Secrets d’histoire : Philippe le Bel et l’étrange affaire des Templiers

Soigneusement préparé par Philippe le Bel, l’anéantissement du plus prestigieux ordre religieux et militaire du Moyen Âge, celui des Templiers, s’achève dans la violence du bûcher en mars 1314. Sept cents ans plus tard, les motivations du « roi de fer » suscitent encore des interrogations chez les historiens. Dans ce nouveau numéro du magazine, Stéphane Bern dévoile les secrets de cette histoire. Lundi 20 septembre à 21.05 sur France 3.

« Secrets d'histoire : Philippe le Bel et l’étrange affaire des Templiers » © Laurent Menec / SEP

Pape Clément ! Chevalier Guillaume ! Roi Philippe ! Avant un an, je vous cite à comparaître au tribunal de Dieu pour y recevoir votre juste jugement. Maudits, maudits, maudits, jusqu’à la treizième génération de vos races, je vous maudis !

Paroles sur le bûcher de Jacques de Molay, dernier grand maître des Templiers

Les derniers mots de Jacques de Molay, grand maître de l’ordre du Temple, prononcés sur le bûcher érigé sur l’île de la Cité semblent avoir été prémonitoires et forgé la légende… Immortalisé par Maurice Druon comme le premier roi maudit, Philippe le Bel a laissé l’image d’un souverain certes très pieux, mais inflexible, froid et obsédé par la raison d’État : « Ce n’est ni un homme ni une bête, c’est une statue », dira de lui l’un de ses nombreux ennemis. Le portrait est sévère, au vu du bilan politique de son règne, considéré par les spécialistes comme un tournant de l’histoire de France. Pour l’historien Philippe Josserand, « il a marqué le passage d’une royauté féodale à une monarchie de droit divin juridique et administrative. On est véritablement à la naissance de la nation française ». Xavier Hélary souligne, de son côté, « la mise en place de deux institutions centrales très importantes : la Chambre des comptes, d’une part, pour la comptabilité royale et le Parlement pour l’exercice de la justice ». Les légendes sont donc tenaces, puisque l’on retient surtout la malédiction de Jacques de Molay, qui n’a pas tardé à frapper le « roi de fer » et sa descendance. Mais comment le petit-fils de Saint Louis, visionnaire et moderne pour son époque, a-t-il pu se montrer si cruel, y compris au sein de sa propre famille ? Et qu’est-ce qui l’a amené, dans les dernières années de son règne, à s’acharner contre l’ordre militaro-religieux le plus prestigieux de son temps ? Pour le comprendre, Stéphane Bern nous propose un voyage passionnant, dans le temps et dans des lieux chargés d’histoire, du cœur de Paris aux anciennes commanderies des Templiers, et jusqu’en Italie sur la route des croisades. 

L’ordre du Temple 

  • Il a été fondé, dans le contexte des croisades, en Terre sainte au XIIe siècle par Hugues de Payns, un chevalier de Champagne, et quelques compagnons.
  • Ses membres se sont vu confier la défense de l’ancienne mosquée al-Aqsa, transformée en palais royal après la conquête de Jérusalem, et bâtie à l’emplacement du temple de Salomon. D’où leur nom de chevaliers du Temple.
  • Légitimé par le concile de Troyes en 1129, l’ordre dépend directement du pape, ce qui lui octroie de nombreux privilèges (fiscaux, judiciaires…).
  • Au cours des XIIe et XIIIe siècles, les Templiers ont œuvré à la défense des pèlerins et des États latins d’Orient.
  • Plus que des moines soldats, les Templiers étaient une confrérie ; ils faisaient vœu de pauvreté, de chasteté et d’obéissance.
  • Seule une partie des Templiers combattait ; les autres membres de l’Ordre faisaient fructifier les nombreuses donations destinées à financer leurs missions, dans leurs monastères appelés commanderies, établis partout en Occident. 

Les intervenants

Xavier Hélary, Julien Théry, Philippe Josserand, Christelle Balouzat-Loubet, Valérie Toureille, Patrick Demouy, Thierry Leroy, Arnaud Baudin, Victor Rivera Magos, Monique Dollin du Fresnel, historiens, Ghislain Brunel, conservateur aux Archives nationales, Michel Sapin, ancien ministre des Finances, Marie-Ève Scheffer, responsable de la forteresse royale de Chinon, Dominique Vingtain, conservatrice du Palais des papes, Antoinette Gorioux, responsable du fort Saint-André, S.E. Dominique le Prince de La Rochefoucauld-Montbel, Grand Hospitalier de l’Ordre de Malte

Secrets d’histoire : Philippe le Bel et l’étrange affaire des Templiers

Magazine culturel – Présentation Stéphane Bern – Production Société Européenne de Production, avec la participation de France Télévisions – Auteur du documentaire et réalisation des sujets Vincent Mottez – Réalisation des plateaux et des évocations Benjamin Lehrer

Secrets d’histoire : Philippe le Bel et l’étrange affaire des Templiers est diffusé lundi 20 septembre à 21.05 sur France 3
À voir et revoir sur france.tv

Publié le 16 septembre 2021
Commentaires