« Sécheresse et incendies : les super-pouvoirs de nos forêts ! » dans « Le Monde de Jamy »

Des feux de forêt de plus en plus importants touchent toujours plus de régions françaises. Malgré cette menace croissante, nos forêts résistent plutôt bien. Comment la végétation fait-elle face aux fortes canicules et aux feux destructeurs ? Jamy Gourmaud et Églantine Éméyé nous révèlent les super-pouvoirs de nos forêts, en suivant le travail des pompiers, des pilotes de Canadair et des gardes forestiers. À découvrir mercredi 28 juillet à 21.05 sur France 3.

« Sécheresse et incendies : les super-pouvoirs de nos forêts ! » © Elephant

La forêt française est un trésor : elle couvre un tiers de notre territoire et abrite une faune et une flore d’une richesse inestimable. Mais, chaque été, elle doit faire face aux incendies qui détruisent, en quatre mois, l’équivalent de la surface de Paris !

Sur les hauteurs de l’étang de Berre, dans les Bouches-du-Rhône, Jamy participe à une bien curieuse mission : allumer un feu dans la garrigue avec le concours actif des pompiers. Chaque année, à la fin de l’hiver, ces professionnels créent des zones tampons pour favoriser la lutte contre les flammes qui seront ainsi naturellement ralenties par ces terres déjà brûlées. Pour les régions où les forêts sont proches des zones d’habitation, ces feux dirigés sont devenus un moyen de lutter contre les incendies qui chaque année ravagent des centaines d’hectares de forêt dans le Sud, mais plus seulement… Les sécheresses à répétition, conséquences du réchauffement climatique, accélèrent ce phénomène. Ces derniers étés, les incendies ont menacé de justesse des forêts dans l’Indre, la Marne… Les Ardennes, la Bretagne, le nord du pays sont désormais concernés.

Jamy s’improvise présentateur météo pour le siècle à venir. Si la température augmente de 4 °C, ce sont 88 % de toutes les régions françaises qui seront confrontées à des conditions propices aux feux de forêt. Toutefois, si la lutte contre l’effet de serre permet de diminuer ce chiffre de 2 °C, cette part du territoire français exposée sera bien moindre. Mais sans stratégie de prévention, les catastrophes se multiplieraient. Un travail régulier et de longue haleine des pompiers.
On attribue à 90 % des feux une origine humaine et à 40 % une volonté criminelle. L’amende coûte cher à ceux qui auraient pris le risque d’allumer un barbecue sous des arbres ou jeté un mégot au milieu de la végétation. Les habitants de ces zones à risque ont l’obligation de débroussailler autour de leur propriété. C’est ce qui a sauvé cette habitante de la seule maison qui a réchappé aux flammes à Saint-Jean-de-la-Blaquière, dans l’Hérault. Le reste de la propriété a été entièrement calciné sur 50 hectares. « Tout ce qui n’est pas débroussaillé autour de chez nous est un danger pour nous. » Les terres agricoles laissées en friche à la lisière des bois constituent ainsi un danger supplémentaire en propageant le feu à toute vitesse.

En France, le dispositif de surveillance permet à 95 % d’éteindre les feux de forêt avant qu'ils aient pu détruire cinq hectares. Dès que le risque devient élevé — température à plus de 30 °C, garrigue desséchée et rafales de vent à plus de 30 km/h —, la vigilance redouble. Les pompiers se positionnent aux points stratégiques dans les forêts. Dans les tours de guet, les vigies signalent le moindre départ de feu : « On connaît assez bien l’environnement, explique le guetteur de l’Office national des forêts, Valentin Dussolier. Donc, dès qu’il y a quelque chose qui change, on arrive à le détecter assez rapidement... Dans les pires journées, on peut détecter jusqu’à cinq départs de feu. » Les avions de reconnaissance se tiennent prêts alors à décoller au premier signal d'alerte. 

« Le Monde de Jamy / Sécheresse et incendies : les super-pouvoirs de nos forêts ! »
Jamy devant un Canadair
© Elephant

En août 2016, trois feux se déclarent autour des communes de Rognac et Vitrolles. Les habitations sont menacées, deux mille hectares flambent, et le feu, attisé par le mistral, avance à 200 km/h. Il arrive aux portes de Marseille et menace les usines pétrochimiques de Fos-sur-Mer. … La population à proximité est évacuée : il y aura 33 blessés et 33 000 ha de végétation ravagée.
Lorsque le feu devient incontrôlable, c'est au tour des Canadair d'entrer en action. Jamy embarque à bord de l’un d’eux en compagnie de Frédéric Kretz, chef pilote Canadair Sécurité civile. « Pour être efficace, il faut mettre un tiers de notre charge dans les flammes, et deux tiers dans le vert, là où va avancer le feu. » Et les largages doivent s’enchaîner toutes les trente secondes ! Un métier à haut risque : l’air chaud, les turbulences, la fumée et tout ce qu’elle comporte mettent en péril les pilotes. Depuis la première mise en service de ce type d'avion, en 1963, 32 membres d’équipages sont morts dans des accidents pendant des interventions.

Eglantine Emeyé se forme à la lutte contre le feu
Centre de formation de Velaux dans les Bouches-du-Rhône
© Elephant

Pendant ce temps, Églantine enfile l'équipement des pompiers pour tenter l’expérience du combat avec les chaleurs extrêmes au Centre de formation de Velaux, dans les Bouches-du-Rhône, unique au monde. Elle y découvre comment un feu se forme en cône qui peut s’étendre sur plusieurs centaines de mètres au bout de quelques heures, et s'initie aux dangers des changements de vents ou des sautes de feu pouvant rapidement mettre un pompier dans une situation très périlleuse. Comme en témoigne le commandant-colonel Frédéric Maggiani, qui a réchappé de la mort...

Mais que deviennent ces hectares de forêt dévastée par le feu ? C'est avec Bastien Roméro, écologue à l'IRSTEA à Aix-en-Provence, que Jamy va découvrir le secret de la survie de ces pinèdes de pins d'Alep notamment, particulièrement éprouvées par le feu. Dans le massif de la montagne Sainte-Victoire, dont l'incendie de fin août 1989 avait dévoré 60 %, la forêt a ainsi repris ses droits naturellement.
Mais à l'ère des méga-feux qui ravagent dorénavant la planète comme en Californie ou en Australie, les ressources de la forêt — qui absorbe notre CO2 — ne sont pas infinies. À nous d'en prendre soin... 

Sécheresse et incendies :  les super-pouvoirs de nos forêts !
« Sécheresse et incendies : les super-pouvoirs de nos forêts ! »
© Elephant

En savoir plus sur les avions amphibies Canadair 

30 mètres d’altitude (cent pieds) : le seul avion capable de voler aussi bas
6 000 litres d’eau répartis dans 2 réservoirs 
12 secondes pour charger l'eau en mer ou sur un plan d'eau
6 tonnes d'eau larguées en 2 secondes
12 avions en France pour 12 pilotes formés

Le Monde de Jamy

« Sécheresse et incendies :  les super-pouvoirs de nos forêts ! »


Les intervenants 

Capitaine Nicolas Rabouin, pompier des Bouches-du-Rhône
Pascal Guenot, Office national des forêts dans le Gard
Frédéric Kretz, chef pilote Canadair Sécurité civile
Frédérique Giroud, Centre d'essais et de recherches de Valabre
Commandant Jérôme Mesure, zone de défense et sécurité du Sud-Ouest
Commandant colonel Frédéric Maggiani, pompiers des Bouches-du-Rhône
Bastien Roméro, écologue, IRSTEA, Aix-en-Provence.
Lieutenant Manon Reynaud, pompiers des Bouches-du-Rhône.

Magazine (110 min) – Présentation Jamy Gourmaud et Églantine Éméyé – Réalisation Bruno Bucher, Laura Miret et Mathieu Dubosq – Auteurs Bruno Bucher, Laura Miret, François Ducroux et Jamy Gourmaud – Production Elephant Doc et France tv studio 

Le Monde de Jamy est diffusé mercredi 28 juillet à 21.05 sur France 3
À voir et revoir sur france.tv 
  

@LeMondeDeJamy
Page Facebook 

Commentaires