france.tv

Déa et son coéquipier imaginaire

« Double Je », la nouvelle série de France 2 avec Carole Weyers, François Vincentelli et Ambroise Michel

Peut-on être flic et avoir pour partenaire un ami imaginaire ? Pour Déa, la question ne se pose pas. Jimmy fait partie intégrante de sa vie personnelle et professionnelle. Il l’accompagne depuis son enfance, a assisté à son mariage, à la naissance de son fils… alors ce n’est pas un « vrai » partenaire qui va mettre en danger leur duo si performant. Du moins le croit-elle. Jimmy, lui, est beaucoup plus sceptique. 

Photo du cast de Double Je
François Vincentelli, Carole Weyers et Ambroise Michel. © Nathalie Guyon / FTV

Le concept d’ami imaginaire est difficilement compréhensible pour les adultes alors qu’un enfant le comprend en deux secondes.

Camille Pouzol, scénariste et showrunneuse

Environ un tiers des enfants s’inventent un ami imaginaire

C’est généralement avant l’âge de 5 ans que les enfants s’inventent des amis imaginaires, et ce quelles que soient leur origine ou leur culture. Des amis d’apparence humaine ou animale, enfin le plus souvent avec lesquels ils peuvent jouer, parler, rire et manger. Chaque ami est unique et bien évidemment invisible. La majorité des enfants n’éprouve aucune gêne à en parler. Pour Emmanuelle Rigon, psychologue clinicienne invitée dans l'émission La Maison des Maternelles, « l’enfant rencontre le besoin de créer de toutes pièces une sorte d’alter ego qui va porter pour [lui] certains sentiments, certaines demandes, certains plaisirs. » 

Un ami imaginaire aide à passer des moments de solitude compliqués.

Anne Vachez-Gatecel, psychomotricienne et psychologue clinicienne

Les amis imaginaires sont voués à disparaître

Déa a un ami imaginaire, qu’elle cache à tous… sauf à son psy.  Difficile en effet d’expliquer à son entourage qu’on partage des repas, des soirées, des pas de danse avec quelqu’un qui n’existe pas, sans craindre d’être jugé, moqué, voire catalogué. « L’ami imaginaire disparaît avec la sociabilisation de l’enfant, explique Camille Pouzol, scénariste et showrunneuse de Double Je. Mais comme me l’a expliqué la psychanalyste et psychiatre avec laquelle j’ai travaillé, Déa n’est pas un cas isolé. Et à l’instar de notre héroïne, si ces adultes taisent à leur entourage l’existence de leur ami imaginaire, ils en parlent ouvertement avec elle. Et tant qu’ils ont conscience de son inexistence, il n’y a pas à s’inquiéter. » Ce qui est le cas de Déa, nous voilà rassurés.

Ça m’a plu du début à la fin. Du premier jour où j’ai pu dire les premiers mots de Déa jusqu’au dernier clap. Ça a été un délice de déguster toutes ces petites choses qui font que Déa est Déa.

Carole Weyers (Déa Versini)

Déa, une capitaine atypique 

Capitaine de police, fille d’un célèbre nez, ex-femme d’un neurologue et mère d’un préadolescent, Déa Versini appartient à la confrérie de ceux qui parlent à des gens qui n’existent pas depuis près de trente-cinq ans. S’il n’y avait ce piou-piou qu’on lui impose pour binôme, et que Jimmy, son ami imaginaire, déteste avant même de l’avoir rencontré, Déa se poserait sans doute moins de questions existentielles à quelques heures de son quarantième anniversaire. Connue pour ses rôles dans Winterlong, Grey’s Anatomy ou encore Manhattan, la comédienne belge Carole Weyers a reçu le prix de la Meilleure actrice dans la compétition française pour son rôle de Déa (festival Séries Mania).
 

L’incarnation de son imaginaire

« Puisque Jimmy est l’incarnation de l’imaginaire de Déa, rappelle Camille Pouzol, alors il n’y avait aucune limite à ce que je pouvais lui faire faire et dire, en contradiction avec elle, en accord avec elle. Et Jimmy, pour un flic, c’est l’intuition. La psy m’a fait remarquer qu’il est à la fois son inconscient et son intuition de policier. Déa a donc son intuition, son inconscient à côté d’elle. Et c’est tellement drôle pour un auteur de dialoguer cela. Jimmy peut tout dire. Quand quelque chose est triste ou beau ou qu’on n’ose pas trop, je me dis : “Tiens, Jimmy n’a qu’à le dire parce que lui peut tout se permettre.” »

Jimmy n’est pas un fantôme et Déa n’a rien d’une schizophrène.

Camille Pouzol

Jimmy, un ami un peu particulier

Jimmy, c’est l’ami imaginaire que tout le monde rêve d’avoir. Apparu après un choc émotionnel chez la jeune Déa, il est encore là alors qu’elle fête ses 40 ans. Jimmy, c’est l’inconscient de Déa en personne, cette petite voix entêtante qui la poursuit et, surtout, qui l’aide à résoudre des crimes. Savant mélange entre George Clooney et Cary Grant pour la showrunneuse Camille Pouzol, ce petit grain de folie ajoute aux enquêtes une légèreté rafraîchissante. Cette bonne étoile est interprétée par François Vincentelli, lauréat du Molière 2019 du meilleur comédien dans un second rôle, qui, après avoir joué un ancien hardeur pour Hard, puis un percussionniste pour Philharmonia, se glisse cette fois-ci dans les traits d’un personnage qui n’existe pas ! 

 

On a tous quelque chose de Jimmy en nous... sauf Matthieu Belcourt

Déa Versini est partagée entre Jimmy, l'expression la plus folle de son inconscient et Matthieu, qui suit les règles à la lettre sans jamais prendre de risque. Son impulsivité, exacerbée par sa relation avec Jimmy est remise en question dès l'arrivée du lieutenant Belcourt, qui ne comprend pas le fonctionnement pour le moins étrange de Déa, que son supérieur appelle le « système D »...

Matthieu Belcourt, du Mistral à la PJ de Bordeaux

Ambroise Michel est de retour sur nos écrans sous les traits de Matthieu Belcourt, jeune flic psychorigide qui vient bousculer les habitudes de Déa et Jimmy, un petit grain de sable qui vient enrayer les mécanismes bien huilés de leur collaboration. Après tout, avoir une collègue qui parle toute seule, ça peut être plutôt déstabilisant… Puis Déa n’est pas non plus au bout de ses surprises avec ce nouveau collègue qui a plus d’un tour dans son sac… Ambroise Michel, qui a fait ses armes dans Plus belle la vie puis Cut, arrive dans la PJ de Bordeaux les valises remplies de secrets pour former un duo, ou trio ?, détonant avec Déa. 

 

Billy vs Jimmy

Au cours d’une enquête, Déa et le lieutenant Belcourt s’intéressent au comportement suspect d’un ventriloque. Et à l’instar de Jimmy, Billy dit tout haut ce que Xavier Couenot pense tout bas. Pour la première fois, Déa et Jimmy sont confrontés à un duo qui leur ressemble... 

Double Je en résumé

La capitaine de police Déa Versini travaille avec Jimmy. Ils sont inséparables depuis toujours, et aucune affaire criminelle ne leur résiste. Mais l'arrivée du séduisant lieutenant Matthieu Belcourt va bouleverser leur duo si parfait. Car Jimmy a une particularité : il n'existe pas ! C'est l'ami imaginaire de Déa. 

Série (France - 2019 - 8 x 52 min) - Création Camille Pouzol, en collaboration avec Stéphane Drouet et Lionel Olenga - Scénario Camille Pouzol, Lionel OlengaJulie-Anna Grignon, Benjamin Adam, Hélène Duchâteau, Maxime Crupaux et Julien Anscutte - Réalisation Laurent Dussaux et Akim Isker - Production Making Prod, avec la participation de France Télévisions

Distribution
Carole Weyers Déa Versini
François Vincentelli Jimmy
Ambroise Michel Matthieu Belcourt
Fleur Geffrier Jeanne Granger
Pierre Laplace Xavier Frémont
Bruno Gouery Fred Jolin

Retrouvez Double Je dès le vendredi 24 mai à 21.00 sur France 2 
À voir et revoir sur france.tv  

Découvrez les coulisses de la séance photo...

 

Publié le 21/05/2019