À l’Opéra-Comique sans quitter son canapé

Chaque samedi, l’Opéra-Comique vient jusqu’à nous sur Culturebox pour nous offrir un réjouissant programme lyrique : Offenbach, Adam, Gounod, Messager, la fine fleur de l’opéra français du XIXe siècle revisitée avec panache, invention et humour.

« Fantasio »
« Fantasio » © Pierre Grosbois

11 avril : Le Comte Ory

Au temps des croisades, les châtelains partaient pour la Terre sainte en laissant les femmes sans défense. C’est ainsi que la sœur du seigneur de Formoutiers languit en son château, convoitée par un comte dépravé et un page amoureux. Chacun entreprend d’approcher la belle recluse, Ory en se travestissant, Isolier en dévoilant son âme : lequel des deux mènera le jeu ?
En 1828, Rossini était une vedette européenne, plébiscitée par le public comme par les étoiles du chant. Cette intrigue bouffe lui permit de sauver de l’oubli, par un recyclage virtuose, sa partition de circonstance du Voyage à Reims. Berlioz et Liszt ont dit leur admiration pour Le Comte Ory : une telle combinaison de poésie troubadour, de variété musicale et d’ironie truculente bousculait les conventions et les genres établis pour magnifier le génie comique français. Le Comte Ory n’a que rarement été programmé à la salle Favart. Il l’investissait en force pour la période des fêtes de fin d’année 2017, avec les auteurs de la brillante résurrection du Fortunio de Messager en 2009 : Louis Langrée et Denis Podalydès.

Opéra en deux actes de Gioachino Rossini - Livret d’Eugène Scribe - Créé à l’Opéra de Paris en 1828 - Mise en scène Denis Podalydès - Décors Éric Ruf - Costumes Christian Lacroix - Réalisation Vincent Massip - Filmé les 27 et 29 décembre 2017 - Production CLC Productions, Opéra-Comique, Mezzo, Radio France
Avec Philippe Talbot, Julie Fuchs, Gaëlle Arquez, Jean-Sébastien Bou, Patrick Bolleire, Ève-Maud Hubeaux, Jodie Devos, Laurent Podalydès, Léo Reynaud - Orchestre des Champs-Élysées sous la direction de Louis Langrée

Disponible 7 jours en replay.

18 avril : Fantasio

L’étudiant Fantasio rêve de changer de vie. Justement, le bouffon du roi vient de mourir : et s’il prenait sa place ? Or, personne n’aimait plus le défunt que la princesse Elsbeth, promise par son père à une union politique avec le prince de Mantoue. Le jeune bouffon va amener la princesse à écouter son cœur. Jusqu’où se laissera-t-elle séduire ?
Offenbach avait rencontré Musset à la Comédie-Française et lui devait l’un de ses premiers succès. Avec ses couleurs romantiques, ce Fantasio, remanié par le frère du poète, l’enflamma. Mais, en 1872, sa création suivait de trop près la défaite de Sedan, et le public rejeta la prétention d’Offenbach à faire autre chose que de l’opérette. La partition de Fantasio fut recyclée dans Les Contes d’Hoffmann, puis disparut en partie dans l’incendie de la salle Favart. En 2017, Laurent Campellone et Thomas Jolly ranimaient ce joyau récemment reconstitué. Marianne Crebassa y incarnait avec panache le rôle-titre, créé en 1872 par Célestine Galli-Marié, la future Carmen.

Opéra-comique en trois actes de Jacques Offenbach - Livret de Paul de Musset - D’après la pièce d’Alfred de Musset - Créé à l’Opéra-Comique en 1872 - Direction musicale Laurent Campellone - Mise en scène Thomas Jolly
Avec Marianne Crebassa, Franck Leguérinel, Marie-Eve Munger, Jean-Sébastien Bou, Loïc Félix, Alix Le Saux, Philippe Estèphe, Enguerrand de Hys, Kevin Amiel, Flannan Obé, Bruno Bayeux - Avec le Chœur Aedes et l’Orchestre philharmonique de Radio France

Disponible 15 jours en replay.

25 avril : La Nonne sanglante

« La Nonne sanglante »
« La Nonne sanglante ».
© Pierre Grosbois

Dans une Bohême médiévale qu’agitent des conflits héréditaires, Rodolphe brave son père et défie ses ancêtres par amour pour la fille du clan rival, offerte en gage de paix à son propre frère. Or, Agnès ressemble étrangement au fantôme qui hante le château des Moldaw…
Sur un livret inspiré du Moine de Lewis, roman gothique furieusement à la mode dans la génération romantique, La Nonne sanglante inspira à Gounod son deuxième opéra. Un directeur pudibond la retira vite de l’affiche de l’Opéra en dépit de sa partition raffinée, sombre et labyrinthique, au service d’un texte qui faisait la part belle à des pulsions encore inexplorées.
En 2018, l’Opéra-Comique confiait la résurrection de La Nonne sanglante à trois grands passionnés des tourments romantiques : Laurence Equilbey à la tête de ses phalanges musicales, le pluridisciplinaire David Bobée à la mise en scène et en images, et Michael Spyres qui fut le Masaniello incandescent de La Muette de Portici.

Opéra en cinq actes de Charles Gounod - Livret d’Eugène Scribe et Germain Delavigne - Créé le 18 octobre 1854 à l’Opéra Le Peletier - Direction musicale Laurence Equilbey - Mise en scène David Bobée - Avec Michael Spyres, Vannina Santoni, Marion Lebègue, André Heyboer, Jodie Devos, Jean Teitgen, Luc Bertin-Hugault, Enguerrand De Hys, Olivia DorayPierre-Antoine ChaumienJulien NeyerVincent Eveno - Chœur Accentus, Insula Orchestra.

Disponible 15 jours en replay.

2 mai : Fortunio (en avant-première sur Culturebox)

« Fortunio »
« Fortunio ».
© Stefan Brion

La femme d’un vieux notaire cède aux avances d’un fringant militaire. Pour détourner l’attention du mari, ils manipulent un tout jeune clerc de l’étude, Fortunio. Or celui-ci aime la dame d’un amour éperdu.
Qui sait ce qu’est l’amour ? Alfred de Musset n’a cessé de mettre en jeu toutes les façons de le vivre, d’en brûler ou de l’assouvir, raison pour laquelle il a inspiré tant de compositeurs. Son Chandelier avait déjà séduit Offenbach, comme son Fantasio, par son mélange d’humour et de sincérité. À la Belle Époque, Messager s’attacha à son tour à cette pièce, avec la liberté que lui donnait son renom de chef d’orchestre. La liberté de produire un art comique dont la légèreté, opposée à la lourdeur, s’accorde avec la profondeur.
En 1907, la création de Fortunio à l’Opéra-Comique rallia tous les suffrages, des amateurs d’opérette aux amoureux des opéras. Et, en 2009, cette comédie lyrique à fleur de peau a inspiré un nouveau spectacle magnifique, drôle et élégant, à Denis Podalydès et Louis Langrée. L’Opéra-Comique l’a reprogrammé dix ans après pour clore en beauté l’année 2019.

Comédie lyrique en quatre actes d’André Messager - Livret de Gaston Arman de Caillavet et Robert de Flers - D’après Le Chandelier d’Alfred de Musset - Créé à l’Opéra-Comique en 1907 - Direction musicale Louis Langrée - Mise en scène Denis Podalydès - Avec Cyrille Dubois, Anne-Catherine Gillet, Franck Leguérinel, Jean-Sébastien Bou, Philippe-Nicolas Martin, Thomas Dear, Aliénor Feix, Luc Bertin-Hugault - Chœur Les Éléments - Orchestre des Champs-Élysées

Disponible 6 mois en replay.

9 mai : Le Postillon de Longjumeau (en avant-première sur Culturebox)

« Le Postillon de Longjumeau »
« Le Postillon de Longjumeau ».
© Stefan Brion

Le jour de ses noces avec une jeune aubergiste de Longjumeau, le postillon Chapelou est repéré par le directeur de l’Opéra qui l’engage comme soliste et l’emmène à Paris. Mais Madeleine entend récupérer son mari… Est-ce le récit d’une ascension sociale sous l’Ancien Régime ? Ou bien un hommage souriant du XIXe siècle industriel au XVIIIe siècle galant ? Ou encore l’aventure d’un séducteur pris à son propre jeu ? C’est tout cela et bien plus, c’est le triomphe du chant : celui de Chapelou avec son air au contre- décisif, celui de Madeleine aux étourdissantes métamorphoses vocales. L’ouvrage mythique d’Adolphe Adam retrouvait l’Opéra-Comique qui l’avait vu naître : il enflamma durablement l’Europe mais n’avait plus été joué dans ces murs depuis 1894. Il fallait le talent et l’humour de Michael Spyres pour incarner ce héros aussi vaniteux que séduisant, l’entrain de Sébastien Rouland pour déployer cette partition signée du maître du ballet romantique, et la subtilité de Michel Fau pour rendre justice, après Ciboulette, à toutes les facettes de cette éblouissante comédie.

Opéra-comique d’Adolphe Adam - Livret d’Adolphe de Leuven et Léon-Lévy Brunswick - Créé à l’Opéra-Comique en 1836. Direction musicale, Sébastien Rouland - Mise en scène Michel Fau - Avec Michael Spyres, Florie Valiquette, Franck Leguérinel, Laurent Kubla, Michel Fau, Yannis Ezziadi, Julien Clément - Chœur Accentus - Orchestre de l’Opéra de Rouen Normandie

Disponible 6 mois en replay.

Diffusé dans Passage des arts sur France 5, le samedi à 22.30
À voir et à revoir sur france.tv

Publié le 10 avril 2020
Commentaires
Connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.