprise pour les rencontres-métiers qui seront organisées tout au long de l’année.

Le point de départ d’une plus grande mobilisation

Dès début mars, rejoints par l’Onisep, France tv et le Clémi poursuivront cette initiative tout au long de cette année 2021 afin de permettre aux élèves de Paris, des Régions et d’Outre-mer de bénéficier d’une sensibilisation à des métiers et à l’entreprise, à défaut de pouvoir effectuer leurs stages obligatoires.  

Lors de cette seconde période, en distanciel comme en présentiel, les dispositifs seront enrichis. Des rencontres de professionnels de France Télévisions par binômes seront notamment mises en place avec la collaboration de l’Onisep.
Ces rencontres s’adresseront à un public d’élèves plus large : les classes de troisième, de seconde générale et technologique, mais aussi de seconde professionnelle. Une attention particulière sera portée sur deux types d’établissements jugés prioritaires par le ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports :
    •    les collèges labellisés « Cités éducatives », collèges REP+ les plus en difficulté, tant sur le plan social que sur le plan scolaire,
    •    les collèges et lycées relevant des territoires ruraux qui éprouvent des difficultés en matière d’accès au monde l’entreprise.

Master-class : La Faute à Rousseau 
Mardi 9 février, de 14.00 à 16.00

En amont de la diffusion de la nouvelle série de France 2, France Télévisions propose le 9 février une master-class à des élèves de terminale : 35 élèves du lycée Henri-Matisse, à Vence, et 45 élèves du lycée régional Simone-Veil, à Valbonne.

La Faute à Rousseau
« La Faute à Rousseau ».
© Jean-Philippe Baltel / FTV

Après la diffusion en avant-première du premier épisode « Paul et la liberté », réalisé par Adeline Darraux, les lycéens pourront échanger avec l’équipe du film en visio avec Paul / Bryan Trésor (comédien), Théo / Louis Duneton (comédien), Agathe Robilliard (auteure), Thomas Boullé (auteur), Lou Gauthier (productrice).
Le modérateur Benoît Lagane, journaliste spécialisé séries sur France Inter et Télé Matin, animera le débat autour des thématiques :

  • Comment fabrique-t-on une fiction française ?
  • Comment la fiction, en s’appuyant sur la philosophie, permet-elle de faire évoluer les mentalités sur des sujets de société ?

 

La Faute à Rousseau

« Il n’y a pas d’âge pour grandir »
Le nouveau prof de philo du lycée La Fontaine n’est en rien philosophe. Il penche plutôt du côté incontrôlable et irrévérencieux. C’est un esprit libre qui est animé par la passion de la vérité. Celle qui se cache derrière les grands textes et, surtout, derrière les gens… Un génie ou un « fouteur de merde » ? Certainement les deux. Grâce à ce prof hors du commun qui dissimule son humanité sous son acidité, les élèves vont se révéler intellectuellement et psychiquement. Ils vont grandir. Déployer leurs ailes. Ils vont remettre en question leurs vies, les trajectoires qu’ils s’étaient imaginées ou que l’on avait imaginées pour eux. Leur transmettant au passage des notions philosophiques complexes, Rousseau est l’un de ces profs dont on se souvient toute sa vie.
L’ironie dans tout cela : Rousseau, qui aide ces jeunes à avancer, fait du surplace dans sa propre vie. Que ce soit avec les femmes, ou avec son fils de 17 ans, Théo, en pleine recherche d’identité.   

Série (8 x 52 min) – Librement adaptée du format catalan Merlì – Scénaristes Agathe Robilliard et Thomas Boullé – Réalisation Adeline Darraux et Octave Raspail – Production DEMD Productions

Avec Charlie Dupont (Benjamin Rousseau), Anny Duperey (Eva Rousseau), Samira Lachhab (Stéphanie Garnier), Louis Duneton (Théo Rousseau), Esther Valding (Emma), Bryan Trésor (Paul), Grégoire Paturel (Gabriel), Émeline Faure (Anaïs), Chloé Zerbib (Margaux), Myra Tyllian (Aïcha), Victor Lefebvre (Ethan), Carole Bianic (Claire), Anne Girouard (Charlotte Vasseur), Akim Omiri (Younes),Nadia Roz (Mélissa), Daniel Njo Lobé(Charles), Axelle Laffont (Virginie)

Diffusion à partir du mercredi 17 février à 21.05 sur France 2 

Publié le 06 février 2021
Commentaires
Connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.