Les Windsor, une dynastie royale

On file à l'anglaise ! Guerres, scandales, histoires d’amour, tragédies, trahisons, adultères, abdications... avec la monumentale série documentaire réalisée par Charles Colville, vous n’ignorerez (presque) plus rien de l’histoire de la famille royale anglaise et de sa traversée du XXe siècle. Avec Stéphane Bern, visitez Windsor, la résidence emblématique de la monarchie. À partir de ce dimanche, à 17.30 sur France 3, et mardi 21 juillet à 21.05 sur France 2.

« Les Windsor : une dynastie royale »
« Les Windsor : une dynastie royale » © Raw Tv

Peu de familles royales, sans doute, ont eu à affronter un sort aussi contraire, autant d’avanies et de mouvements historiques défavorables : deux guerres mondiales, l’effondrement d’un empire colonial (qui, au temps de sa splendeur, réunissait le cinquième de la population mondiale !), la désuétude de la fonction royale dans un siècle de dictatures, de révolutions et d’émancipation politique et sociale, des scandales retentissants, des adultères, des divorces et des remariages (peu compatibles avec la double fonction de monarque et de chef de l’Église anglicane), des armées de journalistes décidés à exposer au grand jour ce qui aurait dû demeurer caché, des morts prématurées, des drames, des jalousies, des trahisons, de la grandeur et du ridicule.
Pourtant, en ce début de XXIe siècle, les Windsor — huitième famille régnant sur le trône anglais depuis la conquête de l’île par Guillaume de Normandie en 1066 — sont bel et bien encore là et, s’ils n’exercent pas de fonction politique au sens propre, ils ne quittent guère  la chronique médiatique. À quel prix ? C’est ce qu’entend montrer ce documentaire fleuve en cinq parties. À l’aide d’archives parfois étonnantes et d’entretiens réalisés avec des historiens, des journalistes ou des membres de l’aristocratie, chaque épisode suit les tribulations de cette dynastie hors du commun qui a survécu contre vents et marées aux tourments de l’histoire grâce à quelques atouts majeurs : un sens politique particulièrement aigu — incarné par des figures telles que George V et surtout sa petite-fille la reine Élisabeth II –, une discipline de fer (qui l’amène à se séparer de certains de ses membres : Édouard VII par l’abdication, Lady Di par le divorce, d’autres encore par l’éloignement) et un talent évident pour le storytelling. Il fallait par exemple un certain génie à la famille de Saxe-Cobourg et Gotha, cousine de toutes les familles régnantes européennes mais surtout, et c’était fâcheux, de l’empereur Guillaume II d’Allemagne, pour décider en pleine guerre 14-18 de prendre le nom de Windsor — l’une de ses résidences dont les bâtiments remontent au XIe siècle — et de devenir la quintessence et le pilier de la culture britannique. 
Le fin mot de cette histoire est sans doute « la Firme », terme par lequel ses membres désignent volontiers la famille, révélant à la fois sa nature hybride et sa compatibilité avec le capitalisme entrepreneurial contemporain : les Windsor sont à la fois une dynastie royale et une marque, une institution britannique et une entreprise prospérant aux confins de l’entertainment et de l’idéologie. N’est-ce pas au fond la poursuite de la politique par d’autres moyens ?

C.K.G.

« Si les murs de Windsor pouvaient parler »
« Si les murs de Windsor pouvaient parler »
© Société européenne de production

Si les murs de Windsor pouvaient parler

Il y a quelques semaines, c’est depuis le château de Windsor que la reine Élisabeth II réconfortait les Britanniques en pleine épidémie de coronavirus. Ce château est « la vraie maison » de la famille royale, le berceau de la monarchie britannique. De Guillaume le Conquérant qui l’a bâti en 1070, jusqu’à Élisabeth II qui y a grandi, sans oublier le mariage du prince Harry et de Meghan Markle… découvrez les coulisses et le fonctionnement de ce château presque millénaire. 

La collection « Si les murs pouvaient parler » s’intéresse à quatre lieux de pouvoir légendaires qui s’ouvrent comme jamais et qui dévoilent leurs secrets. Chaque documentaire inédit propose une immersion dans et une découverte incroyable de ces bâtiments de légende. Chaque épisode, présenté par Stéphane Bern, est construit autour de reportages, d’enquêtes, de témoignages exclusifs d’experts et de personnalités. Avec des images inédites des intérieurs des lieux, mais avec aussi des animations en 3D des bâtiments à travers les époques, nous voici au cœur de ces lieux où l’Histoire et les légendes s’écrivent depuis longtemps.

Documentaire – Présenté par Stéphane Bern – Production 
Société Européenne de Production – Avec la participation de France Télévisions

À voir et à revoir sur france.tv


« Les Windsor : une dynastie royale »
« Les Windsor : une dynastie royale »
© Raw Tv

Les Windsor, une dynastie royale

1. Un roi inattendu
1917 : George V prépare son fils Édouard à ses futures responsabilités de roi. Mais l’héritier du trône britannique est terrifié à l’idée d’une vie soumise aux rigueurs de la maison royale. Il souhaiterait plutôt adopter un style plus informel, ce qui déplaît fortement à son père, qui lui préfère son frère cadet, Albert. Doté d’un grand sens du devoir, celui-ci est entièrement dévoué à la Couronne mais il est très timide, au point de bégayer. En 1936, Édouard devient roi, mais il doit faire face à un dilemme. Amoureux depuis plusieurs années de Wallis Simpson, une Américaine divorcée, il doit cesser cette relation s’il veut monter sur le trône...

2. Une jeune reine
La Deuxième Guerre mondiale approche. George VI espère redorer le blason des Windsor, écorné par l’abdication d’Édouard VIII. Celui-ci, malgré son exil, représente toujours une menace pour la famille, car l’ancien roi s’est rapproché du régime nazi. C’est en s’appuyant sur sa femme, Élisabeth, que le nouveau roi parvient à donner à la monarchie britannique un nouveau souffle. Pendant le « Blitz », le couple royal décident même de rester à Londres pour affronter les bombardements. Mais, peu de temps après la guerre, la mort prématurée du roi propulse sa fille, âgée de 25 ans, sur le trône bien plus tôt que prévu...

3. Une reine sur tous les fronts
1953 : le couronnement d’Élisabeth II est un triomphe. Mais, pour la jeune souveraine, les problèmes apparaissent dès le premier jour de son règne. La presse révèle que sa sœur adorée, la princesse Margaret, s’est éprise d’un officier, ancien pilote de chasse et héros de guerre. Mais le capitaine Townsend est récemment divorcé, et il a seize ans de plus qu’elle. Rien n’échappe désormais aux journalistes et, bientôt, c’est le couple royal qui se trouve sous le feu des projecteurs...

 4. Diana, la princesse des cœurs
Le prince Charles a choisi d’obéir à la Couronne : il n’épousera pas Camilla Parker, la femme qu’il aime, mais l’aristocrate Diana Spencer, qui répond aux exigences royales. La reine, impatiente que son fils assure la descendance de la dynastie Windsor, la considère comme le choix idéal. Mais, en secret, Charles continue à voir Camilla. Rapidement, Diana devient plus populaire que son mari, ce qui détériore davantage leur relation. Après des années de déchirements médiatiques, en 1992, le couple se sépare... 

5. À l’aube d’une nouvelle génération
L’affrontement entre Charles et Diana fait le bonheur de la presse à scandales mais écorne l’image de la monarchie anglaise. Jusqu’au moment où la reine ordonne le divorce. Plus populaire que jamais, Diana fait de l’ombre aux Windsor et sait comment attirer l’attention sur elle et sur les causes qu’elle défend. Mais, dans la nuit du 30 au 31 août 1997, au terme d’une course-poursuite avec des paparazzis, Lady Di meurt à Paris dans un accident de voiture avec son amant Dodi Al-Fayed... 

Série documentaire inédite (5 x 52 minutes - 2020) – Réalisation Charles Colville – Production Raw Tv pour CNN – Distribution BBC. 

À voir et à revoir sur france.tv 

Commentaires
Connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.