En quête de nouvelles recettes de jouvence

Crèmes anti-rides, injections de botox ou autres, cocktails de vitamines ou d’hormones... certains y croient dur comme fer et sont prêts à tout essayer pour rester en forme, ou mieux, rajeunir leur apparence. Mais, en plein essor, la médecine anti-âge tient-elle ses promesses ? Ne comporte-t-elle pas des dangers ? Vous saurez tout en regardant « Enquête de santé » : un documentaire suivi d'un débat animé par Marina Carrère d'Encausse. Mardi 25 janvier à 21.00 sur France 5.

© Pulsations

Ils ont vu que les anti-oxydants c'était bon, ils ont vu que l'huile d’olive c’était bon, ils ont vu que l’huile de perlimpinpin c’était bon, et ils aimeraient qu’on leur prescrive tout...

Pr Françoise Florette, ancienne chef de service de gériatrie (hôpital Broca) 

Conserver l'énergie et la beauté de ses 20-30 ans relève du domaine du rêve. Hélas, nous vieillissons tous inexorablement... et, cela d'une façon « extraordinairement hétérogène », selon la professeure Françoise Florette, grande spécialiste en la matière : « Je ne vieillis pas de la même manière que quelqu’un d’autre, et ça c’est très important ; c’est ce qui explique qu'on n'a jamais l'âge de sa carte d'identité. » Question de métabolisme ! Certains sont donc plus chanceux que d'autres au départ. Mais si, comme l'affirme le Dr Franck Oury, directeur de recherche en neurobiologie (institut Necker-Enfants malades), « la fonctionnalité de nos organes commence à décliner très progressivement à partir de 40 ans », on peut toujours tenter de surveiller et stimuler son métabolisme afin de ralentir le processus de vieillissement. Parfois jusqu'à l'excès...

C'est le cas de Philippe, 65 ans, qui, obsédé par le fait de rester en bonne santé, commence ses journées en avalant pas moins de 19 comprimés de vitamines, hormones et autres compléments alimentaires. Au risque, d'après le médecin qui le suit, d'une intoxication ou, à long terme, pire... Source de grands espoirs dans les années 1990, car considérée alors comme un véritable élixir de jouvence, la célèbre DHEA s'est finalement révélée dangereuse en favorisant l'apparition de cancers du sein chez la femme comme chez l'homme. Pour le Dr Oury, la précaution est de mise : « Il y a toujours un risque avec les hormones qu'on induise une prolifération non contrôlée des cellules, [...] le gros problème c’est qu’on a misé seulement sur la DHEA ; aujourd'hui, on essaye de combiner pour trouver une thérapie plus adaptée ; mais la DHEA est une bonne leçon ; il ne faut pas aller trop vite. »

Alors, en attendant l'éventuel cocktail d'hormones miracle, pour paraître plus jeune, on prend soin de sa peau. Peggy, 54 ans, se rend régulièrement dans une clinique spécialisée en médecine esthétique. Cette fois, elle parie sur un masque à la feuille d'or, facturé 350 euros. Le résultat semble la ravir, bien qu'aucune étude n'ait confirmé son effet raffermissant. Si on oublie le côté relaxant de la démarche, autant utiliser au quotidien, comme le préconisent les dermatologues, une crème hydratante qui permet de prévenir le dessèchement cutané. Et si elle procure une bonne protection solaire, c'est encore mieux. Parmi les douze testées par le magazine 60 millions de consommateurs, celle à avoir obtenu le meilleur score ne coûte qu'une poignée d'euros en grande surface.
Devenue mannequin sur le tard, Nicole, 74 ans, s'offre, elle, régulièrement, entre peeling et mésolift, des traitements pour revitaliser et raffermir la peau du visage ; d'autres préfèrent les injections d'acide hyaluronique ou de botox comme Sandra, 49 ans. Quelque 400 000 femmes et hommes y ont recours chaque année en France ! Sachez cependant que, pour éviter les complications (brûlures, nécroses...), toutes ces techniques doivent être pratiquées par des spécialistes.

Améliorer son apparence, c'est une chose, mais que faire pour vivre longtemps et en bonne santé ?
À l’université de médecine de Nice, une équipe étudie le mécanisme du vieillissement cellulaire. L'extrémité de nos chromosomes est protégée par des structures appelées « télomères » qui raccourcissent à chaque division cellulaire, tout au long de la vie, jusqu'à disparaître. Ingénieure à l'IRCAN, Sabrina Pisano explique : « Les télomères deviennent trop courts, la cellule entre en sénescence et ne peut plus se diviser ; ça, c’est au niveau cellulaire ; au niveau tissulaire, ce phénomène s’appelle le vieillissement. » Pour rajeunir, il faudrait donc intervenir directement sur ces télomères... Des chercheurs américains ont déjà réussi, non seulement à freiner le processus de raccourcissement sur des souris, mais aussi à l'inverser grâce à une enzyme, la télomérase. En rallongeant les télomères, la durée de vie des rongeurs a ainsi été multipliée par deux. 
Cette découverte, qui fait actuellement l'objet d'un essai clinique chez l'homme, en France, suscite des réserves chez certains spécialistes. Ils mettent notamment en avant que la nouvelle thérapie est susceptible de favoriser le développement de cancers à long terme. 
Pour l'instant, pour vivre vieux et en forme, l'ordonnance du Pr Florette reste de mise : « Ça parait banal mais c’est simplement la modification du style de vie et ça c’est difficile. Ça veut dire : 1) adopter une nutrition appropriée, 2) faire de l’activité physique (plus l’âge arrive et plus on s'assoit sur son canapé), 3) augmenter son activité intellectuelle et ses relations sociales. »

 

Enquête de santé : Comment rester jeune plus longtemps ?

Magazine (documentaire 52 min + débat 48 min) – Présentation Marina Carrère d’Encausse – Réalisation (du documentaire) Yan Di Meglio – Production 17 Juin média Pulsations avec la participation de France Télévisions 

Enquête de santé : Comment rester jeune plus longtemps ? est diffusé mardi 25 janvier à 21.00 sur France 5
À voir et revoir sur france.tv

#SanteF5   

Publié par Beatriz Loiseau le 21 janvier 2022
Commentaires