« Projet Cartel » : une enquête internationale au cœur des réseaux du narcotrafic mexicain

Après « Projet Green Blood » – prix Europa de la meilleure série documentaire européenne en 2020 –, France tv propose une nouvelle investigation mondiale, menée par Forbidden Stories, au cœur des cartels mexicains. Filmé comme un thriller journalistique, « Projet Cartel : Mexique, le silence ou la mort » est le fruit de longs mois d’enquête. Un documentaire inédit, suivi d’un débat dans « Le Monde en face », mardi à 20.50 sur France 5.

« Projet Cartel : Mexique, le silence ou la mort »
« Projet Cartel : Mexique, le silence ou la mort ». © Forbidden Films

Assassiner un journaliste, c’est comme poser une bombe au milieu d’une rédaction pour semer la terreur !

Jorge Carrasco, directeur de l’hebdomadaire Proceso

Le 28 avril 2012, le corps de la journaliste mexicaine Regina Martínez est retrouvé à son domicile dans l’État de Veracruz : elle a été étranglée et rouée de coups. Journaliste pour l’hebdomadaire Proceso, elle faisait figure de référence pour ses confrères et les lecteurs. « C’est la première journaliste d’un média national à avoir été assassinée, se souvient Jorge Carrasco, directeur du journal. Ce fut un message très fort envoyé par la criminalité. » Son meurtre marque un tournant dans l’impunité des crimes contre la presse au Mexique. Depuis, soixante-quatre journalistes ont été tués. Un chiffre qui fait de ce pays l’endroit le plus dangereux pour la presse dans le monde, devant la Syrie et l’Afghanistan. 

« Projet Cartel : Mexique, le silence ou la mort »
« Projet Cartel : Mexique, le silence ou la mort ».
© Forbidden Films

Soixante journalistes de vingt-cinq médias internationaux ont décidé de s’unir afin de faire la lumière sur ce meurtre et de poursuivre le travail de leurs confrères mexicains assassinés. « Projet Cartel » est le nom de cette collaboration historique coordonnée par Forbidden Stories.
Durant dix mois, ce réseau de journalistes d’investigation a enquêté sur les cartels mexicains, leurs liens avec le pouvoir politique et leurs connexions à travers le monde pour s’approvisionner en armes et en drogue de synthèse. Avec un seul objectif : mettre à profit leur influence pour faire résonner ces histoires censurées et étouffées.
Ils ont d’abord tenté d’élucider l’assassinat de Regina Martínez. « C’était une journaliste de toute petite taille mais très dérangeante pour le pouvoir », résume une journaliste. L’enquête officielle conclut à un meurtre motivé par le vol et la justice condamne un petit délinquant analphabète, « El Silva ». « La manière dont s’est construite cette version est comme un mauvais film, s’indigne Jorge Carrasco. C’était fait pour humilier. »
Les journalistes de Forbidden Stories vont recueillir des preuves sur l’absurdité de la thèse défendue par le procureur général, mais aussi reprendre le fil de l’enquête de Regina. Car la journaliste enquêtait sur deux hommes politiques, successivement gouverneurs de l’État de Veracruz, qui entretenaient des liens étroits avec le narcotrafic.
Le chiffre d’affaires annuel des cartels mexicains est estimé à 15 milliards de dollars. Nouvelle manne : les drogues de synthèse, plus rentables que l’héroïne ou la cocaïne. « On s’est concentrés sur le fentanyl, explique François Ruchti, journaliste à la RTS. Une drogue extrêmement puissante, chimique, artificielle, donc facile à fabriquer, contrairement à l’opium ou la cocaïne. » Une drogue qui a fait baisser l’espérance de vie aux États-Unis. Mais extrêmement rentable pour les narcotrafiquants : « Il y a plus d’argent, c’est plus pur, il n’y a pas d’odeur, c’est indétectable, les scanners ne les détectent pas. » Un témoignage stupéfiant recueilli auprès d’un ingénieur de l’industrie chimique qui fabrique par milliers des cachets de fentanyl dans un laboratoire clandestin qu’ont pu filmer des journalistes de Forbidden Stories. 
Autre filière d’investigation pour eux : le circuit de distribution des précurseurs, éléments chimiques indispensables à la fabrication de la drogue. Il les emmène jusqu’en Inde où acheter et importer ces produits se révèle d’une facilité déconcertante.
Ils enquêtent aussi sur les réseaux d’approvisionnement en armes des cartels, et découvrent l’implication de certains fabricants européens.
L’État de Veracruz fait partie de ces États où des membres de la police fournissent en armes les cartels. Au cours de leurs mandats respectifs, Fidel Herrera et Javier Duarte, les deux gouverneurs sur lesquels enquêtaient Regina Martínez, se sont enrichis. En même temps, le nombre de personnes assassinées ou disparues s’est compté en milliers. Or, la journaliste avait commencé à accumuler de nombreuses preuves montrant leur implication, mais aussi des photos des fosses où les corps ont été enterrés…
Grâce à un accès exclusif aux coulisses de l’enquête, ce documentaire suit les reporters en temps réel jusqu’aux territoires contrôlés par les cartels pour révéler l’impunité et les complicités dont profitent les narcotrafiquants. Des cimetières de Veracruz, tombeau des journalistes, au cœur de l’Amérique avec ses vies brisées par overdoses de fentanyl, le Projet Cartel révèle le prix humain des nouvelles multinationales de la drogue.
Publiée en une du Washington Post, du Guardian ou du Monde, cette enquête, déjà primée à l’international, a fait réagir jusqu’au président mexicain…


Ils ont tué le messager. Ils ne tueront pas le message.

Forbidden Stories (Histoires interdites)

Forbidden Stories est un consortium d’une centaine de journalistes issus de 60 médias – locaux et internationaux – représentant 38 pays. Le principe : reprendre, poursuivre et publier les enquêtes de journalistes contraints au silence à travers le monde par l’intimidation, les pressions, les poursuites, la persécution ou l’assassinat. 
Forbidden Stories a été créé en 2017 par le journaliste français Laurent Richard de l’agence Premières Lignes (Cash Investigation, sur France 2), après la tuerie de Charlie Hebdo. Cette expérience l’a convaincu de la nécessité d’une réponse journalistique aux crimes commis contre la presse. 
Il s’inspire du cas Don Bolles, journaliste américain assassiné à Phoenix, en 1976, parce qu’il enquêtait sur une affaire de fraude foncière. Après sa mort, son enquête restant inachevée, 38 journalistes appartenant à 28 médias américains avaient décidé de collaborer pour terminer son travail. Ce fut le Projet Arizona.
Forbidden Stories s’inscrit au cœur du journalisme collaboratif qui révolutionne la presse d’investigation depuis les Panama Papers (380 journalistes, 11 millions de documents échangés).

Le Monde en face – Projet Cartel : Mexique, le silence ou la mort

Documentaire (70 min – 2021) – Auteur-réalisateurJules Giraudat – Production Forbidden Films, avec la participation de France Télévisions

Après la diffusion du documentaire, Marina Carrère d’Encausse propose un débat avec Sandrine Rigaud, rédactrice en chef Forbidden Stories ; Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières ; Morgan Large, journaliste à Radio Kreiz Breizh (RKB - Bretagne), spécialiste de l’agro-industrie, victime de menaces et de malveillances ; Stéphane Alliès, codirecteur éditorial de Médiapart.

Diffusion dans Le Monde en face mardi 27 avril à 20.50 sur France 5
Projet Cartel : Mexique, le silence ou la mort est à voir et revoir sur france.tv

Publié par Anne-Laure Fournier le 24 avril 2021
Commentaires