france.tv

Vive les petits commerces !

Patrice Leconte sillonne la France, pour la collection documentaire « Boutiques obscures », à la rencontre de coiffeur, restauratrice, libraire… tous garants d’un savoir-faire et de lien social.

Afin de mettre en évidence la réalité de plus en plus délicate des commerces de proximité, France 3 place un reporter inattendu derrière la caméra. Pour la série de documentaires Boutiques obscures, le cinéaste Patrice Leconte va à la rencontre de petits commerçants et filme leur quotidien émaillé de difficultés. Seize portraits de personnages singuliers, portés par l’amour de leur métier.

Une commerçante discute avec Patrice Leconte
Patrice Leconte avec Gladys dans sa boutique de lingerie à Cavaillon. © France 3

Dans ce premier numéro, rencontre avec quatre personnages inattendus. Lisa a 94 ans. À l’âge où d’autres coulent une retraite heureuse, cette dame tient toute seule les rennes d’un restaurant de douze couverts à Issy-les-Moulineaux, en banlieue parisienne. 
René, 95 ans, est le plus ancien coiffeur de France. Celui qui exerce sa passion depuis l’âge de 15 ans, se lève tous les matins pour ouvrir son petit salon à Beaumont-le-Roger, en Normandie. Danièle habite, quant à elle, Sarzeau dans le Morbihan et s’apprête, la mort dans l’âme, à devoir fermer définitivement sa mercerie sous trois jours. À Rouen, Joseph, un bouquiniste passionné, évolue au milieu de ses piles de livres…

« Une journée dans la vie de René... »

Souhaitant montrer les soucis quotidiens de commerçants modestes, Patrice Leconte ne se focalise pas uniquement sur la rareté de leurs clients… Dans le cas du salon de coiffure du sympathique René, le cinéaste attise notre empathie en insistant sur des détails de sa vie personnelle. Alors que René regarde la caméra, et avant qu’on ne le voit fermer les portes de son établissement à la tombée de la nuit, la voix du réalisateur se fait discrètement entendre : « Voilà, c’était une journée dans la vie de René. Le vieux coiffeur va bientôt rentrer chez lui… reprendre dans la nuit sa Twingo verte, arriver dans sa maison déserte, réchauffer je ne sais quoi au micro-ondes, regarder d’un œil distrait les images banales de la télévision, puis aller se coucher en rêvant peut-être de ciseaux, de shampooing et de tondeuse… Et demain sa journée recommencera comme toutes les autres… » Au préalable le réalisateur s’était déjà évertué à rendre René attachant en nous faisant témoin d’une scène de complicité singulière, où celui-ci s’adresse avec une bonne dose de second degré à l’un de ses rares clients et amis avec des « Mets ta tête en arrière… Ferme-la ! », « … Idiot ! » qui ne sont que quelques-unes des amabilités distillées aux visiteurs de son salon.

« Je travaille nuit et jour… Sinon je n’y arriverais pas »

Lisa nous séduit quant à elle par sa nostalgie : aujourd’hui, Le Bavarois fait moins souvent salle comble, et elle peine à en vivre. Ses yeux s’illuminent pourtant lorsqu’elle se remémore l’époque où elle tenait un restaurant de fruits de mer. Elle en était alors à ses débuts et menait grand train, avec ses trois Jaguar et sa résidence secondaire. Elle se plaît à rappeler que le Tout-Paris se ruait à sa table, des héritiers de la famille Dassault aux bijoutiers de la place Vendôme.
Avec elle, Patrice Leconte nous attendrit en filmant des silences qui en disent plus que les paroles : ainsi le passage où la nonagénaire se démène dans sa cuisine, attrapant un saladier d'une main et un ustensile de l’autre, pendant que la porte du micro-ondes manque de faire s'écrouler des plats sur le plan de travail de sa minuscule cuisine. On aimerait à cet instant prêter main-forte à cette dame âgée pour lui accorder un peu de répit. « Je travaille nuit et jour… Sinon je n’y arriverais pas », s’exclame-t-elle. 

Patrice Leconte excelle à faire ressentir la réalité professionnelle mais aussi celle plus intimiste des protagonistes. Le regard que le cinéaste pose sur ces héros ordinaires dépasse la simple perspective du documentaire pour prendre l’envergure d’un film d’auteur atypique.   

Making of  : « Arrière-Boutiques obscures »

Le réalisateur du Mari de la coiffeuse et de M. Hire, Patrice Leconte, dans le restaurant de Lisa, à Issy-les-Moulineaux.

Collection documentaire (France - 5 x 52 min - 2019) - Auteur-réalisateur Patrice Leconte - Production Skopia Films, avec la participation de France Télévisions et du CNC

Boutiques obscures est diffusé du lundi 25 mars au vendredi 29 mars 2019 à 09.15 sur France 3

La collection est suivie de l'émission Ensemble c'est mieux à 10.50
Ce programme dédié à la recherche de solutions pour soutenir et promouvoir les commerces de proximité.
Toujours au cours de cette semaine du 25 au 29 mars, les éditions du 12/13, du 19/20et du Soir/3  proposent des sujets sur la thématique des commerces ruraux en difficulté.   

À voir et revoir sur france.tv 

 

Publié le 02/04/2019
Commentaires
Connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.