François Pécheux descend le Tage

De la frontière luso-espagnole à la mer de Paille, la vaste embouchure du Tage, balade sur l’un des grands fleuves de la péninsule Ibérique en compagnie de François Pécheux. Vous ne serez pas déçus, car, au fil de l’eau, les découvertes ne manquent jamais… Puis, en deuxième partie de soirée, partez naviguer en Amérique du Sud sur le Paraná. Lundi 16 août à 20.50 et 21.45 sur France 5.

« Au bout c'est la mer » avec François Pécheux. © Step by Step Productions

Sur un fleuve, si on suit bien le courant, il n’y a qu’une chose de sûre : au bout c’est la mer !

François Pécheux

Certains aiment les trains, d’autres les avions ou les randonnées, lui, ce sont plutôt les fleuves qui l’attirent. Et sa passion, ses évasions et ses rencontres, il les partage, cette année encore, durant tout le mois d’août. Dans ce nouveau numéro d’Au bout c’est la mer, on retrouve François Pécheux en terre lusitaine, près de la frontière espagnole, à Vila Velha de Ródão. Le voyage débute dans un décor grandiose, aux portes du Tage, deux parois rocheuses d’environ 200 mètres de hauteur qui forment le passage le plus étroit du long fleuve ibérique au Portugal. Et c’est parti pour quelque 250 kilomètres de promenade jusqu’à Lisbonne. Après avoir visité le parc naturel, ses criques et ses pièges à écrevisses en compagnie d’Edgar, François tombe littéralement sur de drôles de pêcheurs, qui sont en réalité des chercheurs d’or… La tradition, perpétuée de père en fils, remonterait à l’époque des Romains. On peut toujours rêver !
Un peu plus loin en aval, le Tage change de physionomie, s’élargit, devenant majestueux. Là, sur une île rocheuse, se dresse le château d’Almourol, construit au XIIsiècle, et qui, comme d’autres sur ces rives, a servi de forteresse pendant la Reconquista. François monte sur un bateau solaire pour aller visiter la vieille citadelle, avant de s’amuser à faire un peu de kayak avec Gonçalo, un adepte de ce sport. 
Le lendemain, nouveau changement de décor dans la région de Santarém, où les berges sont bordées de vignes. C’est évidemment l’occasion de s’essayer à la vendange et… au foulage des raisins aux pieds. Un beau moment de convivialité avec la famille de Joana, au sens large du terme. Retour sur l’eau, à Escaroupim, où il rencontre Fernanda et João, un couple de descendants des « avieiros », ces pêcheurs nomades qui vivaient autrefois sur le fleuve.
Séduit par ses couleurs, François prend place ensuite à bord d’un vieux gréement de 74 ans, le Liberdade. Déjà, il aperçoit le pont Vasco-de-Gama, qui s’étire, au nord de Lisbonne, sur 17 kilomètres. À peine descendu du bateau, il fait escale dans des marais salants, sur la rive sud de Tage, car le sel, surnommé l’or blanc, a autrefois contribué à la richesse du Portugal. En face, la capitale l’enchante par sa douceur de vivre. Par ses bizarreries aussi : à partir d’une plage fluviale, François va s’initier, avec Ricardo, au surf sur les vagues laissées par les ferries. Une expérience unique et revigorante. Le vaste estuaire, la mer de Paille, s’ouvre devant lui avec, au bout, enfin la mer.

 

Au bout c’est la mer : le Tage

Série documentaire (4 x 52 min – 2021) – Auteurs William Japhet
 et François Pécheux
 – Réalisation William Japhet – 
Production 
Step by Step productions
, avec la participation de
 France Télévisions

Au bout c’est la mer : le Tage est diffusé lundi 16 août à 20.50 sur France 5
Rediffusion de l’épisode sur le Paraná à 21.45
À voir et revoir sur france.tv

À 21.45 : Au bout c’est la mer : le Paraná


Long de 4 099 kilomètres, le Paraná est le deuxième fleuve le plus long du continent sud-américain après l’Amazone. Il traverse des paysages spectaculaires, au départ des chutes d’Iguaçu, entre l’Argentine et le Brésil, avant de rejoindre l’océan Atlantique. Des plaines inondables investies par les cow-boys au majestueux delta du Rio de la Plata, le « parent de la mer » en guarani, il conserve un lien sacré avec les communautés amérindiennes qui l’entourent. Ces dernières y pratiquent la pêche ancestrale et la transhumance dans les marais. Les bûcherons du delta y côtoient les enfants des écoles flottantes. 
Réalisation Pascal Richter

Publié par Beatriz Loiseau
Commentaires