Faut pas rêver la Corse, faut y aller !

Magnifique portrait de la Corse que nous offre Carolina de Salvo dans ce nouveau numéro de « Faut pas rêver » : celle des sentiers de montagne, des terroirs et des savoirs ancestraux... Certes, la mer n’est jamais très loin, mais l’âme corse, il faut la chercher ailleurs, sur les hauteurs de l’île. Mercredi à 21.05 sur France 3.

Faut pas rêver
Jean-Charles Abbatucci et sa fille Faustine dans leur domaine viticole. © Feelingside Productions

« C’est la montagne qui permet de se protéger, de se nourrir ; souvent le Corse est bien plus montagnard que marin. » Cette phrase, n’importe quel autochtone aurait pu la prononcer. Nous voilà donc fixés. Pour apprivoiser la belle méditerranéenne, mieux vaut accepter de tourner le dos aux plages paradisiaques et suivre Carolina de Salvo qui débute son voyage sur les magnifiques aiguilles de Bavella, en compagnie d’une équipe de botanistes quelque peu aventuriers. Car, sur ce terrain fortement escarpé, répertorier la flore et les nombreuses espèces endémiques, n’a rien d’une sinécure. Mais l’escalade réserve parfois des surprises, telles que des vestiges d’un très ancien abri dans un lieu parfaitement invraisemblable…
Plus au nord, dans le cap Corse, Carolina découvre une autre plante qui embellit le paysage de ses fleurs jaunes, à perte de vue : l’immortelle. C’est le trésor de Laurent et Hélène, qui ont quitté le continent et leurs emplois pour créer ici une entreprise d’huiles essentielles. Originaire du pays, Laurent sait qu’il peut trouver, dans le maquis qui le recouvre largement, les espèces méditerranéennes nécessaires à la fabrication de leurs produits cosmétiques. La cueillette se fait à la main et à la serpe afin de respecter la nature.
Le voyage se poursuit en Castagniccia, une région enclavée, difficile d’accès, où règnent, comme son nom l’indique (en corse), les châtaigniers. Séculaires, ils sont un héritage inestimable pour la population locale.
Au sud, chez les Abbatucci, on perpétue les traditions en famille. Après avoir travaillé à la City, à Londres, Antoine s’apprête à reprendre l’exploitation bovine de son père, Jacques ; son oncle Jean-Charles prépare déjà sa fille Faustine à lui succéder à la tête du domaine viticole. Ce sont leurs produits que l’on retrouve à la table d’Henri, le troisième frère, ancien pilote, reconverti dans la restauration.
Il est déjà temps pour Carolina de partir à Bonifacio, où une équipe de spéléologues l’attend. Ensemble, ils vont descendre dans l’une des citernes de la ville pour suivre les réseaux souterrains d’eau, une denrée précieuse ici. Puis, départ pour une randonnée sur le GR20, le sentier le plus dur d’Europe en la matière. 180 kilomètres qui constituent la colonne vertébrale de la Corse.
Dernière étape sur la Balagne, en compagnie de Romain, un musicien détenteur d’un savoir-faire qui remonte à l’époque médiévale. Comme les bergers d’autrefois, il fabrique des instruments à partir de cornes de chèvre, mais aussi d’une plante venue d’Amérique, l’agave !

Faut pas rêver : L’âme corse 

Magazine - Présentation Carolina de Salvo
 - Réalisation Damien Vercaemer - Production France Télévisions et Faut pas rêver



Reportages : Essences du maquis
 : tourné à Erbalunga. L’Esprit de famille corse
 : tourné à Serra-di-Ferro. Les Anges gardiens du GR20
 : tourné sur le sentier du GR20 entre Calenzana et Conca

Réalisation Valentine Patry - 
Images Maxime Quéméner
 - Production Feelingside Productions et France Télévisions



Diffusion le mercredi 4 novembre à 21.05 sur France 3
Faut pas rêver, l’âme corse est à voir et revoir sur france.tv

Publié le 02 novembre 2020
Commentaires
Connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.