Les J.O. se racontent à travers plusieurs documentaires

Et si, à l'occasion des Jeux Olympiques, vous vous replongiez dans son histoire, en appreniez plus sur ses champions et profitiez de cette escale japonaise pour découvrir celle qui a incarné le renouveau du pays, l'impératrice Michiko. Des documentaires à regarder sur les antennes de France Télévisions à partir du 21 juillet et sur france.tv et Lumni, dès maintenant.

« L'Odyssée des Jeux Olympiques ». © 2016 Comité des Jeux Olympiques 2016 (CIO)

Témoins des contraintes liées à la crise sanitaire, nous n'avons d'autres choix pendant ces Jeux Olympiques que d'assister aux exploits des sportifs devant nos écrans, en écoutant la radio ou en lisant les journaux. Jamais, dans toute l'histoire des Jeux modernes, pareille situation ne s'était produite. Bien évidemment, il n'y eut pas de compétitions pendant les guerres mondiales, il arriva que certaines nations boycottent les Jeux, mais jamais les épreuves durent se dérouler à huis clos comme ce sera le cas pour la grande majorité d'entre elles cette année. Pour autant, il y eut des Jeux d'été tout aussi compliqués à vivre (comme vous pourrez le (re)découvrir dans L'Odyssée des Jeux Olympiques). Ceux de 1936, qui se déroulèrent à Munich, ont marqué plus qu'une génération. Hitler, déjà au pouvoir, savoura sa victoire (l'Allemagne termina première du classement) jusqu'à un certain point, puisque, lors de l'épreuve du sprint, un Afro-Américain, Jessie Owens, remit en cause la suprématie aryenne en s'imposant à quatre reprises, et un autre Afro-Américain, Cornelius Johnson, l'emporta au saut en hauteur. Des exploits qui, hélas !, ne stoppèrent ni la propagande nazi ni la ségrégation aux États-Unis.

D'avoir fait les Championnats du monde, les Jeux Olympiques, les Championnats d'Europe, il n'y a pas beaucoup de sportifs ou de gymnastes qui l'ont fait à La Réunion. Donc, si à travers ça, je peux encore motiver des jeunes et leur donner envie d'aller vers ça. Moi, je suis revenu pour ça, pour donner l'exemple. Je viens de La Réunion, d'un quartier défavorisé, c'est quand même quelque chose de grand.

Patrice Casimir, ancien gymnaste devenu entraîneur (extrait de « Outre-mer Olympique »)

« Plus vite, plus haut, plus fort »

Si les Jeux sont critiqués pour leurs dérives financières et structurelles (depuis ceux de Montréal en 1976), ils ont permis à des nations de briller bien au-delà de leurs frontières. Et aux athlètes de prouver, s'il était nécessaire, que chacun à ses chances, d'où qu'il vienne. Reprenant à leur compte la devise latine si chère au baron de Coubertin, père des Jeux modernes : Citius, Altius, Fortius (« plus vite, plus haut, plus fort » en français). Des sportifs qui doivent parfois tout quitter pour poursuivre leur entraînement. Aujourd'hui, les Ultramarins bénéficient de structures adaptées pour se perfectionner sans quitter leur île ou leur continent, mais ce ne fut pas toujours le cas, comme vous l'apprendrez dans Outre-mer Olympique.

C'est ça le problème, c'est qu'ils se focalisent sur moi. Et ils oublient une chose, c'est que dans une compétition, il n'y a pas que moi. Moi, je travaille sur tout le monde. Eux ne travaillent que sur moi. Elle est peut-être là la différence.

Teddy Riner, judoka, aux Masters de Doha (extrait de « Teddy Riner, la quête »)

Ces athlètes d'Outre-mer sont, depuis leurs débuts, des acteurs incontournables des prouesses sportives françaises. Sans eux, pas de record du monde sur le 4 x 100 mètres (Max Morinière, Daniel Sangouma, Jean-Charles Trouabal et Bruno Marie-Rose aux Championnats d'Europe de Split), pas de titres mondiaux et européens à répétition (Teddy Riner), et forcément moins de médailles olympiques (Marie-José Pérec, Christine Caron, Laura Flessel, Teddy Riner, Jackson Richardson, etc.). Se perçoivent-ils comme une source d'inspiration pour toute une génération, et plus encore ? En Guyane, c'est un fait, les exploits de Malia Metella ont eu une incidence sur le nombres de licenciés enregistrés en natation. Ailleurs, c'est l'escrime, la gymnastique, le judo, le handball ou l'athlétisme qui se sont imposés avec une même envie, celle de monter sur le podium aux J.O. de Paris.

Teddy Riner, de dos, répondant à des journalistes
« Teddy Riner, la quête »
© France.tv Studio

Les yeux rivés sur Tokyo

Pour l'heure, c'est au pays du Soleil-Levant que les athlètes ont rendez-vous avec leur destin. Un archipel à l'histoire tourmentée, aussi fascinant que déstabilisant. Il ne suffit ni de lire des mangas, ni de voir des films d'Akira Kurosawa ou des dessins animés de Hayao Miyazaki pour percer à jour les mille et un visages du Japon. Si, depuis 1947, la Constitution a modifié irréversiblement le statut de l'empereur, il conserve une place particulière dans le cœur des Japonais. Pourtant, nul ne peut prédire la présence de l'empereur Naruhito et de sa famille aux Jeux lors des cérémonies ou des épreuves. « Si l'empereur apparaît, la presse étrangère va écrire sur lui, scruter ses moindres faits et gestes, ce que les Japonais ne veulent surtout pas, estime Jean-Marie Bouissou (représentant de Sciences-Po au Japon et auteur des Leçons du Japon, un pays très incorrect). Ils ont peur que certains en profitent pour le salir. Tout, autour de l'empereur, doit être sous contrôle. »


Si l'histoire de ces monarques vous interpelle, découvrez celle de l'épouse de l'empereur Akihito dans le documentaire que lui a consacré Anne-Sophie Chaumier Le Conte. Michiko Shōda a été la première roturière à épouser un futur monarque, avec l'aval de son futur beau-père, l'empereur Hirohito. Une femme aimée et aimante, exprimant ouvertement de la compassion pour autrui, n'hésitant pas à s'adresser et à s'intéresser aux plus vulnérables (un comportement rare chez les Japonais) et à exprimer des regrets sur les exactions commises pendant la guerre. Pour avoir connu le pire, elle a toujours encouragé la paix. Des valeurs transmises à ses fils et au peuple nippon. En 2019, elle a quitté ses fonctions officielles lorsque son époux a abdiqué.


Le programme des documentaires

Mercredi 21 juillet

21.05, France 3 : L'Odyssée des Jeux Olympiques
Les Jeux Olympiques répondent, depuis leur création en 1896, à un vœu pieux : rapprocher les hommes et les femmes — quelles que soient leurs convictions, leurs religions ou leurs origines — et faire, dans le même temps, table rase des désordres du monde pendant cette quinzaine, la « trêve olympique ».  On le sait, cette fraternité de cœur et d’idée a, plus d’une fois, été remise en cause. Et pourtant, malgré les guerres et les attentats, les boycotts et les tricheries, les surenchères et les scandales, malgré la pandémie du coronavirus qui a obligé de reporter les Jeux de Tokyo 2021, la fête ne saurait être remise en cause, ni son succès, sans cesse révisé à la hausse.

Documentaire (110 min - inédit) – Auteurs Benoit Heimermann et Jean-Christophe Rosé – Réalisation Jean-Christophe Rosé – Commentaires Philippe Torreton – Production Kuiv, avec la participation de France Télévisions et de TV5 Monde


23.00, France 3 : L'Impératrice Michiko, la force du roseau
En 1959, la jeune Michiko Shōda épouse le prince héritier Akihito, futur empereur du Japon. Pourtant, jamais cette roturière n’aurait dû connaître pareille destinée. La capitulation du Japon en 1945 et la nouvelle Constitution de 1946, prônant la souveraineté du peuple et reléguant l’empereur au rang de symbole de la nation, en ont décidé autrement. Pendant 60 ans, Michiko a accompagné la transformation de la société nippone en insufflant des valeurs pacifistes et humanistes, incarnant un « nouveau Japon ».

Documentaire (65 min - inédit) – Auteure-réalisatrice Anne-Sophie Chaumier Le Conte – Coproduction CC&CNHK et AB Productions, avec la participation de France 2, Toute l’Histoire et de la RTBF


Jeudi 22 juillet

21.05, France 2 : Teddy Riner, la quête
Pendant plus de deux ans et demi, le judoka a été suivi par deux journalistes de France tv sport tout au long de sa préparation pour les Jeux de Tokyo où il rêve de décrocher une troisième médaille d'or. C'est également une occasion unique de se plonger dans la vie privée de Teddy Riner, de découvrir sa vie de famille, ses joies, ainsi que les doutes qui l'assaillent parfois.

Documentaire (90 min) – Auteurs-réalisateurs Benoît Durand, Brice Baubit et Laurent Lefebvre – Production France.tv studio – Coproduction Riner Judo Production, avec la participation de France Télévisions

 

Un coureur s'entraînant
« Outre-mer Olympique ».
© Droits réservés

23.10, France 2, Portail Outre-mer La 1ère :Outre-mer Olympique
Icône du sport tricolore, adulé du public, double champion olympique de judo, Teddy Riner, né en Guadeloupe, ne manque pas une occasion de revendiquer son attachement à sa région d’origine, comme beaucoup d’athlètes ultramarins. Leur forte présence dans la délégation tricolore marque l’originalité de la France lors des cérémonies d’ouverture des J.O. À tel point que quatre champions venus d’Outre-mer ont été désignés porte-drapeau : Marie-José Pérec, Jackson Richardson, Laura Flessel et Teddy Riner. Le journaliste Mathieu Méranville, spécialiste de l’olympisme, et le réalisateur Vianney Sotès sont partis en Guadeloupe, en Guyane, en Martinique et à La Réunion, à la rencontre des hommes et des femmes qui ont permis l’émergence du sport ultramarin.

Documentaire (52 min) – Auteur Mathieu Méranville – Réalisation Vianney Sotès – Production Beau Comme une Image, avec la participation de France Télévisions

 

00.05, France 2 : Un rêve olympique, plus fort que tout
Pendant une année entière, nous avons suivi en immersion sept sportifs français qui, toutes et tous, ont dévoué leur vie au rêve olympique. Du confinement à la révélation sportive, des moments de doute aux blessures, un document exclusif qui donne à voir de l’intérieur la réalité d’une préparation olympique exceptionnelle…

Rediffusion jeudi 22 juillet à 15.20 et samedi 24 juillet à 10.10 sur France 3

Documentaire (52 min) – Réalisation Nicolas Thibault, avec la collaboration de Florent Bodin – Production Black Dynamite et l'INSEP 

Les Docs du « Magazine de la santé », sur France 5, à 13.40

Jeux Olympiques, les sportifs se préparent et CREPS, un centre pour des graines de champions — diffusion le vendredi 23 juillet
Les Futurs Champions du handisport et Handiski, dépasser ses limites – diffusion le mardi 24 août

Magazine – Présentation Marina Carrère d’Encausse et Jean-Marc Sène


« Vis ton sport » sur Lumni 


Un sportif français d'une discipline (escrime, breakdance, escalade...) présente aux Jeux Olympiques de Tokyo 2021 échange avec un jeune amateur autour d'une valeur essentielle de son sport, comme la passion, la persévérance, la sororité, le partage, le dépassement de soi, la confiance en soi, le respect, la patience, la créativité, etc.

Série documentaire (20 x 5 min) – Réalisation Alexandra Royer et David Tabourier – Production Goldenia Studio – En partenariat avecl'Union nationale du sport scolaire (UNSS)


Photos de plusieurs jeunes sportifs
« Champions ».
© Black Dynamite et l'INSEP

« Champions » sur france.tv

C’est l’espoir fou de leur jeune vie. Ils ont quatre ans pour pouvoir s’aligner lors des J.O. de Paris 2024. Peut-être… Quatre ans pour se préparer, s’entraîner, transpirer… mais aussi douter, grandir, et peser le poids des sacrifices pour le rêve. Champions est l’histoire humaine de jeunes athlètes plongés dans la matrice sportive française, l’INSEP.  Une série qui commence à l’heure où la pandémie bouleverse les calendriers des compétitions, les repères du corps et toutes les certitudes.

Série documentaire (8 x 26 min) – Réalisation Florent Bodin – Production Black Dynamite et l'INSEP

N’oubliez pas que ces XXXIIes Jeux Olympiques sont à suivre en direct et en replay sur les antennes de France Télévisions, franceinfo.fr, France tv sport et france.tv.

 

 

Commentaires