Un bilan 2016 très positif

Auditionnée par la commission des affaires culturelles et de l’éducation de l’Assemblée nationale sur l’exécution du Contrat d’Objectifs et de Moyens en 2016, Delphine Ernotte Cunci a exposé un bilan 2016 très positif.

Parmi les principaux éléments à retenir :

  • La bonne santé budgétaire de l’entreprise : France Télévisions stabilise les comptes à l’équilibre pour la deuxième année consécutive.
     
  • Les investissements dans la création audiovisuelle et cinématographique progressent.
     
  • Les audiences cumulées et les performances numériques sont également supérieures aux objectifs du COM : plus d’un Français sur deux regarde les programmes de France Télévisions au quotidien.
     
  • L’accroissement de la part des programmes régionaux ou à caractère régional, et la mise en synergie de France Ô avec le réseau outre-mer.
     
  • Des premiers résultats sur la qualité de l’information encourageants. Avec une note de 5,8/10, Franceinfo obtient la meilleure note de l’univers des chaînes d’info en continu auprès du public par rapport aux chaînes concurrentes (voir encadré ci-contre)
     
  • Le nombre annuel de grands événements culturels : 580 programmes culturels diffusés en première partie de soirée.

Chiffres clés

  • Audiences
  • Performance
  • Baromètre Quali TV
  • Soutien à la création
  • Le numérique

Les audiences

France Télévisions reste le premier groupe audiovisuel français.

2016 se caractérise par une accélération de la fragmentation des audiences, liée notamment au passage à la TNT HD sur l’ensemble du territoire. Tous les téléspectateurs ont en effet désormais accès à au moins 26 chaînes et, face à cette concurrence accrue, les chaînes historiques résistent difficilement.

Dans ce contexte, France Télévisions reste le premier groupe audiovisuel français. Il progresse en particulier de 1,4 point auprès des enfants de 4 à 14 ans, à 18,9 % de part d’audience.

Audiences dans le détail* :

  • France 2 recule à 13,4 % de part d’audience (vs 14,3 % en 2015) ;
  • France 3 est quasiment stable sur un an à 9,1 % ;
  • France 5 est parfaitement stable sur un an, à 3,4 % ;
  • France 4 progresse de 0,2 point par rapport à 2015, à 1,9 %, et s’affiche au plus haut sur les 4-14 ans avec 7 % de part d’audience ;
  • France Ô réalise une année record à 0,8 % (vs 0,6 % en 2015) ;
  • franceinfo : la part d’audience de l’offre télévisée est estimée à 0,3 % sur l’ensemble de la journée avec un pic d’audience à 1,1 % en semaine sur la matinale de 6h à 9h. La chaîne touche en moyenne chaque jour 3,1 millions de téléspectateurs et, sur le mois, 18,7 millions soit 31 % de la population.

* Sur les individus 4 ans et +

Les temps forts

  • Jeux Olympiques de Rio
  • Jeux Paralympiques de Rio
  • Concours de l'Eurovision 2016
  • Festival Interceltique de Lorient
  • Lancement de franceinfo
  • L'émission politique
  • Opération Elysée
  • Rendez-vous en terre inconnue
  • Elles, les filles du Plessis
  • Une saison chez les Bonobos
  • C dans l’air : Caroline Roux et Bruce Toussaint
  • Cut, saison 4
  • Archipels

Les temps forts à l'antenne

  • Information

Lancement de franceinfo sur le canal 27 de la TNT et sur tous les écrans : une nouvelle offre d’information globale du service public, fruit d’un partenariat inédit entre sociétés de l’audiovisuel public (France Télévisions, Radio France, l’INA et France Médias Monde).

Diffusion des débats de la primaire de la droite et du centre en vue de l’élection présidentielle.

  • Événements culturels

L’Eurovision, Les Victoires de la musique, Le Concert de Paris, le Festival Interceltique de Lorient...

  • Événements sportifs

Couverture sans précédent des Jeux Olympiques et Paralympiques de Rio - plus de 800 heures de direct sur l’ensemble des chaînes. Sur la période de ces Jeux (août et septembre), la part d’audience du groupe s’élève à 34,8%, un record depuis 2012 ; et plus de 150 millions de vidéos sont vues sur les plateformes numériques (6 fois plus que lors des JO 2012).

Les chaînes

France 2

En 2016, France 2 est restée solide dans son ancrage, son identité et son ambition de première chaîne publique généraliste.

Après une très belle année 2015 à la performance exceptionnelle, France 2 réalise 13,4 % de part d’audience sur l’année 2016. Les matinées sont toujours à un niveau leader, portées par les belles performances de Télématin. L’access poursuit sa hausse continue (N’oubliez pas les paroles confirme notamment sa progression). Le 20 Heures et le 13 Heures réduisent l’écart avec leur principal concurrent. Enfin, l’offre en prime time se distingue toujours par une richesse et une diversité de genres tout à fait uniques.

France 3

En 2016, dans ses décrochages régionaux comme dans sa programmation nationale, France 3 confirme son identité de grande chaîne généraliste à double vocation de chaîne nationale et régionale.

Chaîne de la proximité, elle déploie une offre de programmes diversifiée autour des quatre piliers qui fondent son identité : information et politique, culture populaire, société et histoire, découverte et patrimoine. Dans le contexte de la fragmentation des audiences qui voit progresser les chaînes de la TNT au détriment des chaînes historiques, France 3 résiste bien : elle affiche une audience de 9,1 % quasiment stable sur un an (-0,1 point).

France 3 Régions

En 2016, à travers ses programmes régionaux, France 3 s’est intéressée au patrimoine, à la culture, au sport, à l’économie et, de manière générale, à tous les grands événements des régions concernées.

Avec plus de 10 M€ consacrés aux documentaires en région, France 3 contribue à faire s’exprimer les auteurs et les producteurs installés en régions. La chaîne a également poursuivi sa politique de contribution des antennes régionales à la grille nationale, avec la diffusion nationale de programmes produits en régions à travers une case documentaire dédiée (L’heure D) et des opérations en régions diffusées nationalement comme La fête des lumières à Lyon, le Départ du Vendée globe, ou le Mondial La Marseillaise à pétanque.

 

France 4

La chaîne conforte sa ligne éditoriale à destination des familles, en favorisant l’éveil et l’apprentissage de la citoyenneté, en suscitant des échanges et des débats entre tous les membres de la famille.

Pari réussi en 2016 : avec 1,9 % de part d’audience sur l'année, France 4 enregistre la plus forte progression des chaînes TNT historiques. La chaîne se place première chaîne du groupe France Télévisions sur les enfants de moins de 15 ans avec 7 % de part d’audience, soit une progression sur cette cible de 35 % en un an. Référence reconnue pour le jeune public, France 4 est désormais la troisième chaîne nationale sur les enfants de moins de 15 ans à 11,4 % sur la tranche 6h-19h en semaine.

France 5

En 2016, la chaîne, fidèle à ses ambitions, a conçu et diffusé des programmes permettant une approche large et pluridisciplinaire de la connaissance, notamment par une offre de découverte, de décryptage et de service.

Dans un contexte concurrentiel renforcé, France 5 s’affiche à 3,4 % de part d’audience, au même niveau de performance qu’en 2015. Notons que la chaîne réalise une rentrée historique à 3,6 % de moyenne (+6 % vs. 2015). L’antenne de France 5 est conçue pour être un carrefour de rencontres et d’échanges. Elle favorise le débat démocratique et tente de fournir les clés nécessaires à la compréhension des évolutions de la société.

France Ô

À partir de l’été 2016, France Ô a entamé son virage éditorial sur l’ensemble de ses programmes, afin de se recentrer sur les Outre-mer, leur culture, leur identité et leur regard.

Chaîne référente en matière d’ouverture et de métissage des cultures, elle a enregistré pour sa première année complète de mesure d’audience une part d’audience moyenne de 0,8 % sur l’ensemble de la journée et de 1,1 % en prime-time (soit 260 000 téléspectateurs). Sa grille de programmes est construite autour de cinq genres : la fiction et le cinéma, le documentaire, les programmes culturels, l’information et les sports, enfin, les programmes événementiels et Un Jour en... Outre-mer.

1ère

En 2016, les antennes 1ère de France Télévisions ont conforté leurs positions et maintenu leurs parts de marché, malgré une offre télévisuelle démultipliée.

Les 1ère restent leader partout, à l’exception de la Réunion où domine largement la chaîne privée Antenne Réunion. Partout, les bonnes audiences des chaînes s’expliquent par de très hautes performances des tranches d’information locales, dominant de très loin la concurrence privée : jusqu’à 78 % de part d’audience pour le journal du soir à Mayotte, 71 % en Guadeloupe, 63 % en Nouvelle Calédonie ou 62 % en Guyane, 52 % en Polynésie, 46 % en Martinique et 15 % à la Réunion. 


Les programmes

La fiction

  • Fais pas ci, fais pas ça (France 2)
  • Marion, 13 ans  pour toujours (France 3)
  • Loin de chez nous (France 4)
  • L’Orange de Noël (France 5)
  • Cut Saison 4 (France Ô)

LES FICTIONS 2016 :

Fais pas ci, fais pas ça (France 2) ; Marion, 13 ans pour toujours (France 3) ; Loin de chez nous (France 4) ; L’Orange de Noël (France 5) ; Cut Saison 4 (France Ô)...

Les documentaires

  • Apocalypse Verdun (France 2)
  • Notre Histoire est politique - Attentats, les urgences en première ligne  (France 3)
  • La Case du siècle - Protestants de France (France 5)
  • Cuba, l’histoire secrète (France Ô)
  • Archipels – Le syndrome de Panguna (1ère)

LES DOCUMENTAIRES 2016 :

Apocalypse Verdun (France 2) ; Notre Histoire est politique - Attentats, les urgences en première ligne (France 3) ; La Case du siècle - Protestants de France (France 5) ; Cuba, l’histoire secrète (France Ô) ; Archipels - Le syndrome de Panguna (1ère)...

Les magazines

  • Cash investigation – Les Paradis fiscaux (France 2)
  • Les Carnets de Julie (France 3)
  • Une saison chez les Bonobos (France 4)
  • La maison des Maternelles (France 5)
  • Un jour en Outre-mer (France Ô)

LES MAGAZINES 2016 :

Cash investigation - Les Paradis fiscaux (France 2) ; Les Carnets de Julie (France 3) ; Une saison chez les Bonobos (France 4) ; La maison des Maternelles (France 5) ; Un jour en Outre-mer (France Ô)...

Les divertissements

  • L’Eurovision (France 2)
  • Le Festival interceltique de Lorient (France 3)
  • Les Délires magiques (France 4)
  • Radio Vinyle (France Ô)

LES DIVERTISSEMENTS 2016 :

L’Eurovision (France 2) ; Le Festival interceltique de Lorient (France 3) ; Les Délires magiques (France 4) ; Radio Vinyle (France Ô)...

Les jeux

  • N’oubliez pas les paroles (France 2) © GUSTINE Gilles / FTV
  • Cyril Feraud sur le plateau de l'emission Slam (France 3)  © Pascal Baril / Effervescence
  • Questions pour un champion (France 3)
  • Des chiffres et des lettres (France 3)

LES JEUX 2016 :

N’oubliez pas les paroles (France 2) ; Slam, Questions pour un champion, Des chiffres et des lettres (France 3)...

La jeunesse

  • Yétili
  • Bunny Tonic avec les Kids United
  • Oui-Oui
  • Simon
  • 1 jour, 1 question (France 4)

LA JEUNESSE 2016 :

Yétili, Bunny Tonic avec les Kids United, Oui-Oui, Simon…

Les sports

  • EURO 2016
  • Jeux olympiques de Rio
  • Tournoi des Six Nations
  • Roland-Garros
  • Tour de France
  • D1 féminine
  • Le Grand Raid à La Réunion
  • Tour des yoles rondes en Martinique © Dominique Herremans

LES SPORTS 2016 :

Euro 2016, Jeux olympiques de Rio, Tournoi des Six Nations, Roland-Garros, Tour de France, D1 féminine, Grand Raid à La Réunion, Tour des yoles rondes en Martinique...

L'information

  • Francis Letellier, Le Grand Soir/3
  • L'Emission politique
  • L'Avenue de l'Europe (France 3)
  • C politique (France 5)
  • Laetitia Broulhet et Jérôme Boëcasse (Guadeloupe 1ère)
  • Décryptage (France Ô)

L'INFORMATION 2016 :

Toute l’actualité dans les JT nationaux (France 2 et France 3), régionaux (France 3) et des Outre-mer 1ère (9 antennes), Le Brexit, L’Émission politique (France 2), Le Grand Soir 3 et L’Avenue de l’Europe (France 3) ; 1 jour, 1 question (France 4) ; C politique (France 5) ; Outre-mer Décryptage (France Ô)...

Le cinéma

  • Mardi Cinéma (France 2)
  • Astérix et Obélix au service de sa majesté séduit 4,3 millions de téléspectateurs (France 3)
  • L’Âge de glace 3 (France 4)
  • Le Dernier métro (France 5)
  • Les Mariés de l’Isle Bourbon (France Ô)

LE CINÉMA 2016 :

Mardi Cinéma (France 2), Astérix et Obélix au service de sa majesté séduit 4,3 millions de téléspectateurs (France 3), L’Âge de glace 3 (France 4), Le Dernier métro (France 5), Les Mariés de l’Isle Bourbon (France Ô)...

La création audiovisuelle

Oeuvres audiovisuelles
France Télévisions mène une politique ambitieuse en faveur de la production audiovisuelle et cinématographique. Le groupe apporte son soutien à la création dans toute sa diversité et accompagne les créateurs dans les domaines de la fiction, du documentaire, du spectacle vivant, de l’animation et du cinéma. Le nouveau Contrat d’objectifs et de moyens 2016-2020 prévoyait un investissement dans la création audiovisuelle à hauteur de 400 M€ pour l’année 2016. Le groupe a largement respecté cet engagement, en investissant 405,1 M€ (chiffre en attente de la validation du Conseil supérieur de l’audiovisuel).

Il a ainsi continué de contribuer fortement au dynamisme du secteur de la création et à son renouvellement, en soutenant des oeuvres originales, des écritures et des formes novatrices, répondant à des attentes du public mais également du tissu créatif (auteurs, producteurs et réalisateurs).

En décembre 2015, un protocole d’accord établissant un nouveau cadre sur les investissements dans la production patrimoniale, a été conclu entre France Télévisions et les principales organisations du secteur : l'USPA (Union syndicale de la production audiovisuelle), le SPFA (Syndicat français des producteurs de films d'animation), le SPI (Syndicat des producteurs indépendants) et le SATEV (Syndicat des agences de presse télévisée).

Dans la continuité de ce protocole et dans le cadre de la réflexion engagée par le Ministère de la Culture et de la Communication visant à rénover les relations entre les producteurs et les diffuseurs, France Télévisions a poursuivi en 2016 son dialogue avec les organisations professionnelles, avec l’objectif de finaliser de nouveaux accords pluriannuels avec les professionnels du documentaire, du spectacle vivant et de l’animation en début d’année 2017.

Création 2016

Oeuvres cinématographiques
En matière de production cinématographique, le Contrat d’objectifs et de moyens en vigueur fixait pour 2016 à 57 M€ le niveau d’investissement de France Télévisions. Le cahier des charges du groupe prévoit quant à lui un investissement annuel à hauteur de 3,5 % des chiffres d’affaires de référence de France 2, France 3 et France 4, correspondant en 2016 à une obligation de 59,5 M€. France Télévisions apporte son soutien financier à tous les cinémas, dont le groupe est un partenaire historique : en 2016, France 2, France 3 et France 4 ont investi un total de 59,8 M€ (en attente de validation par le Conseil supérieur de l’audiovisuel), respectant leurs obligations respectives.

Les choix des filiales cinéma de France Télévisions s’orientent vers des films variés, originaux et singuliers, contribuant ainsi à la diversité de la production cinématographique. Au total, les deux filiales ont participé, en 2016, à la coproduction de 64 films (35 pour France 2 Cinéma et 29 pour France 3 Cinéma). Les filiales cinéma de France Télévisions se sont attachées à poursuivre leur soutien à l’émergence de nouveaux talents : France 2 Cinéma a accompagné six premiers et cinq seconds films, France 3 Cinéma ayant - pour sa part - participé au financement de quatre premiers et cinq seconds films. Les filiales du groupe ont en outre poursuivi leur collaboration avec des talents confirmés et reconnus.

 

Le numérique

Développement numérique et nouveaux supports

Le projet numérique de France Télévisions a poursuivi son développement en 2016 pour renforcer ses objectifs : développer une offre numérique en adéquation avec les usages des internautes, donner aux programmes et aux contenus une exposition et un enrichissement par une palette toujours plus étendue de dispositifs numériques et confirmer la place de l’innovation et de la data comme éléments moteurs de l’activité.

Les résultats de 2016 témoignent de l’effort et de la mobilisation de l’entreprise pour accélérer l’accompagnement du public de France Télévisions vers de nouveaux usages.

Ainsi, en moyenne par mois en 2016 :

  • 350 millions de vidéos vues sur tous les supports (ordinateur, smartphone et tablette, télévision) et les plateformes partenaires, soit une progression de 77 % par rapport à 2015 ;
  • 18 millions de visiteurs uniques âgés de 15 ans et plus sur les trois écrans (ordinateur, smartphone, tablette) pour la marque France Télévisions entre janvier et octobre 20162, soit 39,4 % de la population connectée ;
  • 106 millions de visites sur l’ensemble des sites web, sites mobiles et applications mobiles de France Télévisions, soit une progression de 14 % en un an. Une croissance des usages notamment portée par le mobile, dont le trafic a dépassé celui du web depuis novembre 2015. Sur l’ensemble de l’année, le trafic mobile représente 59 millions de visites par mois (+43 % par rapport à 2015). Conformément à sa stratégie qui vise à poursuivre la croissance de la consommation de contenus et de vidéos sur le numérique, France Télévisions a concentré sa présence en 2016 sur des carrefours d’audiences où se rassemble un large public, notamment sur les thématiques de l’information et de la jeunesse. Les offres ont continué à se déployer tant sur les environnements propres à France Télévisions (sites web, applications mobiles, etc.) que sur les plateformes externes (réseaux sociaux et plateformes vidéos).

franceinfo

franceinfo est devenu le 1er septembre 2016 le premier véritable média global. franceinfo vit en effet au quotidien sur les réseaux sociaux et les plateformes de partage de contenus Facebook, Twitter, YouTube, Dailymotion, Snapchat et Instagram. Depuis son lancement en septembre, cette nouvelle offre enregistre 57 millions de visites en moyenne chaque mois, soit une croissance de 10 % par rapport à l’audience de francetv info + France info (radio). Sur Facebook, les pages franceinfo et franceinfo vidéo cumulent près de 30 millions de vidéos vues en moyenne par mois depuis septembre.

francetvSport

C’est l’offre numérique de référence sur les grandes compétitions sportives, avec notamment plus de 4 000 heures de live vidéo, alliant simulcast des retransmissions des chaînes et diffusions exclusivement destinées au digital.
170 millions de vidéos vues et un million de téléchargements de l’application au mois d’août pour les J.O.

 

Culturebox

En 2016, Culturebox a continué de se mobiliser pour tenir sa double promesse auprès d’un public toujours plus large : couvrir l’actualité culturelle au quotidien et dans toute la France et diffuser plus de 600 concerts et spectacles par an, en direct ou à la demande. Pour cela, la plateforme a vécu au rythme des plus grands événements culturels : Festival de Cannes, Festival d'Avignon, festivals pop/rock, rentrée littéraire...

 

francetvéducation

Pour renforcer ses liens avec la communauté éducative et assurer sa mission d’éducation, France Télévisions a renforcé son dispositif numérique à destination du grand public et des établissements scolaires.
Deux offres sont aujourd’hui disponibles :
- francetvéducation, plateforme numérique à destination des familles, s’adresse aux jeunes de 3 à 18 ans en leur proposant un catalogue de plus de 4 000 vidéos courtes et plus de 300 contenus numériques ludo-éducatifs (webdocumentaires, jeux, quiz...).
- lesite.tv est le site de vidéos pédagogiques (pour enseignants) à la demande sur internet en partenariat avec les grands établissements publics à caractère culturel et scientifique.

Zouzous

L’année 2016 a été marquée par le renouvellement de l’offre Zouzous, dédiée aux 3-6 ans (Peppa Pig, Simon, Pirata et Capitano, Yétili). Le jeune public est au rendez-vous : 202 millions de vidéos ont été vues en 2016, soit une consommation multipliée par deux en un an.

 

Ludo

Pour les 6-12 ans, l’univers Ludo s’enrichit pour leur proposer de nouveaux dessins animés, une série hybride, des jeux et des activités (7 nains et moi, Grizzy et les Lemmings, Boule et Bill, Titeuf, Lapins crétins, Ninjago…).
Sur les supports non linéaires, l'offre jeunesse a battu un record en 2016 et généré 1,1 milliard de vidéos vues.

Pluzz

La télévision de rattrapage sur tous les écrans et tous les supports.

En 2016, pluzz (télévision de rattrapage) enregistre en moyenne près de 72 millions de vidéos vues par mois sur tous les supports (web, mobile, tablette et IPTV) et affiche ainsi une progression de 16 % sur un an.

 

Studio 4

Pour sa sixième année d’existence, l’offre des nouvelles écritures repose sur une politique de création et de défrichage qui accompagne les talents issus - ou non - du web et qui intègre l’évolution des technologies et des usages au service d’une offre variée, innovante, interactive et linéaire, dédiée en priorité aux 18/30 ans.
2016 a été marquée par DataGueule, La Barbe, Génération What, Dans ton flux et les Anookis. Ces nouveaux formats ont contribué à créer une image moderne et différente de l’offre d’information du service public.

 

Sources pour les chiffres : Médiamétrie eStat Streaming, Orange, Numericable, Samsung, Dailymotion, YouTube, Facebook - vidéos vues en replay, en direct, extraits et bonus

Ressources Humaines

RESSOURCES HUMAINES, IMPACT SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL DE L’ACTIVITÉ, ENGAGEMENTS SOCIÉTAUX EN FAVEUR DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, LUTTE CONTRE LES DISCRIMINATIONS ET POLITIQUE DE LA DIVERSITÉ

 

En lien avec les orientations stratégiques de l’entreprise, la politique de ressources humaines mise en oeuvre poursuit prioritairement trois objectifs :

• Assurer l’employabilité durable de chaque salarié : faire évoluer les métiers pour s’adapter à la transformation numérique ;
• Gagner en agilité en déléguant dans une logique de confiance à priori ;
• Optimiser les moyens internes et maîtriser l’évolution de la masse salariale.

 

Les axes de travail qui en découlent se concentrent autour de deux grands domaines :

1. Préparer et accompagner l’évolution des métiers et des emplois dans un contexte d’importants départs à la retraite, de réduction d’ETP… mais aussi de recrutements

- Poursuivre la construction d’une politique de GPEC (Gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences) ;
- Accompagner les fins de carrières ;
- Négocier la régulation de l’emploi non permanent ;
- Consolider l’attractivité de l’entreprise et savoir répondre aux aspirations des nouvelles générations.

2. Rendre l’entreprise inclusive, agile et bienveillante
- Poursuivre et étendre la politique de diversité ;
- Développer la qualité de vie au travail ;
- Faire évoluer les pratiques managériales ;
- Accompagner l’optimisation de l’organisation de l’entreprise et de son efficacité interne en favorisant l’expérimentation au plus près des réalités de terrain (simplification, mutualisation, numérisation…).

Les éléments de gestion de 2016 tels que décrits ci-après s’inscrivent dans cette logique.

Emploi
Après deux années marquées par le plan de départs volontaires 2014/2015, l’année 2016 est caractérisée par un niveau d’effectif toujours au plus bas, traduisant la poursuite des efforts de gestion. Le niveau d’ETP moyens annuels constaté à fin 2016 s’établit ainsi à 9 840 ETP, en baisse de 91,7 ETP par rapport à la situation de 2015 (9 931,7 ETP moyens annuels).

On soulignera le fait que ce niveau d’effectifs a été atteint dans un contexte d’activité marqué par le lancement de la chaîne d’information franceinfo au 1er septembre 2016 et la couverture sans précédent des Jeux Olympiques de Rio 2016. La réduction des effectifs aura porté tant sur le personnel permanent que sur le personnel non permanent. Ainsi, le niveau d’ETP moyens annuels des effectifs sous CDI marque la poursuite de la baisse engagée depuis 2014 et s’établit à 8 471,4 ETP à fin 2016 (-59,2 ETP moyens annuels), malgré les recrutements opérés au titre de la chaîne d’information au second semestre.

Le niveau d’ETP moyens annuels des effectifs non permanents s’établit quant à lui à 1 368,6 ETP moyens annuels, en retrait de 32,5 ETP moyens annuels. On notera que la baisse du recours aux collaborateurs non permanents et la réduction de la précarité qui l’accompagne s’opèrent pour la sixième année consécutive, en dépit d’une baisse sensible des effectifs permanents depuis 2015. Le taux de recours aux collaborateurs non permanents s’établit ainsi à 13,9 % à fin 2016, contre 14,1 % en 2015. Dans ce contexte, la part de l’intermittence poursuit sa baisse et ne représente plus que 7,7 % (vs 8,1 % en 2015).

Rapport de gestion

Rapport financier

Frais du COMEX

Frais du COMEX