« Derby Girl » saison 2 : le derby fait de la résistance

Chloé Jouannet rechausse les patins à roulettes de Lola, la championne de roller derby complètement mégalo, aux côtés des Cannibal Licornes, sa bande de filles complètement barrée. Placée sous le signe de la résistance, cette seconde saison, toujours aussi drôle, acide et brillante, fait plus que jamais la part belle au girl power ! À découvrir sur France TV Slash à partir du vendredi 8 avril. 

« Derby Girl » - saison 2. © Emmanuel Guimier

Previously on « Derby Girl »...

Saison 1. Lola Bouvier, 25 ans, star déchue du patinage artistique à l’ego surdimensionné, décide de devenir « la plus grande championne de roller derby de tous les temps » en intégrant, malgré elle, une des plus mauvaises équipes de l’Hexagone : les Cannibal Licornes. Et, sur la piste comme dans les vestiaires, tout ne va pas rouler comme sur des roulettes… Car si Lola assure sur ses patins, on ne peut pas vraiment dire qu’elle ait l’esprit d’équipe. Et le roller derby étant un sport de contact avant tout, Lola devra apprendre – au sens propre et figuré – à encaisser les chocs des rencontres ! 

« Derby Girl » : une seconde saison qui roule vers l’émancipation

Lola Bouvier, ancien espoir du patinage artistique, a enfin trouvé sa place au sein des Cannibal Licornes. Médaillées de la Moon Derby Cup, les Cannibal Licornes font désormais la fierté de la petite ville de Mézières et inaugurent leur tout nouveau stade : le Licorne Stadium, « qui sera aux Derby Girls de Mézières ce que Wembley fut à Queen ». L’équipe se prépare pour sa prochaine saison, quand la nomination inattendue d’une nouvelle maire, qui leur interdit l’accès aux gymnases de la ville pour s’entraîner, bouscule leur avenir… Mais les Cannibal Licornes n’ont pas dit leur dernier mot et organisent la résistance… Mais, vous vous en doutez bien, de nombreux bâtons se mettront dans les roulettes de nos anti-héroïnes, à commencer par une vieille dame, pionnière locale du sport féminin de la ville, violemment percuté par Lola sur le macadam. Et comme le rappelle notre championne, « on est une équipe :on gagne ensemble, on perd ensemble, on tue les mamies ensemble ». Malgré les nombreuses embûches, les Cannibal Licornes poursuivent leur chemin jusqu’à la création du très secret et clandestin Derby Club. « Ici, ce que je vous propose, c’est de la liberté : juste du derby, de la sueur et de la bière », annonce Lola. Tout un programme…

En tête d’affiche de cette seconde saison, on retrouve Chloé Jouannet, et son personnage aussi attachant que détestable, autour duquel gravite une bande de filles féministes et hautes en couleur. Il y a Absinthe Ni Touche, la gothique cosmique, la (trop) gentille et naïve MJ, la libérée Mother Blocker… Des personnages cash, souvent trash, parfois perchés, qui, dans une mise en scène à l’ambiance pop acidulée et avec des dialogues enlevés, confèrent à cette série décapante à l’anglaise, son côté drôle et décalé. Dans un nuancé de rose – la couleur fétiche de son héroïne –, Derby Girl dépeint une galerie explosive de jeunes filles hétéroclites qui, en acceptant leurs différences, roulent ensemble sur le chemin de l’émancipation. Et si elles tournent en rond sur le track, toutes dessinent, avec panache et humour, une ode moderne à la persévérance et à l’altérité.

 

Un succès international

La série a été vendue à la ZDF en Allemagne, HBO Max Amérique latine, SBS Australie, RTL Belgique et Luxembourg ou encore en Russie. Une plateforme adapte le format pour l’Angleterre. Elle a été sélectionnée au C21 Awards dans la catégorie « Meilleure Comédie », notamment aux côtés de The White Lotus.

Le roller derby : un sport féministe

Derby Girl est une série sportive, et la toute première consacrée au roller derby, une discipline qui se pratique sur une piste ovale et exclusivement en quads (ces patins aux quatre roues non alignées). En 2009, Drew Barrymore s’était prêté à l’exercice en réalisant Bliss, un film dont l’héroïne (Ellen Page) mène une double vie en devenant championne de derby la nuit. Pour l’anecdote, la mise en scène du roller au cinéma ne date pas d’hier, puisque Charlie Chaplin avait déjà chaussé les patins à roulettes en 1916 dans Charlot patine ! Le roller derby est aujourd’hui le seul sport de contact à prédominance féminine – on parle de derby masculin lorsqu’il est pratiqué par des hommes. Baignant dans une culture féministe, punk et do it yourself, il est empreint d’une identité visuelle forte : son imagerie est influencée par les modes rockabilly et reprend les codes « rétro » de la pin-up et des films d’horreur. Ce sport est empreint d’une culture alternative idéale pour raconter l’histoire d’une bande de filles en quête d’émancipation.

Derby Girl - saison 2

Série (8 x 26 min) – Réalisation Nikola Lange – Écrite par Nikola Lange, Fiona Leibgorin et Thomas Mansuy – Production Kabo Productions / part of Asacha Media – Avec la participation de France Télévisions et du CNC

Avec Chloé Jouannet (Lola Bouvier), Sophie-Marie Larrouy (Mother Blocker), Jisca Kalvanda (Acid Cyprine), Salomé Dienis Meulien (MJ), Suzanne de Baecque (Absinthe Ni Touche), Alisson Chassagne (Booby), Olivier Mag (Denis), Florence Fauquet (Svetlana), Adrien Ménielle (Mickaël), Sophie de Fürst (Jennifer Martin), Catherine Benguigio (maman de MJ)…

Derby Girl est à découvrir sur France TV Slash à partir du vendredi 8 avril
Retrouvez France TV Slash sur france.tv, mais aussi sur YouTubeTwitterFacebookInstagram et Snapchat France TV Slash 

Commentaires