Culture : Mourad Merzouki et le Festival international du cirque de Monte-Carlo à l’honneur sur France 5

Place au cirque et à la danse contemporaine vendredi 12 février pour la grande soirée culture ! Après la diffusion des meilleurs moments du 43e Festival international du cirque de Monte-Carlo dans « Au spectacle chez soi », « Passage des arts » propose une immersion dans l’univers du chorégraphe Mourad Merzouki avec un documentaire qui suit l’artiste lors de la création de son spectacle « Vertikal ». 

« Vertikal », ballet de Mourad Merzouki
« Vertikal », création de Mourad Merzouki. © Laurent Philippe

Pour moi, une création réussie, ce n’est pas une création qu’on doit à un seul homme, mais une alchimie d’individus, un ensemble.

Mourad Merzouki

Tout est prétexte à créer, c’est une machine qui est en perpétuel mouvement, donc ça ne s’arrête pas !

Mourad Merzouki

Au plus profond de moi, il y a quelque chose qui va s’inspirer de Charlie Chaplin parce qu’il n’a pas de frontières, il parle à tout le monde, du plus petit au plus grand. 

Mourad Merzouki

À plus de 45 ans, il a une trentaine de chorégraphies à son actif, dirige deux centres chorégraphiques ainsi que deux festivals, et ses spectacles tournent dans soixante pays. Mourad Merzouki fusionne les genres et ne cesse de réinventer l’art de la danse. La réalisatrice Élise Darblay a choisi de suivre le processus de création de l’un de ses derniers spectacles – Vertikal – pour tenter de comprendre d’où vient l’énergie créatrice de ce danseur venu du hip-hop et du cirque.
« Impose ta chance, serre ton bonheur, va vers ton risque ; à te regarder ils s’habitueront. » Le chorégraphe aime à citer René Char qui l’a souvent guidé : « Mon histoire, c’est ça. » Elle a commencé à l’école de cirque à l’âge de 7 ans, avant que le hip-hop ne lui offre un autre moyen d’expression. Il sera boxeur aussi, comme son grand modèle, Mohamed Ali. « De voir qu’en partant de rien, devenir ce qu’il est devenu, ça encourage… Ce qui me parle chez lui, c’est que ce qu’il porte, c’est pour être champion de boxe, mais il le porte aussi pour exister. » Mourad Merzouki choisit la danse : « Quand tu danses, tu as une espèce de lâcher-prise, tu donnes tout. Comme le hip-hop nous l’a appris : c’est la singularité, la force de cette danse. Ça fonctionne à condition que tu y ailles avec tes tripes ! »
Dans Vertikal, le dernier spectacle de sa compagnie Käfig (2018), il cherche à porter le hip-hop en altitude et la voltige au sol. Dix danseurs venus de disciplines et d’horizons très variés ont été sélectionnés parmi trois cents candidats : « Le choix du danseur ne se fait pas simplement sur la technique, il se fait sur la capacité à se mouvoir dans des espaces que je propose et qui le fait sortir de sa zone de confort. » Pendant six mois, la caméra permet de suivre le travail collectif et la progression de chacun, totalement intégré au processus créatif du chorégraphe : « La création en soi demande une grande exigence. On va dans des espaces inconnus, où il faut chercher énormément, avec parfois de la difficulté, mais je crois que le jeu en vaut la chandelle. » Celle de l’émotion de la scène et du partage avec les spectateurs : « Le moment où tu es en connexion avec le public, c’est d’une puissance extrême ! » Alors, Mourad Merzouki ne cesse de créer des spectacles : « C’est mon adrénaline, mon quotidien… Je vis avec ça ! »

La grande soirée culture de France 5
Vendredi 12 février à partir de 20.50

 

20.50 « Basique Le Classique » avec Sabine Devieilhe, soprano, et Alexandre Tharaud, piano 
20.55 « Au spectacle chez soi » avec les meilleurs numéros du 43e festival du cirque de Monte-Carlo
22.35 « Passage des arts » et le documentaire Mourad Merzouki, l’alchimiste de la danse

Au spectacle chez soi : « Les meilleurs numéros du 43e Festival international du cirque de Monte-Carlo »

44e festival international du Cirque de Monte-Carlo
43e Festival international du cirque de Monte-Carlo.

Compagnies
Les Femmes Djiguites – Balançoire russe. The Owl and The Pussycat – Trapèze – USA/Australie. Rose des cirques. Clowns Without Socks – Trophée de chasse – Russie. Œufs Fabergé – Quick-change – Russie. Ballet du Royal Circus – Russie. Duo Just Two Men – Sangles aériennes – Ukraine. Yuri Volodchenkov – Haute école tzigane – Russie. Troupe acrobatique nationale de Chine – Triple mâts. Troupe Aliev « Dante » – Trapèzes volants – Russie. Clown Cesar Dias – Portugal. Royal Circus de Gia Eradze – Tableau blanc – Russie.

Captation (94 min) au Chapiteau de l’Espace Fontvieille, à Monaco - Réalisation François-René Martin - Coréalisation Damien Duflos - Mise en scène Urs Pilz, Corinne Paolini et Sébastian Huchtebrock - Créateur lumière Jean Pierre Joubert - Chef d’orchestre Reto Parolari - Production Telmondis et France Télévisions

La bande-annonce

Passage des arts : « Mourad Merzouki, l’alchimiste de la danse »

Depuis près de vingt ans, Mourad Merzouki ne cesse de nous surprendre, devenant un chorégraphe incontournable de la scène contemporaine en France et à l’international. Le film propose une immersion au cœur de sa création Vertikal, dans laquelle il porte ses danseurs en apesanteur. Au milieu de sa troupe et au plus près de Mourad, on assiste en coulisses au processus créatif jusqu’à la première représentation – entre doutes et poussées créatrices. Au travers de ses confidences se dévoilent ses influences – Chaplin, Mohamed Ali et René Char entre autres –, son parcours artistique et son univers. Se dessine alors le portrait d’un des chorégraphes les plus prometteurs de sa génération.

Documentaire (50 min - 2019) - Réalisation Élise Darblay - Production La Compagnie des Phares & Balises, avec la participation de France Télévisions 

À voir et revoir sur france.tv

Publié le 11 février 2021
Commentaires