Les marmottes sont parties, les poules arrivent… Rendez-vous sur France 3 !

Vous avez aimé les marmottes de France 3 ? Faites connaissance avec les poules soie ! Après un quinquennat de bons et loyaux services, les mascottes au succès international cèdent leur place à ces drôles de volatiles pour de nouvelles et savoureuses aventures aux quatre coins de l’Hexagone. À découvrir sur l’ensemble des antennes nationale et régionales de France 3 à partir du 6 décembre.



En cinq ans, les marmottes étaient devenues de véritables mascottes pour les téléspectateurs des antennes de France 3, leur succès ayant même dépassé nos frontières (lire l’encadré Les Marmottes France 3 en Amérique). En août 2021, dans une vidéo tordante, elles tiraient leur révérence à la manière de Giscard en annonçant un nouveau rendez-vous pour décembre. À la fin du clip, un indice titillait notre curiosité… Soupçon confirmé : les caquètements annonçaient bien… des poules ! Les nouveaux personnages de l’habillage des antennes de France 3 débarquent sur vos écrans à partir du 6 décembre. Coresponsable de ces nouvelles parenthèses délicieuses et hilarantes, Régis Montelle nous parle de la création de Cot, Kot et Cotte !

Les poules : le nouvel habillage de France 3
Les poules : le nouvel habillage de France 3.
© FTV / Dream On

Entretien avec Régis Montelle, responsable de l’habillage des antennes de France 3

Racontez-nous la genèse de ces poules. Pourquoi avoir choisi cet animal ?
Régis Montelle : 
Il a fallu d’abord se nettoyer des marmottes – qui ont passé cinq ans avec nous – et laisser de la place dans notre esprit et notre cœur à ce nouveau personnage que nous a proposé la société Dream On, avec qui nous avions déjà travaillé. Nous avons choisi la poule parce que, comme la marmotte, c’est un animal qui a un fort capital sympathie, et surtout la poule soie qui est très mignonne ! Nous en avions même trouvé une légèrement bleutée : pour France 3, c’était parfait ! Mais nous nous sommes dit que nos téléspectateurs n’allaient pas y croire, et pourtant c’est une race qui existe vraiment. Le blanc peut apporter toutes sortes de gags. Et depuis quelque temps, on a bien besoin de rire ! 

Les marmottes ont quatre pattes, les poules n’en ont que deux. Ça laisse moins de possibilités de gestuelles proches de l’humain. Pourquoi les avoir choisies ?
R. M. : 
Contrairement aux marmottes à qui nous avions donné des attitudes plus humaines, les poules restent dans des comportements très animaliers pour le moment. Les marmottes avaient une forme d’humour anglais qu’on retrouve chez les poules. Le plus beau compliment qu’on ait pu recevoir de téléspectateurs, c’est : « Vous avez osé ! » Donc on ose aussi avec les poules, qui font du snowboard par exemple. 

Six mois de travail pour fabriquer un clip de 15 secondes d’animation avec les marmottes. Combien de temps vous a-t-il fallu pour ceux des poules et comment avez-vous travaillé ?
R. M. :
Nous sommes repartis d’une page blanche pour créer un animal complet. On commence par un crobar sur une feuille : le squelette de la poule sans plumes. Puis elles ont été plumées et coiffées, mais pas de la même façon. Contrairement aux marmottes qui étaient interchangeables, les trois poules sont très différentes : l’une est très apprêtée, une autre un peu plus décoiffée et l’autre presque punk, un peu dans la lune. Nous voulons être les plus réalistes possibles au niveau du rendu de la tête des poules. Nous avons travaillé leurs postures, leurs regards, même si leurs yeux ne sont pas très visibles au milieu des plumes. Et aussi un peu leurs personnalités : la plus apprêtée est la meneuse. Elles s’appellent Cot, Kot et Cotte.
C’est un vrai plaisir de travailler sur un tel habillage – pour nous, c’est une récréation, on rit beaucoup ! Avoir en plus l’adhésion du public comme pour les marmottes, c’est une vraie chance, car c’est avant tout pour eux que nous travaillons.

Qui écrit les scénarios ?
R. M. :
L’équipe de Dream On, mais c’est un travail collégial. Notre cahier des charges : humour, poésie, onirisme, tout ce qui fait nos valeurs et que nous voulons transmettre dans l’habillage. C’est un vrai parti pris de faire de l’animation française, car on pourrait raconter des histoires avec des images de stock. Mais nous avons la chance d’avoir les meilleurs spécialistes : il y a une vraie French touch, un savoir-faire français sur le plan graphique connu dans le monde entier. Dans nos scénarios, nous sommes toujours dans nos régions France 3, puisque nos personnages sont incrustés dans des décors à Annecy, Colmar, Brest ou partout ailleurs en France. 

Que nous réservent les prochains clips ?
R. M. : 
Nous en avons préparé sept pour cet hiver, de 9 à 15 secondes : on les voit se promener sur les pistes de ski, un lac gelé, en ville et jouer avec les décorations de Noël. Et l’été prochain, il y aura sept inédits : leurs aventures se dérouleront au bord de la mer, à la piscine, dans le jardin… Elles vont se promener ou restent chez elles à la campagne. Parfois, elles vont dans les festivals… Les poules peuvent être sonnées, mais pas davantage. Il leur arrive des aventures, mais elles ne sont jamais en difficulté, ou en position d’être blessées. On ne veut pas heurter les amoureux des animaux… Même si elles ne sont pas épargnées par l’absurde !

Des poules aux œufs d’or bientôt ?
R. M. : 
Des marmottes aux œufs d’or plutôt ! 41 récompenses internationales, plus de 70 millions de vues : les chiffres parlent d’eux-mêmes. Et on ne parle que d’habillage de chaîne ! Nous souhaitons une aussi belle vie à nos trois poules qu’à leurs grandes sœurs. Mais nous réservons la primeur de nos poules à nos téléspectateurs. Les clips seront présentés plus tard dans les festivals. Nous avons la chance de pouvoir mettre ces pastilles à l’antenne : c’est un parti pris, une vraie singularité et une prise de risque aussi d’avoir arrêté les marmottes. La seule pression que nous nous mettons avec nos poules, c’est de plaire aux téléspectateurs. Nous espérons que le public sera au rendez-vous et, malgré la déception de ne pas retrouver les marmottes, nous avons l’espoir de le conquérir avec nos nouveaux personnages.

Propos recueillis par Anne-Laure Fournier

 

Les marmottes France 3 en Amérique

Elles ont été musiciennes, stars de cinéma, puis athlètes de haut niveau. En décembre 2020, un internaute du Wisconsin découvre une vidéo des marmottes en pleine séance de curling, et se demande « Qui a fait ça ? », en ajoutant « C’est fantastique ! » La vidéo est aussitôt partagée et comptabilise à ce jour des dizaines de millions des vues, relayées également par des personnalités telles que Alyssa Milano ou Octavia Spencer. Les marmottes deviennent alors des stars des réseaux sociaux. Au total, depuis leur création en 2015, elles ont été vues 75 millions de fois.

Consultez le site des Marmottes sur france.tv 

Publié le 06 décembre 2021
Commentaires