Hommage à Michael Lonsdale

En hommage à Michael Lonsdale, « Place au cinéma », le rendez-vous cinéma animé par Dominique Besnehard, diffuse « Des hommes et des dieux », immersion bouleversante dans l’intimité des moines cisterciens de Tibhirine en pleine guerre civile algérienne, pour lequel l’acteur remporta le césar du meilleur second rôle en 2011. Lundi à 20.50 sur France 5.

Michael Lonsdale et Sabrina Ouazani
Michael Lonsdale et Sabrina Ouazani. © Marie-Julie Maille / Why Not Productions / Armada Films / France 3 Cinéma

S'il est un titre — et un film — qui semble le plus approprié pour rendre hommage à la carrière et à la personnalité de Michael Lonsdale, c'est bien celui-là : Des hommes et des dieux. Des « hommes », car l'acteur, décédé lundi dernier à l'âge de 89 ans, a prêté sa stature et sa voix inimitables à d'innombrables personnages. Aussi à l'aise dans le cinéma d'auteur français (chez Marguerite Duras, Jean Eustache, Jacques Rivette ou encore Claude Sautet) que dans les blockbusters américains (Moonraker, Munich de Steven Spielberg), il a aussi marqué de sa présence plusieurs générations de cinéphiles. Et « dieux », car l'icône de cinéma était également une figure marquante du catholicisme. Il a consacré sa vie à unir son art et sa foi, les hommes et les dieux, comme en témoigne le passionnant portrait-documentaire de l'émission Les Chemins de la foi intitulé Michael Lonsdale : La vie est invention, rediffusé actuellement sur france.tv.

Unique césar de sa carrière

Des hommes et des dieux valut à Michael Lonsdale l'unique césar de sa carrière. Sujet délicat s’il en est, l’enlèvement par le GIA, en 1996, des moines cisterciens de Tibhirine – et le mystère de leur exécution – aurait pu facilement donner lieu à une œuvre controversée, le genre de film-enquête qui se contente de regarder l’histoire par le petit bout du fait divers et de la polémique. Avec une grâce admirable, différant la tension propre au fait divers, Xavier Beauvois (NordLe Petit Lieutenant) prend au contraire le temps de s’immiscer patiemment dans le secret de ce monastère pour en saisir les plus intimes ramifications. Comment vivent des moines chrétiens au cœur de l’Atlas musulman quand la guerre civile menace ? Comment cohabitent le religieux et le politique ? Qu’est-ce que cela implique au quotidien ? Des hommes et des dieux est une œuvre splendide, à la fois dépouillée et lyrique, qui réactive en permanence la question de la présence. Celle des hommes comme celle des dieux. Abordant la question de la foi sans prosélytisme, sous son angle pragmatique, prosaïque et routinier, le film s’appuie sur une autre forme de présence, tout aussi insaisissable : celle de Michael Lonsdale. Entouré notamment d'Olivier Rabourdin et de Lambert Wilson, le monstre sacré du cinéma livre là une interprétation des plus admirables. Difficile de ne pas être ému par son silence et son regard au moment de la désormais fameuse séquence du Lac des cygnes.

Des hommes et des dieux

Film (2010) – Réalisation Xavier Beauvois avec Lambert Wilson, Michael Lonsdale, Olivier Rabourdin –Production Why Not Productions, Armada Films, France 3 Cinéma

Un monastère perché dans les montagnes du Maghreb, dans les années 1990. Huit moines chrétiens français vivent en harmonie avec leurs frères musulmans. Quand une équipe de travailleurs étrangers est massacrée par un groupe islamiste, la terreur s’installe dans la région. L’armée propose une protection aux moines, mais ceux-ci refusent. Doivent-ils partir ? Malgré les menaces grandissantes qui les entourent, la décision des moines de rester coûte que coûte se concrétise jour après jour…

Ce film s’inspire librement de la vie des moines cisterciens de Tibhirine en Algérie de 1993, jusqu’à leur enlèvement en 1996.

Déconseillé aux moins de 10 ans.

Des hommes et des dieux est à voir dans Place au cinéma lundi 28 septembre à 20.50 sur France 5

Publié le 25 septembre 2020
Commentaires
Connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.