Enquêtes en terrain miné - Le Projet « Green Blood »

Une quarantaine de journalistes d’investigation de grands médias européens ont collaboré pour poursuivre le travail de confrères entravés, menacés ou assassinés alors qu’ils enquêtaient sur des scandales environnementaux de l’industrie minière. Une série documentaire inédite aux allures de thriller retrace les coulisses de cette enquête sur trois continents. Dimanche 1er mars sur France 5, une soirée spéciale à partir de 20.50.

Le 17 juin 2019, une trentaine de médias internationaux publiaient simultanément le Projet Green Blood, nom de code d’une vaste enquête collaborative menée en Inde, au Guatemala et en Tanzanie par une quarantaine de journalistes d’investigation appartenant à une quinzaine d’organes de presse. À l’origine de ce projet, Forbidden Stories, le collectif de journalistes du Freedom Voices Network, association créée en 2017 par Laurent Richard, de l’agence Premières Lignes (Cash Investigation, sur France 2). Un principe : reprendre, poursuivre et publier les enquêtes de journalistes contraints au silence à travers le monde par l’intimidation, les pressions, les poursuites, la persécution ou l’assassinat. Une inspiration : le Projet Arizona, mis sur pied en 1976 par 38 journalistes de 28 médias américains afin de terminer l’enquête de Don Bolles, tué dans l’explosion criminelle de sa voiture, alors qu’il enquêtait sur une affaire de corruption. Un contexte : le journalisme collaboratif qui révolutionne la presse d’investigation depuis les Panama Papers (380 journalistes, 11 millions de documents échangés).

Projet Green Blood : Un sujet universel. Laurent Richard, créateur de Forbidden Stories, Alexis Marant, directeur de collection, et Arthur Bouvart, journaliste, reviennent sur l’origine de leurs enquêtes aux conséquences internationales :

C’est un avertissement aux ennemis de la liberté de la presse : “Vous pouvez tuer le messager, vous ne tuerez pas le message.”

Laurent Richard, fondateur de Forbidden Stories

Après le Projet Daphne, lancé par Forbidden Stories au lendemain de l’assassinat de la journaliste maltaise Daphne Caruana Galizia et dont les révélations ont contribué à la chute récente du Premier ministre de l’île méditerranéenne, le projet Green Blood, dont la série du même nom propose les coulisses, s’attaque aux scandales environnementaux liés à l’industrie minière sur trois continents. « Les trois histoires que nous racontons, explique Laurent Richard, sont tout à fait emblématiques d’une réalité internationale. Il y est question d’industries aux moyens financiers importants, qui passent des deals avec les gouvernements et qui génèrent souvent de la corruption, ce qui empêche les agences publiques de contrôle de faire leur travail. Quand des contaminations se produisent, des journalistes, alertés par les communautés locales, enquêtent et finissent bien souvent par être entravés, criminalisés voire assassinés. Ces histoires ont également une dimension internationale parce que ces industries sont multinationales et que leurs productions circulent : le sable indien est exporté dans le monde entier, comme le nickel guatémaltèque; quant à l’or tanzanien, on le retrouve dans nos ordinateurs ou nos téléphones portables. Ainsi, la mort d’un journaliste indien, les persécutions subies par un journaliste guatémaltèque ne sont pas seulement des atteintes graves à la liberté de la presse et à la démocratie, c’est une information qui risque de disparaître, une information qui nous concerne tous en tant que citoyens. Face à ces crimes financiers, environnementaux, ces crimes tout court, aux ramifications internationales, notre réponse doit être globale. Le journalisme doit traverser les frontières. »

Projet Green Blood : Forbbiden Stories. Laurent Richard, producteur et créateur, expose la mission de Forbidden Stories :

Avec le succès des Panama Papers, nous avons prouvé que plus on est nombreux, plus on a d’impact. 

Juliette Garside, The Guardian

Projet Green Blood : Les codes de la fiction au service d’une série documentaire. Alexis Marant, directeur de collection, Arthur Bouvart, journaliste, et Laurent Richard, créateur de Forbidden Stories, reviennent sur leurs choix narratifs :

Green Blood Project en chiffres 

Huit mois d'enquête
Trois continents : l'Asie, l'Amérique latine et l'Afrique
Quarante journalistes
Quinze médias (dont France tv, Radio France et Le Monde pour la France) dans dix pays différents
Publication portée par le collectif Forbidden Stories dans trente organes de presse du monde entier (semaine du 17 juin 2019)

Projet Green Blood : Tamil Nadu. Arthur Bouvart, journaliste, Alexis Marant, directeur de collection, et Laurent Richard, créateur de Forbidden Stories, évoquent l’enquête menée au Tamil Nadu sur les mafias du sable :

 

Projet Green Blood 

Série documentaire (4 x 52 min) - Directeur de collection Alexis Marant - Auteurs-réalisateurs Jules Giraudat et Arthur Bouvart - Coproduction Forbidden Films et French Kiss Pictures - Avec la participation de France Télévisions

Pour la première fois, des journalistes du monde entier issus d'une trentaine de médias, et membres du réseau Forbidden Stories, ont décidé de collaborer pour reprendre les enquêtes laissées inachevées par leurs confrères assassinés, menacés et emprisonnés car ils enquêtaient sur des scandales environnementaux liés au secteur minier. 
Pendant six mois, le collectif de reporters a enquêté simultanément dans trois pays, l'Inde, le Guatemala et la Tanzanie, afin de poursuivre ces histoires censurées et révéler les méthodes de cette industrie parmi les plus opaques et les plus polluantes au monde. 
Filmée comme un polar, construite comme un récit feuilletonnant, la série documentaire Projet Green Blood plonge au cœur de cette investigation mondiale exclusive qui révèle le prix humain et écologique de l’industrie minière. Enquêtes sur les traces du sable, du nickel et de l'or qui sortent des mines.

La rédaction nationale de France Télévisions est partenaire de cette opération et a diffusé les résultats des enquêtes du Projet Green Blood, dans ses JT, ainsi que sur France info (canal 27 et numérique).

Projet Green Blood est diffusé dimanche 1er mars sur France 5 à partir de 20.50 
À voir et à revoir sur france.tv pendant 60 jours.

Publié par CKG le 25 février 2020
Commentaires
Connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.