À l’écoute du réseau social le plus incroyable du monde

Notre corps se révèle, dans ce documentaire de « Science grand format », comme un réseau de communication aussi puissant et rapide qu’Internet, si ce n’est plus. Une invitation à regarder et à écouter notre organisme différemment. « Notre corps, ce réseau social », jeudi à 20.50 sur France 5.

Notre corps, ce réseau social
Différents organes d'un corps en plein dialogue. © Mona-Lisa Production

Au cœur du corps
Notre corps, ce réseau social, cet extraordinaire documentaire présenté par Mathieu Vidard dans Science grand format, dynamite nos certitudes concernant notre corps. Réalisateur passionné par la science et la médecine, Pierre-François Gaudry y décortique toutes nos idées reçues sur le fonctionnement de l’organisme et nous invite à une visite intérieure, à l’instar du Voyage fantastique de Richard Fleischer (1967).
Grâce à la technologie qui avance toujours plus loin vers l’infiniment précis, avec les IRM, scanners, radiographies, microscopes électroniques, échographies, nous verrons des scientifiques qui ont, pour la première fois, pu enregistrer une cellule intestinale en train d’envoyer un mail contenant de l’incrétine* au cerveau. Une prouesse qui ouvre la porte à de nouvelles techniques de soins. 

Parfaite toile de télécommunications
En suivant le travail d’un médecin interniste (dans le genre du Dr House), nous réalisons que l’idée que nous nous faisons de la mécanique de notre corps est aussi proche de la réalité qu’un tweet de Donald Trump. Le schéma corporel classique voudrait que chaque organe ait une fonction unique et ne communique pas avec les autres. Or c’est faux ! Par exemple, les reins discutent tout le temps avec le cerveau. Comment ? Comme les autres organes, par le plus efficace des réseaux de communication interne : le système sanguin. Tel un Instagram organique et gigantesque (2,5 fois la circonférence de la Terre), les artères, veines, vaisseaux, veinules transportent des informations codées que seuls les organes concernés comprennent. Les reins, par exemple, fabriquent des molécules d’EPO (oui, oui, l’hormone du dopage !). Dès que le sang ne contient plus assez d’oxygène, celles-ci filent en informer le cerveau, qui donne ordre à la moelle osseuse de produire plus de globules rouges. En images, nous voyons exactement ce processus se dérouler sous nos yeux. Une performance réalisée au 1/5 de millimètre.

Sur écoute
Que les organes soient bavards… Admettons ! Mais qu’en est-il des os ou de la graisse ? Eh bien, sachez-le, rien de mieux qu’un fémur pour tailler la bavette avec la mémoire et la stimuler ; rien de plus efficace que nos bourrelets pour couper la chique à la sensation de faim en envoyant des tweets à base de leptine**. 
Mais, comme sur la Toile, posséder l’information, comprendre les conversations entre nos organes, craquer les différents codes échangés dans notre corps est la première étape vers la possibilité de traquer des virus ou maladies – bugs – à un stade précoce, car eux aussi parlent et souvent mentent à nos cellules, mais laissent aussi une signature personnelle qui permet de les identifier. 
Ce nouveau champ d’investigations est certainement un chemin vers une nouvelle manière de penser la médecine, et notamment la recherche contre le cancer et la création de prochains vaccins. 


Les incrétines sont des hormones gastro-intestinales qui stimulent la sécrétion d’insuline lorsque la glycémie est trop élevée.
** La leptine, parfois dite « hormone de la satiété », est une hormone digestive peptidique qui régule les réserves de graisse dans l’organisme et l’appétit en contrôlant la sensation de satiété. 

Vidéo. Bande-annonce

 

Science grand format : Notre corps, ce réseau social

Autrefois, on pensait que chaque organe assurait une mission unique et participait de façon mécanique et routinière à notre équilibre. On imaginait qu’une seule tour de contrôle, le cerveau, dirigeait tous ces éléments différents. Mais, aujourd’hui, la science décode peu à peu le langage qui permet à nos organes de se parler entre eux, et c’est au cœur de ces conversations secrètes que nous convie ce film. Une immersion ponctuée d’images exclusives qui révolutionnent la compréhension de notre corps.

Documentaire (90 min - 2020) - Auteur Pierre-François Gaudry - Production Mona Lisa Production, NHK et France Télévisions

Diffusion dans Science grand format jeudi 19 novembre à 20.50 sur France 5
Notre corps, ce réseau social est à voir et revoir sur france.tv

 

Publié par Diane Ermel le 17 novembre 2020
Commentaires
Connectez-vous à votre compte pour laisser un commentaire.