Fort Boyard : « On est aspiré par l’état d’esprit et la magie du lieu ! »

Interview d’Olivier Minne

Le samedi soir, c'est  « Fort Boyard » ! Entre épreuves ancestrales et inédites, habitants légendaires et nouveaux guerriers mystères, l’émission culte animée par Olivier Minne n’en finit pas de se renouveler et de faire rêver. L’animateur nous en dit plus sur cette 33e édition, « Les 9 atouts du Père Fouras », promettant une aventure différente à chaque émission. Interview.

Olivier Minne © Laurent VU / ALP / FTV

C’est votre 20e saison d’animation de Fort Boyard, comment le vivez-vous ?
Olivier Minne : Avec joie ! Mais également avec surprise… Je ne pouvais pas savoir, en arrivant en 2003, que je présenterais toujours le programme après vingt saisons, donc c’est une joyeuse surprise !

Cette année, la saison est intitulée « Les 9 atouts du Père Fouras », à quoi cela correspond-il ? 
O. M. : L’idée est de raconter une « histoire » unique à chaque émission. Le Père Fouras attribue un atout différent à chaque équipe qui conditionne l’histoire qu’elle vit dans la soirée. Par exemple, il y a l’atout « les fantômes du passé ». Il a pour vocation de revisiter certaines épreuves cultes de l’émission, avec la résurgence d’une séquence que l’on a pas vue depuis très longtemps, comme « Excalibur » par exemple, et un personnage des années précédentes comme Jafar. Ou encore l’atout « chance » qui permet à l’équipe un changement de règle pour lui donner l’opportunité de gagner plus facilement une clé ou un indice.  Mais le Père Fouras, qui est un peu taquin, peut ne pas vouloir donner une chance supplémentaire à l’équipe.

Clémence Castel a été annoncée comme « guerrière mystère ». Aura-t-on d’autres nouveaux visages cette année ? 
O. M. : Tout comme la guerrière mystère, il y aura « le guerrier mystère ». Les candidats doivent chercher l’identité de ce guerrier ou de cette « guerrière mystère » pendant toute l’émission puisqu’ils ne savent pas de qui il s’agit. Et s’ils trouvent cette identité, ils peuvent faire gagner 1 500 euros supplémentaire à leur association. Évidemment, ce guerrier ou cette guerrière se confronte à l’équipe. Leur présence n’est pas uniquement symbolique, car ils sont actifs au sein du programme. 

Que pouvez-vous nous dire des nouvelles épreuves ? Est-ce que vous en êtes fier ?
O. M. : Je suis fier de toutes les nouvelles épreuves ! Nous avons par exemple une cellule où, pour atteindre la clé, il ne faut pas se faire toucher par des rayons laser. Si on se fait toucher, le candidat ou la candidate prend une décharge et la porte se referme progressivement. La difficulté est que le candidat porte une paire de lunettes pour se protéger des rayons… Mais elle l’empêche aussi de voir où ils sont. Il faut donc écouter attentivement ce que dira le comparse qui sera également dans la cellule pour le guider… Et ça n’est pas simple !  Il y a une épreuve où on est dans un univers complètement diabolique. La porte représente une chapelle gothique qui aurait été brûlée par les feux de l’enfer. La clé est entourée par le « feu du diable ». Pour éteindre le feu, le candidat doit actionner une manette. Mais pour pouvoir atteindre cette manette, il doit passer par les « fosses du diable ». C’est très drôle, car les candidats font des voltiges absolument insensées. 

Est-ce qu’en tant qu’animateur vous devez essayer les épreuves ? 
O. M. : Non, je n’ai pas la possibilité, faute de temps, d’essayer tout ça. Mais ayant été trois fois candidat dans l’émission, j’ai donné ma part d’investissement personnel ! [Rires]

Il y a une grande notion de famille dans Fort Boyard, qu’est-ce que ça vous inspire ?
O. M. : C’est ce qui fait toute sa magie ! Nous avons réussi à créer une communauté de spectateurs qui ont transmis leur affection pour cette émission aux générations suivantes. Pour moi, ça va au-delà de Fort Boyard. Il y a des gens, aujourd’hui grands-parents, qui me regardaient adolescents dans Les Mondes fantastiques et qui aujourd’hui me regardent dans Fort Boyard avec leurs petits-enfants. Il y a, en plus du Fort, un lien entre eux et moi qui s’est établi et qui est assez troublant. Puis, on a tout simplement les enfants d’il y a vingt ans, qui maintenant sont parents et ont mis leurs enfants devant l’émission. Toutes ces générations créent une communauté. C’est l’émission qui inspire ça ! Les souvenirs d’été, les souvenirs d’enfance… C’est génial d’incarner une émission qui inspire ces sentiments-là. 

C’est la 33e édition de Fort Boyard, comment est-ce qu’on continue à faire évoluer une institution pareille ? 
O. M. : En étant très vigilants à coller au mieux à l’air du temps. Fort Boyard garde des marques de ce que l’émission proposait il y a trente ans, ne serait-ce que par la présence du Fort lui-même. Mais il s’adapte aussi à la façon dont les jeunes se divertissent de nos jours. Le Fort, lieu hors du temps, crée des passerelles avec le monde moderne et le temps présent.

Selon-vous, si on devait retenir une chose de cette 33e édition, ce serait quoi ? 
O. M. : Que l’esprit du Fort est toujours le même. Les candidats ont retrouvé sur place leur âme d’enfant. C’est un peu le syndrome « Mickey ». Quand on arrive, comme à Disneyland, on quitte toute logique… Rien n’est raisonnable, rien n’est crédible, mais on est aspiré par l’état d’esprit et par la magie du lieu ! Cette saison, les candidats ont illustré parfaitement ce que je crie depuis vingt ans sur le Fort, ils ont été « toujours plus loin, toujours plus haut, toujours plus fort ! ». À travers ce cri, je donne un signal important, surtout pour les plus jeunes. Évidemment, ce n’est pas une injonction à être toujours les meilleurs, mais plutôt à essayer et à ne jamais désespérer. 

Propos recueillis par Robin Uzan

Fort Boyard - Les 9 atouts du Père Fouras

Des lustres que le Père Fouras règne en maître sur le Fort et protège son trésor… Et pourtant, chaque année, de nombreuses équipes tentent de lui dérober un maximum de boyards pour venir en aide à de nobles causes. Mais, pour cette 33e saison, le Père Fouras compte bien leur compliquer sérieusement (et doublement) la tâche.
Le capitaine du vaisseau de pierre leur a d’abord concocté une première surprise de taille, le retour de redoutables épreuves cultes, comme la lutte dans la boue, Excalibur ou les légendaires énigmes dans la vigie du Fort, et n’hésitera pas à reprendre le pouvoir avec l’aide de « 9 atouts » mystérieux, ses nouvelles armes secrètes.

Ces 9 atouts, symbolisés par des cartes, représentent chacun une stratégie différente pour les neuf émissions. Ils viendront twister et modifier certaines épreuves pour pimenter encore plus l’aventure des candidat grâce à des règles spécifiques. Le Père Fouras pourra ainsi faire appel à un guerrier mystère pour venir l’aider, décider de placer la soirée sous le signe des interdits en empêchant, par exemple, les candidats de crier dans une aventure effrayante… ou choisir de maudire un candidat qui enchaînera les épreuves tant qu’il n’aura pas gagné une clé ou un indice ! 

Le Père Fouras pourra également compter sur son armée de redoutables personnages pour l’aider à protéger son trésor : Passe-Partout et Passe-Muraille, le shérif Willy Rovelli, Blanche, Rouge, la famille Boo.
 

Le Père Fouras
Le Père Fouras
© Laurent Vu / ALP / FTV

« Fort Boyard » : émission du samedi 23 juillet

L'équipe de la semaine
L'équipe de la semaine
© Laurent Vu / ALP / FTV ​

Cette semaine, retrouvez Diane Leyre, Maëva Coucke, Studio Danielle, Thomas Thouroude, Cléopatre Darleux et Arthur Lombard
Ils joueront pour l'association Les Bonnes Fées, une association d’intérêt général à but non lucratif qui a principalement pour but d’intervenir auprès du grand public pour améliorer leurs conditions de vie. Elle vient en aide aux personnes les plus démunies, atteintes de maladies et/ou isolées.

Un jeu original de Jacques AntoineJean-Pierre Mitrecey et Pierre Launais – Animé par Olivier Minne – Réalisation Francis Coté – Production Alexia Laroche-Joubert et Adventure Line Productions

Fort Boyard est diffusé tous les samedis à 21.10 sur France 2
À voir et revoir sur france.tv 


« Fort Boyard, toujours plus fort ! »

Olivier Minne et Willy Rovelli poursuivront la soirée avec les candidats dans Fort Boyard, toujours plus fort ! Ils reviendront ensemble sur les moments marquants de leur aventure et nous permettront de découvrir les coulisses de ce jeu mythique. 

Diffusion tous les samedis à partir de 23.25
À voir et revoir sur france.tv
 
Vous pourrez réagir et commenter l’émission avec #FortBoyard
Le Père Fouras, le community manager du Fort, vous attend sur Facebook, Twitter et Instagram  

Commentaires