La grande soirée culture : Nemanja à Carnac

Cette semaine, au programme de la « Grande Soirée culture » de France 5 : un concert intense du violoniste franco-serbe Nemanja Radulovic parmi les menhirs de Carnac, et un portrait engagé et engageant de la chanteuse béninoise Angélique Kidjo. Vendredi 2 juillet à partir de 20.50 sur France 5.

Nemanja Radulovic
Nemanja Radulovic © Neutra Production

Entendre et (re)découvrir, sous les doigts virtuoses du violoniste franco-serbe Nemanja Radulović, les airs de Rimski-Korsakov, Bach, Vivaldi, Kreisler ou encore Bloch, mêlés à des musiques traditionnelles serbes, sous la surveillance millénaire des menhirs de Carnac sculptés par le soleil couchant, est une expérience magique, céleste, en un mot : unique ! « Unique », comme le nom de cette collection d'Au spectacle chez soi qui repousse les limites de la captation de concert pour proposer un spectacle aux allures d'œuvre cinématographique. Les caméras saisissent sur le vif, en un mouvement gracieux, l'énergie d'un artiste et l'intensité des relations qui le lient à sa musique et au lieu où il la fait entendre. Sur le site mégalithique de Carnac, Nemanja Radulović offre ainsi un programme d'une grande richesse, qui associe œuvres populaires et découvertes singulières, comme pour livrer, sans fard, une part de son influence et de son histoire. En complément, face caméra, le soliste iconoclaste à la chevelure de rock star raconte son parcours, de Belgrade au Conservatoire de Paris, en passant par les couloirs du métro, avec un humour, une gourmandise et une douceur communicatives. Difficile de résister à son interprétation endiablée du Schéhérazade de Rimski-Korsakov, alors que, au loin, progressivement la nuit gagne Carnac...

Angélique Kidjo, un portrait engagé

Angélique Kidjo, l’artiste béninoise « 4 étoiles » – comme le nombre de ses Grammy Awards –, fait danser et chanter la planète depuis plus de trente ans. Classée parmi les 100 femmes les plus influentes du monde, la chanteuse est une activiste internationalement reconnue, vivant entre Brooklyn et Paris. Indépendante et féministe, elle revendique l’héritage de la Sud-Africaine Miriam Makeba et de la reine de la salsa cubaine Celia Cruz qui lui ont ouvert la voie et montré comment faire sa place dans un monde d’hommes. La soixantaine énergique, Angélique Kidjo endosse à son tour ce rôle de figure tutélaire pour la nouvelle génération d’artistes africains comme Yemi Alade et Burna Boy. Des Indépendances africaines qui l’ont vue naître en 1960 à son exil en France en 1983, jusqu'au succès international de sa musique, des routes de l’esclavage à la playlist de Barak Obama, des rythmes traditionnels yoruba de son enfance à l'avènement de ce qu'on a appelé la « World Music » dans les années 90, en passant par ses reprises de l’album Remain in Lights des Talking Heads et du Boléro de Ravel, ses duos prestigieux avec Alicia Keys, Ziggy Marley, Bono, Peter Gabriel, ses créations originales avec Philip Glass et Ibrahim Maalouf… ce documentaire raconte le voyage de l’artiste à travers la vie et ses choix artistiques qui l'ont menée à devenir cette voix puissante et engagée qui brise les murs de l’indifférence et érige des ponts musicaux sur lesquels personne n’a encore marché.

Au spectacle chez soi : Nemanja Radulović à Carnac, dans la collection « Unique »
Captation documentaire (90 minutes) – Réalisation Sébastien Lefèbvre –Production Neutra Production, Deutsche Grammaphon et le Centre des monuments nationaux – Avec Nemanja Radulović (violon), Laure Favre-Kahn (piano), Tamara Aleksic (récitante) et les musiciens de l'ensemble Double Sens.

Passage des arts : Queen Kidjo, le rythme absolu
Documentaire (62 minutes) – Scénario et réalisation Claire Duguet –Production Causette Prod / Morgane avec la participation de France Télévisions et de TV5 Monde et le soutien du CNC, de la SACEM, de la Procirep et de l’Angoa.
Documentaire diffusé dans le cadre de l'opération « France Télévisions, Cœur Africa » qui vise à offrir aux téléspectateurs de toutes les générations un regard nouveau sur l’Afrique d’hier et d’aujourd’hui.  

Commentaires