La Folle Aventure de Louis de Funès

France 3 retrace la carrière emblématique de Louis de Funès. L’histoire d’un artiste parti de rien, pour finalement atteindre, à force d’abnégation et de persévérance, les sphères d’une gloire qui s’était longtemps refusée à lui. Vendredi 26 juin à 21.05.

La folle aventure de Louis de Funès
« La Folle Aventure de Louis de Funès ». © Bons Clients / Ina – 2020

Des débuts difficiles
En 1973, Louis de Funès, à l’affiche du mythique Rabbi Jacob, est au sommet de sa carrière. Avant de connaître ce succès phénoménal, le comédien a pourtant longtemps galéré, enchaînant petits boulots et rôles de figurant. Parvenant à percer à l’âge de 40 ans, sa consécration tardive, qui relève presque du miracle, récompense une volonté inébranlable. Au départ, le natif de Courbevoie mit cependant du temps pour trouver sa voie dans la comédie. Même si son tempérament facétieux apporte dès son enfance légèreté et bonne humeur à un climat familial pesant – son père, Carlos, essuie une longue série d’échecs professionnels. Après le faux suicide de ce dernier, le jeune Louis, 12 ans à peine, est abandonné par sa mère : celle-ci est partie retrouver l’homme de sa vie qui, après avoir mis en scène sa fausse mort, a refait sa vie à l’autre bout du monde. En 1934, Louis a 20 ans et doit chercher du travail pour subvenir à ses besoins. Il est embauché comme pianiste de bar et parvient de justesse à échapper à l’armée en raison d’une erreur de dossier. Son frère, lui, perdra la vie au front en 1940.

Première au grand écran 
Après avoir écumé les bars de la capitale, en jouant parfois douze heures d’affilée – de 17 heures à 5 heures du matin –, le jeune pianiste découvre enfin sa véritable vocation en se lançant corps et âme dans le cinéma. Il apparaît pour la première fois dans La Tentation de Barbizon. Mais, hormis ce fait d’armes, les propositions ne pleuvent pas. Le cinéma se refusant à lui, l’acteur est contraint de jouer dans des publicités pour joindre les deux bouts. En intégrant la troupe de théâtre des Branquignols, il déclare, dépité, à Robert Dhéry : « J’ai 40 ans et je commence à peine ma carrière. » 

La consécration 
Même si les critiques ne s’attardent pas sur sa performance dans La Traversée de Paris, avec Gabin et Bourvil, où il n’apparaît que pendant sept petites minutes, Louis de Funès parvient enfin à se faire un nom cinq ans plus tard avec Pouic-Pouic, de Jean Girault. Dès lors, les succès s’enchaînent, avec une incroyable année 1964 où l’acteur tourne trois films légendaires qui le propulsent définitivement au sommet : Le Gendarme de Saint-Tropez (7 millions d’entrées), Fantômas (5 millions d’entrées) et Le Corniaud (11 millions). Pour la nouvelle idole du grand écran, il ne reste plus qu’à obtenir la reconnaissance des critiques et de la profession, qui, à son grand désarroi, tarde elle aussi à arriver… Jusqu’à sans doute ce soir de 1981 où Jerry Lewis viendra spécialement à Paris pour lui remettre un césar d’honneur, provoquant une mémorable standing ovation… 

La Folle Aventure de Louis de Funès

Documentaire (90 min) - Auteure-réalisatrice Lucie Cariès - Narration Isabelle Nanty - Production Les Bons Clients, avec la participation de France Télévisions

La Folle Aventure de Louis de Funès est diffusé vendredi 26 juin à 21.05 sur France 3
À voir et revoir sur france.tv

Publié le 23 juin 2020
Commentaires
Connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.