Rechercher sur le site

la seconde guerre mondiale

L’armée de la France Libre : les Forces françaises libres

L’action de la France libre est indispensable au général de Gaulle pour faire asseoir la France à la table des vainqueurs à la Libération. Après avoir soustrait l’Empire français aux mains de Vichy et mis en place des institutions politiques républicaines, les combats militaires aux côtés des Alliés donnent une large légitimité à cette volonté. C’est ainsi, qu’après une épopée qui s’étend principalement sur le territoire africain mais aussi en Syrie et au Liban de 1941 à 1943, que les soldats de la France libre participent aux combats de la libération en Europe de 1943 à 1945. Pour former les futurs cadres de cette armée nouvelle, une Ecole des Cadets de la France libre est même créée en Grande-Bretagne. De juin 1940 au 31 juillet 1943, date de dissolution des Forces françaises libres, qui deviennent ensuite les Forces françaises combattantes, ce sont près de 51 000 hommes et 1 500 femmes qui ont rejoint ses rangs. C’est à Koufra, sous les ordres du général Leclerc, que la France libre remporte sa première victoire, principal nœud de communication entre la Libye et l’Éthiopie, atteint le 1er mai 1941. A l’issue de cette victoire, les forces françaises sous commandement français prêtent un serment : Nous ne nous arrêterons que quand le drapeau français flottera aussi sur Metz et Strasbourg. L’autre grande bataille du désert à laquelle la France libre participe sous les ordres de Koenig est celle de Bir-Hakeim, au sud de Tobrouk en Lybie, au printemps 1942. Là, pour la première fois depuis l’armistice, Allemands et Français sont face à face. La brigade de Koenig, fixée à Bir Hakeim, oblige Rommel à un large détour par le sud pour déborder les lignes britanniques. Il engage l’Afrika-Corps sur le camp retranché le 2 juin. Mais devant la situation alarmante en eau et en munitions, l’ordre d’évacuation est donné dans la nuit du 11 juin. Le bilan est lourd avec plus d’un millier de morts, blessés et disparus. Cet épisode héroïque est surtout une immense victoire d’opinion, puisqu’avec la bataille de Midway, c’est le seul succès allié de juin 42. Cependant, en octobre 1942, la brigade Koenig contribue par son action décisive à la rupture du front à El Alamein. Ce succès qui précède le débarquement réussi d’Afrique du Nord, le 8 novembre, permet aux troupes de la 1ère Division Française Libre de participer au défilé de la victoire du 13 mai 1943 à Tunis. Avec le sentiment d’une mission bien accomplie mais à poursuivre, en août 1943, les FFL cessent officiellement d’exister en fusionnant non sans difficulté avec l’armée Giraud d’Afrique du Nord. Désormais, il n’y a plus qu’une seule armée française, celle de la Libération.

Source : Mémorial de Caen

Tags
Informations légales
France Télévisions Droits de reproduction et de diffusion réservés © 2014 France Télévisions
Devenir annonceur sur nos sites | Mentions légales et crédits | Conditions générales d'achat
www.francetelevisions.fr, adhérent du Geste, est un site du groupe France Télévisions
Les sites du groupe France Télévisions :