L’âge d’or des variétés : « La TV des 70’s - Quand Giscard était président »

Mai 1974 : une ère de modernité s’ouvre avec l’élection de Valéry Giscard d’Estaing, qui décide de dissoudre l’ORTF et de créer trois nouvelles chaînes de télévision, publiques mais autonomes : TF1, Antenne 2 et FR3. Leur course à l’audience va donner naissance à un véritable âge d’or pour les programmes de télévision, avec en première ligne les émissions de variétés. Ce documentaire inédit raconte en archives les coulisses de cette métamorphose : à voir vendredi 7 janvier à 21.10

« La TV des 70’s - Quand Giscard était président » © ADLTV - INA

Le Petit Rapporteur, Ring parade, Midi Première, Système 2, La Une est à vous, Apostrophes, Le Club Dorothée, Les Dossiers de l’écran… Autant d’émissions mythiques et d’animateurs vedettes qui ont marqué la décennie des années 1970, entre liberté de ton, scandales et intrigues politiques. Ce documentaire d’une heure trente permet de (re)-découvrir séquences savoureuses et grands moments autour des artistes de variété. 

« Je souhaite une télévision qui soit une des meilleures du monde. » Le plus jeune des présidents français, tout juste élu, a compris tout l’intérêt de ce média dont il a su faire un atout pendant sa campagne électorale. À la tête des trois nouvelles chaînes qu’il vient de créer pour remplacer l’archaïque ORTF, Valéry Giscard d’Estaing nomme trois hommes : Jean Cazeneuve (TF1), Marcel Jullian (Antenne 2) et Claude Contamine (FR 3). C’est l’âge d’or pour les patrons de chaîne : à l’époque, près de 85 % des Français sont devant leur poste chaque soir. 
Dès le 6 janvier 1975, date du lancement officiel, l’identité de chacune se dessine : divertissement et fête pour TF1 avec Michel Drucker et le couple mythique Maritie et Gilbert Carpentier. Pour Antenne 2 – qui a failli s’appeler France 2 ! –, Marcel Jullian, assisté de Jacques Chancel, a de hautes ambitions et annonce des programmes avec Yves Montand, Barbara, Charles Trenet, Françoise Sagan ou même Jean-Paul Sartre pour réaliser une collection de documentaires. C’est sans compter les vieux réflexes du pouvoir qui tuera le projet dans l’œuf par peur d’idées trop révolutionnaires ! FR3 met déjà en avant les régions.
Si on ne compte sur Antenne 2 qu’une femme journaliste, sur TF1, c’est l’avènement des speakerines. Danièle Gilbert anime l’émission à succès Midi Première – l’ancêtre du 13h de Jean-Pierre Pernaut –, où elle part à la rencontre des Français en régions. Les artistes de variété y défilent et on y verra même un jeune groupe britannique faire ses débuts : Supertramp !
Guy Lux, producteur et animateur sur TF1, lance avec Jacqueline Duforest Ring parade, juste avant le JT du dimanche, en collaboration avec les animateurs des hit-parades des cinq radios de l’époque : France Inter, Europe 1, RMC, Radio Sud et RTL. Une idée de génie qui rassemble des millions de téléspectateurs, et surtout les jeunes ! C’est aussi la grande époque de Numéro un – produit par les Carpentier – dans le studio 17 des Buttes-Chaumont, où l’on voit même se produire les Jackson Five ! On ne lésine pas sur les budgets pour réaliser des costumes et des décors extraordinaires, et pour réunir sur la scène tous les artistes de variété du moment, à une époque où l’industrie du disque est florissante. Leur marque de fabrique : les duos. L’occasion de revoir les plus fameux, ou les séquences avec Gainsbourg, alors star des plateaux !
Une autre vedette du petit écran fait un tabac avec son émission d’info décalée, Le Petit Rapporteur, qui réunit la première équipe de chroniqueurs de la télé, dont Daniel Prévost, Pierre Desproges ainsi que Pierre Bonte et ses reportages inénarrables à la rencontre de la France profonde. Avec ses vingt-huit millions de téléspectateurs, Jacques Martin est intouchable. « Le Petit Rapporteur est le journal le plus amusant de France mais je déconseille à mes ministres d’y participer », déclare Giscard. 
Tout au long de son mandat, la concurrence effrénée que se livrent les trois chaînes donnera lieu également à l’éclosion des présentateurs stars de l’information, l’arrivée d’un animal politique comme Georges Marchais ou encore le transfert des animateurs vedettes sur la chaîne concurrente.
Une décennie de grands moments de la télévision inscrits dans la mémoire collective du téléspectateur français d’hier mais que celui d’aujourd’hui aura sûrement plaisir à découvrir.

La TV des 70’s – Quand Giscard était président

Documentaire (inédit - 135 min) – Auteur Philippe Thuillier – Réalisation Matthieu Jaubert – Production ADLTV 

Ce documentaire est diffusé vendredi 7 janvier à 21.10 sur France 3
La TV des 70’s – Quand Giscard était président est à voir et revoir sur france.tv

Commentaires