« 10 mai 1981 : changer la vie ? » : quarantième anniversaire de l’élection de François Mitterrand

Il y a quarante ans, François Mitterrand devenait le quatrième président de la Ve République et faisait accéder la gauche au pouvoir. Une soirée spéciale revient sur cet événement et sur son héritage social et politique à travers un documentaire de Stéphane Benhamou et Cécile Amar et un débat animé par Julian Bugier. Mardi à 21.05 sur France 2.

 

C’est d’un autre monde dont nous parlent dans leur documentaire Stéphane Benhamou et Cécile Amar. Un monde où l’élection d’un candidat socialiste à la présidence de la République pouvait susciter chez les uns un immense espoir – pas seulement de changer la société mais, comme se plaisait à dire François Mitterrand, de changer de société – et chez les autres une angoisse aussi immense – rien moins que de livrer la France aux chars soviétiques.
À travers des images d’archives et les témoignages de quelques-uns des protagonistes de l’événement, 10 mai 81 : changer la vie ? s’attache à retrouver l’atmosphère d’un pays tiraillé entre une crise économique déjà bien installée (« La France vit au-dessus de ses moyens », avait prévenu Raymond Barre, ministre du Budget de Valéry Giscard d’Estaing) et un projet politique et social ramenant la gauche au pouvoir après des décennies d’opposition. Un projet qui, vu aujourd’hui, semble étrangement en décalage avec l’évolution du monde d’alors : l’alliance avec les communistes quelques années avant l’effondrement spectaculaire de l’Union soviétique ; l’ambition de renouer avec la mythologie du Front populaire en pleine offensive néolibérale aux États-Unis et en Grande-Bretagne...

Changer d’avis ?

Un pari risqué, donc, et une volée de réformes et de lois prises au galop (« On ne fait pas ce qu’on ne fait pas vite », aurait dit François Mitterand) : retraite à 60 ans, semaine de 39 heures, hausse du minimum vieillesse et des allocations familiales, impôts sur les hauts revenus, abolition de la peine de mort, libération des médias audiovisuels, nationalisations, journée des droits des femmes, fin de la discrimination qui pesait sur l’homosexualité, décentralisation, loi sur le prix unique du livre, Fête de la musique, grands travaux, etc. La gauche se veut moderne, la société se découvre technophile et hédoniste...
Mais le franc dévisse et les caisses de l’État sont vides. Il est question de fermer la parenthèse. Au moins provisoirement (l’a-t-on jamais ouverte ?). L’année 1983 est celle du « retour au réel » — changer d’avis plutôt que changer la vie ? —, et on va désormais parler argent de façon décomplexée. Pour certains, l’atterrissage ressemble à une trahison. Quatre décennies plus tard, ces deux années à peine restent ambiguës. Si certains font valoir, à juste titre, un bon en avant sans précédent pour la société française, Michel Wieviorka souligne qu’elles correspondent aussi à la fin du communisme, du gauchisme, de l’idéalisme, de la collectivité, de la solidarité, etc., et à une poussée de l’individualisme. — Nous en sommes bien les enfants.

C.K.G.

La diffusion du documentaire sera suivie à 22.45 d’un débat, « Génération 1981 : qu’en reste-t-il ? », présenté par Julian Bugier.
Quarante ans après, que reste-t-il de l’espoir suscité par la victoire de François Mitterrand à la présidentielle ? Pourquoi la gauche est-elle dans cet état aujourd’hui ? Julian Bugier en discutera avec ses invités, anciens responsables politiques, personnalités de la société civile, d’hier et aujourd’hui.

• En plateau :Georges-Marc Benamou,Jean-François Kahn, Marie-Noëlle Lienemann,Raphaël Glucksmann
• En duplex :Pascal Perrineau, Mathilde Imer


« 10 mai 1981 : changer la vie ? »
« 10 mai 1981 : changer la vie ? »
© DR

« 10 mai 81 : changer la vie ? »

Il y a quarante ans : Mai 81. Certains s’autorisaient à rêver d'une vie meilleure quand d’autres promettaient l’arrivée des chars soviétiques sur les Champs-Élysées. Un temps où l’on croyait en la politique. Et si l’on se rappelle volontiers le tournant de la rigueur de 83, il y eut aussi les augmentations de salaires, la cinquième semaine de congés, l’abolition de la peine de mort, la dépénalisation de l'homosexualité, l’avènement des radios libres… Des archives rares et le témoignage de ceux qui ont été au cœur de cette histoire.

Avec les témoignages de Robert Badinter, Alex Beaupain, Laurent Fabius, Charles Fiterman, Hervé Gaymard, Jean Glavany, François Hollande, Lionel Jospin, Jack Lang, Farid Laouah, François Léotard, Didier Lestrade, Yves Lichtenberger, Gilbert Mitterrand, Mazarine Mitterrand-Pingeot, Ségolène Royal, Louis Schweitzer, Michel Wieviorka.

Documentaire (France - 2021 - 100 minutes) – Inédit – Réalisation Stéphane Benhamou – Auteure Cécile Amar – ProductionMaximal productions (Groupe Mediawan)

Diffusion mardi 11 mai à 21.05 sur France 2
À voir et à revoir sur france.tv

Publié le 08 mai 2021
Commentaires