Une escapade à couper le souffle en Provence

Alors que l’hiver est à nos portes, que diriez-vous de prolonger les beaux jours ? Allez, déposez manteau, gants, écharpe et bonnet, Carolina De Salvo vous invite à la suivre en Provence pour ce nouvel inédit de « Faut pas rêver ». Rendez-vous mercredi à 21.05 sur France 3.

« Faut pas rêver : Le cœur en Provence ». © Faut pas rêver / FTV

La Provence, c’est un décor qui vous enveloppe. On se sent tout de suite très bien.

Carolina De Salvo

Pour nous, Carolina De Salvo hume les parfums de la garrigue, contemple la Méditerranée à l’horizon et profite du chant des cigales. Un avant-goût de son périple aussi ensoleillé qu’étonnant. Un voyage au pays des senteurs et de la faune sauvage, des falaises et des fonds marins, des carrières souterraines et des locomotives à vapeur. Une escapade à couper le souffle, au sens propre comme au figuré.
La première étape nécessite d’être équipé(e) d’un baudrier, de chaussures à talon et d’une tenue idéale pour s’adonner à la danse… aérienne et pour l’occasion sur un pan de falaise. Tout en élégance, grâce et légèreté, Isabelle Falcomata et Catherine Ros, de la compagnie Les Têtes Bêches, évoluent à des centaines de mètres au-dessus du vide sur la paroi rocheuse. Elles voltigent. Leur duo crée un incroyable tableau au creux de cette nature vertigineuse. Comme Carolina, mieux vaut se mettre légèrement en retrait pour apprécier, sans craindre de tomber, ce pas de deux. Leur démarche est assurée, tantôt frôlant la roche, la parcourant rapidement ou s’en détachant. Un ballet aérien auquel vous ne pourrez pas rester indifférent(e).
Après un tel spectacle, mieux vaut se laisser conduire dans le train qui circule sur l’unique voie reliant Dignes-les-Bains à Nice (soit 150 kilomètres). « Le train des Pignes, c’est une appellation qui remonte à l’entre-deux-guerres, précise José. C’était une appellation de dérision au départ. Parce qu’on disait que le train allait si lentement que les voyageurs avaient le temps de descendre et de ramasser des pommes de pin le long de la voie. On disait aussi que la compagnie était tellement pauvre qu’ils utilisaient des pignes, des pommes de pin pour chauffer les locomotives. » Un trajet bucolique où le voyageur peut à loisir contempler vallées et rivières, forêts et pâturages, villages, hameaux et villes. Enfin, quand il ne traverse pas l’un des vingt-sept tunnels. Le temps est, rappelez-vous, refabriqué, alors pourquoi ne pas le distordre quelque peu pour remonter à l’époque des locomotives à vapeur. Si vous êtes partant, faisons halte en gare de Puget-Théniers.
Une expérience qui ne vous empêchera nullement d’assister un peu plus tard, à Pégomas, à la récolte d’un champ de roses. Mais pas n’importe lesquelles. Mademoiselle les a utilisées comme note de cœur dans l’un de ses plus célèbres parfums. Depuis la fin des années 1980, c’est la famille Mul qui fournit les absolues de cette rose de mai (l’absolu « est un concentré naturel de parfum tiré d’une fleur ou d’une autre partie de végétal », source :Cosmopolitan). Quant aux lustres qui habillent le château de Versailles ou l’Opéra de Paris, pour ne citer qu’eux, seriez-vous étonnés d’apprendre qu’ils ont été, pour certains, restaurés à Gargas (dans le Luberon), dans un atelier installé au sein d’une ancienne usine d’ocre ? Pour terminer ce festin olfactif et visuel, place à un mets de choix pour qui aime les crustacés, voire les pêcher. Vous avez deviné ? 

Reportages

Le refuge de Loriane
Loriane dirige un refuge pour animaux blessés ou abandonnés au cœur du Luberon. Grâce à son réseau de bénévoles, elle recueille des espèces dans toute la région. Un lieu qui ressemble parfois à une nurserie.

Le défi d’Arthur
Arthur Guérin-Boéri est l’un des plus grands champions de plongée en apnée. Cet enfant du pays s’entraîne sur tous les terrains de la région. Mais c’est en compagnie de son mentor, Guillaume Néry, qu’il perfectionne son apprentissage des profondeurs sous-marines…

Le « nez » de Delphine
Créer un parfum, c’est chercher dans la nature tout ce qui peut traduire une ambiance. Delphine est un « nez ». Sa commande : imaginer un parfum racontant le printemps et l’hiver en Himalaya. En sillonnant le pays de Grasse, elle cherche à composer les meilleures notes florales de sa future partition.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by Carolina De Salvo (@carolinadesalvo)

 

Faut pas rêver : Le cœur en Provence

Un voyage en Provence, c’est toujours une explosion de couleurs, d’odeurs et de saveurs. Même hors saison, telle que Carolina De Salvo l’a parcourue. Entre les gorges du Verdon et la Méditerranée, en passant par le Luberon et le pays de Grasse, Carolina enchaîne les rencontres avec des amoureux de cette terre qui lui ouvrent leurs portes, certaines secrètes.

Magazine (90 min - 2021) – Présentation Carolina De Salvo – Rédaction en chef Hervé Arduin – Rédaction en chef adjoint Mathilde Faivre – Réalisation Damien Vercaemer – Réalisation (reportages) Corinne Glowacki et Benoît Grimont – Production France Télévisions

Ce magazine est diffusé mercredi 24 novembre 2021 à 21.05 sur France 3
Faut pas rêver : Le cœur en Provence est à voir et revoir sur france.tv

Publié le 19 novembre 2021
Commentaires