« Les Rivières pourpres », saison 4

Le commissaire Pierre Niemans (Olivier Marchal) et la lieutenante Camille Delaunay (Érika Sainte), les deux spécialistes des affaires glauques et des crimes tordus imaginés par le romancier Jean-Christophe Grangé, reprennent du service. Quatre nouvelles enquêtes inédites entre vengeances, machinations macabres et dinguerie meurtrière. Lundi à 21.10 sur France 2.

« Les Rivières pourpres » © G.Chekaiban - Storia Television - FTV

Esprits dérangés, cinglés revanchards, esthètes du meurtre, jaloux maladifs, tueurs en série, vengeurs masqués..., le mal sous ses formes les plus criminelles ne semble pas encore près de fermer sa macabre boutique. Alors, il faut bien qu’il y en ait qui se coltinent le sale boulot. Et justement, revoici le commissaire Pierre Niemans et la lieutenante Camille Delaunay – lui toujours aussi revêche et grognon, elle toujours explosive et tourmentée – de nouveau appelés aux quatre coins d’une France fort peu bucolique pour démêler d’inextricables énigmes sanglantes et ténébreuses, en barbotant dans le marigot de l’âme humaine. Un tueur insaisissable vêtu du costume traditionnel d’une société secrète du Nigeria qui sème la terreur dans un village isolé ; des tableaux peints avec du sang humain et des cadavres vernis retrouvés dans une école d’art à la réputation sulfureuse ; un centre expérimental de soins psychiatriques pour tueurs en série caché dans la forêt des Landes ; une plongée dans le monde où se mêlent voyeurisme, déviances sexuelles et crime…, cette nouvelle saison affiche encore une fois la couleur.

Lundi 3 octobre


La dernière vague
Réalisation Akim Isker. Scénario Jean-Christophe Grangé

Niemans est convoqué au ministère de l’Intérieur. Philippe Cernac, un meurtrier que Niemans a arrêté et qui purge une peine de prison, s’est porté volontaire pour intégrer un programme de recherche plutôt confidentiel : sur un terrain militaire hyper sécurisé, le Centre Saint-Jean regroupe certains des plus dangereux criminels du pays afin de tenter de les soigner par des méthodes psychiatriques expérimentales. Niemans se voit confier la responsabilité du transfert de Cernac. Sur place, Camille et lui constatent que plusieurs prisonniers ont récemment réussi à s’échapper de ce centre pourtant sous haute surveillance, perdu au milieu de la forêt des Landes. Lorsque les corps des fugitifs sont retrouvés et que, dans le laboratoire, des fioles de sang disparaissent soudainement, Niemans et Camille comprennent que leur séjour sur place va durer plus longtemps que prévu... et que Cernac est venu ici dans le seul but de s’échapper.

Lundi 26 septembre


Anima obscura
Réalisation David Morley. Scénario Thomas Mansuy et Mathieu Leblanc.

Niemans et Camille débarquent à l’institut des Beaux-Arts de Malpas. Deux étudiants y ont découvert le corps d’une autre élève, exsangue, devant un tableau représentant la victime... peinte avec son propre sang. Un cadre macabre pour nos deux enquêteurs, dont les soupçons se portent rapidement sur Ariane Maubert, la professeure de la victime. Les raisons sont nombreuses : Ariane n’est autre que l’artiste Lilith, une personnalité controversée, peintre de génie et créatrice de l’Anima obscura, un mouvement pictural né à l’institut et qui cherche à exprimer la noirceur de l’âme. Ariane est également connue pour pousser ses élèves à bout, afin d’aller puiser dans les tréfonds des corps et de libérer l’énergie créatrice. Mais, en se rapprochant d’elle, Camille découvre une femme plus complexe, loin de l’artiste provocante et glaçante. Un autre meurtre est commis : même mise en scène, deuxième tableau, et il faut se rendre à l’évidence : le tueur cherche à reproduire le style de Lilith...

Lundi 19 septembre


Kovenkore
Réalisation David Morley. Scénario Olivier Prieur.

Niemans et Delaunay sont appelés dans un village où un drame atroce a eu lieu. Le car scolaire a été bloqué au milieu d’un passage à niveau, les pneus crevés par une herse placée intentionnellement sur la chaussée. Le conducteur, descendu du véhicule, a été attaqué par un mystérieux individu armé de griffes en métal. Immobilisé au sol, il n’a pu qu’assister à l’horreur : l’arrivée d’un train... Mais tandis que l’enquête débute, d’autres morts surviennent. Et une évidence se dessine : chaque victime semble avoir été soupçonnée par le passé dans diverses affaires. S’agit-il d’un justicier ? Dans le village meurtri par le drame, la tension est à son comble...


Bonus vidéo

 

Présentation de la première saison des « Rivières pourpres » par Jean-Christophe Grangé, créateur de la série, et ses interprètes

 

La saison 2 vue par Olivier Marchal et Érika Sainte

 

« Les Rivières pourpres »

Série (saison 4 - 2022 - inédite) – Durée 8 x 52 min – Créée par Jean-Christophe Grangé – Suite dérivée de son roman paru aux Éditions Albin Michel – Scénarios Olivier Prieur, Mathieu Leblanc, Thomas Mansuy, Jean-Christophe Grangé, Raphaël Luc – Réalisation David Morley, Akim Isker et Arnauld Mercadier – Musique David Reyes – Production Storia Television (Mediawan) – Coproduction Maze Pictures, ZDF Television Allemande, ZDF Studios et UMEDIA – En association avec UFund – Avec le soutien du Tax Shelter du Gouvernement fédéral de Belgique et des Investisseurs Tax Shelter – Avec la participation de France Télévisions, RTL-TVI, Be-FILMS, Wallimage (la Wallonie) – Avec le soutien de la Région Nouvelle-Aquitaine et l’accompagnement d’ALCA – Avec le soutien du département des Landes et du département de la Gironde – En partenariat avec le CNC

Diffusion à partir du lundi 19 septembre à 21.10 sur France 2
À voir et à revoir sur france.tv

 

Publié le 25 septembre 2022
Commentaires