La guerre fratricide chez les Berri dans « Complément d’enquête »

La succession du cinéaste et producteur Claude Berri fait aujourd’hui l’objet d’une vaste enquête judiciaire. Au premier plan, son fils Thomas Langmann, qui accuse son frère et sa belle-mère de l’avoir volé. En cause, une collection d’art contemporain exceptionnelle dont une partie aurait disparu de la succession. « Complémentd’enquête » vous plonge dans une incroyable affaire : une histoire de famille faite de succès, de drames et de beaucoup d’argent. Jeudi à 23.05 sur France 2.

Langmann, père et fils. © France 2 - « Complément d’enquête »

Je me bats parce que je veux que justice soit rendue à la mémoire de mon père et ce qu’il a subi, et parce que je me sens trahi par des gens qui étaient ma famille.

Thomas Langmann

C’est l’histoire d’un homme qui s’estime floué, trahi par sa propre famille. Depuis plusieurs années, il n’a de cesse de vouloir en rassembler les preuves, au point de mettre sa carrière de côté. Comment Thomas Langmann, fils de Claude Berri – né Langmann –, en est-il arrivé là ?

Très tôt, il a marché sur les traces de son père, réalisateur, scénariste et producteur – « le dernier nabab » du cinéma français –, et cela lui a plutôt réussi. En 2008, Thomas produit notamment les deux opus racontant la vie de Mesrine. En 2012, il reçoit même la consécration avec cinq statuettes, dont l’Oscar du meilleur film pour The Artist qu’il a produit. 
Trois ans plus tôt, lorsque Claude Berri s’éteint, son clan est rassemblé. Thomas, fils d’Anne-Marie Rassam, a un demi-frère, Darius, de quinze ans son cadet, dont la mère est la costumière Sylvie Gautrelet. La dernière compagne de leur père est l’écrivaine Nathalie Rheims.
Le producteur à succès, de Tchao Pantin à Bienvenue chez les Ch’tis, en passant par Astérix – également réalisateur du Vieil homme et l’enfant, de Manon des sources, Jean de Florette ou Germinal –, laisse un héritage estimé à 85 millions d’euros. Sa passion, à laquelle il avait fini par consacrer tout son temps, était l’art contemporain et, au fil du temps, il a constitué une collection exceptionnelle, allant de Dubuffet à Giacometti en passant par Brancusi, Man Ray, Brassaï… Un collectionneur compulsif, comme le décrivent certains galeristes ou ses proches.
La lecture de son testament – vieux de vingt ans – laisse un goût amer à son fils Thomas, car il y lègue une part plus importante de sa fortune à son fils Darius. Une décision qui s’expliquera par le fait que la loi, qui a changé depuis, ne permettait pas à un enfant adultérin d’hériter. Or Claude était encore marié à la mère de Thomas et aurait voulu compenser son benjamin. D’ailleurs celui-ci décide de renoncer au testament et de partager à 50 % avec son frère en échange de parts dans une société de cinéma.  
Mais, en 2013, Thomas affirme avoir découvert par hasard que son petit frère aurait en sa possession des œuvres qui ne faisaient pas partie de celles répertoriées dans la succession, et dont il affirme ne pas avoir connaissance. Selon lui, des centaines d’œuvres d’art se seraient ainsi volatilisées… Thomas commence à les traquer, estimant qu’elles lui ont été volées.
L’équipe de Complément d’enquête a accompagné Thomas Langmann dans sa quête. 

« Complément d'enquête : Au nom du père, du fisc et de Claude Berri »
« Complément d'enquête : Au nom du père, du fisc et de Claude Berri ».
© Stéphane Ridard / Adenium TV France

L’avocat de Darius Langmann ne ménage pas le producteur : « Thomas Langmann dit n’importe quoi… Il n’y a aucun détournement de rien du tout !… Darius considère que c’est une affaire qui n’existe pas juridiquement, qui relève d’une construction mentale de son frère. » Seule la tante de Thomas, petite sœur adorée de Claude Berri, n’hésite pas à donner sa version de l’affaire face caméra : « Thomas est motivé par la haine… Mon frère serait complètement fou s’il était là et voyait ça ! » 
Les relations difficiles avec son père ne sont un secret pour personne, et Thomas ne s’en cache pas : « On se ressemblait beaucoup… Mon père, quand il n’avait rien à me reprocher, on n’avait rien à se dire. » Mais à propos de son frère Darius, il assure : « J’étais très proche de lui et je l’aimais sincèrement. » Pour l’acteur et ami Vincent Cassel, Thomas « est capable à n’importe quel moment d’avoir des foudroyances et de sortir quelque chose d’unique dont le cinéma a besoin à ce moment-là », tout en reconnaissant qu’il « a quelque chose de sombre… Il a cette espèce de folie, de possibilité de te rendre festif n’importe quel instant, mais il est dark aussi. » Car les drames ne l’ont pas épargné : sa mère se suicide lorsqu’il a 13 ans et son frère aîné, Julien, devenu tétraplégique après une première défenestration, met lui aussi fin à ses jours à l’âge de 34 ans. Il a eu également quelques démêlés avec la justice : après avoir été arrêté pour achat de drogue, Thomas Langmann est condamné l’année suivante à cinq mille euros d'amende pour harcèlement par texto après le divorce avec sa femme, la journaliste Céline Bosquet, qui dénonce ses addictions. 
Alors, l’obsession de Thomas est-elle vraiment née de blessures psychologiques, de rancœurs enfouies ou d’une réelle manipulation qui ferait de lui une victime ?
En 2014, puis en 2018, il a porté plainte et soupçonne également Nathalie Rheims ainsi que des professionnels du monde de l’art d’avoir été complices. Perquisitions et auditions se poursuivent, mais le procès n’aura lieu que dans trois ans…

Complément d’enquête : Au nom du père, du fisc et de Claude Berri 

Surnommé « le dernier nabab » du cinéma français, Claude Berri s’est éteint en 2009.
 Le producteur laisse derrière lui une œuvre unique, de Tchao Pantin à Bienvenue chez les Ch’tis, en passant par Astérix.
 Il laisse aussi un héritage estimé à 85 millions d’euros, et une famille en guerre.
 Son fils Thomas Langmann accuse son petit frère Darius de l’avoir spolié. En cause, une collection d’art contemporain exceptionnelle, dont des centaines d’œuvres auraient disparu de la succession. Et des radars des impôts.
 L’impétueux cinéaste incrimine aussi la dernière compagne de son père, Nathalie Rheims, ainsi que plusieurs grands noms du monde de l’art.
 Alors, que s’est-il vraiment passé ? Thomas Langmann se fait-il un film ? Est-il la victime d’une gigantesque escroquerie ?
Témoignages exclusifs, archives et documents inédits avec Complément d’enquête.

Une enquête de 52 minutes – Réalisation Rola Tarsissi, Thomas Lelong et Karim Annette 

Magazine (60 min) – Conçu par Benoît Duquesne – Présentation Jacques Cardoze – Réalisation Anthony Forestier – Préparation Clément Castex, Samuel Humez et Hugo Plagnard – Coordination Caroline Bélicard et Céline Cardi – Production France.tv

Réagissez en direct sur Twitter avec le hashtag #Cdenquete @Cdenquete 

Diffusion jeudi 20 mai 2021 à 23.05 sur France 2
À voir et revoir sur france.tv et sur france tv info ainsi que sur son application mobile (iOS & Android), rubrique Magazines

Publié le 17 mai 2021
Commentaires